La célèbre émission télévisée d’enquêtes “Envoyé spécial” a diffusé le 22 janvier 2009 un reportage sur le soutien scolaire, principalement axé sur le recrutement des intervenants en cours particuliers à domicile par les quatre plus grandes enseignes : “Le soutien scolaire, réussite ou échec ?”.

Vous pouvez voir la présentation de l’émission nouvelle fenêtresur le site de France 2.

C’est pourquoi le marché du soutien scolaire privé prospère : il génère 700 millions de chiffre d’affaires par an et 5 entreprises se partagent le business : Acadomia - le leader côté au second marché - , Complétudes, Keepschool, Profadom et les prestigieux Cours Legendre.

A grand renfort de campagnes de publicité et d’opérations de marketing, ces enseignes promettent toutes des méthodes pédagogiques rigoureuses et un service sur mesure pour chaque élève.

Qu’en est-il vraiment ? Que valent ces organismes ? Comment recrutent-ils leurs “enseignants” ? Mettent-ils toujours des intervenants compétents à disposition des parents ?

Nouveau billet le 1er février 2009
Réflexions à propos du reportage d’Envoyé spécial consacré au soutien scolaire

Nouveau billet le 8 juillet 2009
Sur le même sujet, et pointant les mêmes dérives, le reportage en intégralité de Canal+ Soutien scolaire : le business de l’espoir.

Nouveau billet le 26 août 2009
À propos d’un recrutement plus que douteux par Acadomia, un extrait d’un reportage de TF1 Le soutien scolaire : un business très juteux.

Nouveau billet le 17 juin 2010
À propos d’un organisme connu dont les pratiques sont qualifiées par les journalistes eux-mêmes “d’escroquerie en bande organisée”, un reportage de TMC Arnaque au soutien scolaire.

Nouveau billet le 11 janvier 2012
L’équipe de “Envoyé spécial, la suite” a réalisé le reportage Les fausses promesses du soutien scolaire, trois ans après.

Étudiants stagiaires de 19 ans chargés du recrutement des “profs”, intervenants incompétents, commerciaux de la grande distribution rebaptisés “conseillers pédagogiques”, bacheliers auxquels on demande de mentir à la famille en se proclamant bac+3,…, est-il besoin de rajouter des commentaires à cet excellent reportage ?

J’ai, dans plusieurs billets, pointé les dérives des organismes :

Et décrypté quelques pratiques :

Nul doute que les lecteurs réguliers de ce blog n’auront guère été surpris ;-)

Tous les billets comportant des reportages télés à propos du soutien scolaire

Ces autres billets pourraient vous intéresser :

Vous avez apprécié ce billet ?
Abonnez-vous au flux RSS des billets, ou recevez une notification par e-mail (ni spam, ni pub) dès qu'un nouveau billet est posté.
Vous pouvez également vous abonner au flux RSS des commentaires, ou aux commentaires par e-mail (un email par jour au maximum, ni spam ni pub).
Et si la lecture de ce billet vous inspire des réflexions, n'hésitez pas à laisser un commentaire.
Merci de votre intérêt pour mon blog !

Partagez ce billet, ou enregistrez-le dans vos favoris en ligne :
  • Envoyer à un ami !
  • Facebook
  • Tapemoi
  • Visitezmonsite
  • Blogonet
  • Scoopad
  • Viadeo
  • SpotRank
  • del.icio.us
  • Yoolink
  • MisterWong Fr
  • Kreuzz

77 Réponses à “Envoyé spécial (France 2) : reportage sur le soutien scolaire “Le soutien scolaire, réussite ou échec ?””
Vos réflexions sont les bienvenues !

  1. Envoyé spécial (France 2) : reportage sur le soutien scolaire a écrit le 24 janvier, 2009 à 19:52

    [...] la suite : Envoyé spécial (France 2) : reportage sur le soutien scolaire Cet article est sur : Prof [...]

  2. aladom a écrit le 24 janvier, 2009 à 19:58

    j’ai pensé à toi Didier en regardant ce reportage et aux articles que tu avais rédigé…
    Toutes les enseignes se font habiller pour l’hiver…
    Quand on sait en plus qu’avec acadomia, les parents sont l’employeur, on se demande ce qu’ils apporte réellement… vivement qu’aladom soit plus connu… Si on avait 10% du budget marketing d’acadomia, ce serait plus simple…

  3. Didier Kropp a écrit le 24 janvier, 2009 à 20:15

    Guillaume, tu aurais 10% de leur budget communication et marketing, tu pourrais fermer Aladom pour partir en retraite !

    J’ai posté ce billet dans l’urgence. J’ai remarqué 2/3 petites choses dans l’émission, j’essayerai d’apporter un peu de valeur ajoutée un peu plus tard !

  4. Envoyé spécial (France 2) : reportage sur le soutien scolaire a écrit le 24 janvier, 2009 à 20:36

    [...] Envoyé spécial (France 2) : reportage sur le soutien scolairewww.cours-de-maths-78.fr/blog/2009/01/envoye-special-france-… par DidierrK il y a quelques secondes [...]

  5. Sylvaine a écrit le 24 janvier, 2009 à 21:18

    Je suis ahurie par ce reportage.
    Je trouve Marie-Hélène carrément gentille, le “prof” est en dessous de tout. Il a du mal, le DG d’Acadomia, à justifier le recrutement aberrant!
    Cependant, je suis surprise par la partie chez Complétude. Je n’ai jamais eu de mise en situation chez eux, j’ai eu un entretien avec une jeune femme très sympa qui ne comprenait pas un mot de mes théories pédagogiques, mais qui était vachement impressionné
    Bravo pour cette veille salutaire, qui, espérons-le, permettra à de nombreux parents d’éviter l’arnaque.

  6. Didier Kropp a écrit le 25 janvier, 2009 à 8:35

    @Sylvaine

    “On” dit que Complétude ne sélectionne que des étudiants, peut-être pour avoir à disposition des intervenants qui ne vont pas faire de vagues désagréables…

  7. Arnaud a écrit le 25 janvier, 2009 à 16:14

    J’ai écrit quelques lignes chez moi : http://tinyurl.com/bo7qb9

  8. Pseudo prof a écrit le 27 janvier, 2009 à 14:15

    Sérieusement, vous croyez que vous arriverez à tout comprendre avec ce reportage ?!
    La télé nous montre bien que ce qu’elle veut nous montrer, et comme malheusement pour beaucoup de gens :
    “Si c’est à la télé c’est que c’est vrai”

    Je suis enseignant à Complétude :
    - J’apporte un soutien efficace à un élève en difficulté, ça se ressent dans ses résultats et dans la confiance en soi qu’il acquiert au fur et à mesure…
    - je me fais un peu d’argent, et étant étudiant, ça fait toujours plaisir

    Comme dans toutes les entreprises, y’a des personnes peu scrupuleuses qui ne soucient pas de leur travail et qui le bacle : mais il ne faut pas généraliser ! Un incompétent suffit à discréditer tout un organisme et ça, les reporters l’ont bien compris. Résultat, tout le reste est occulté, c’est à dire les gens qui font leur travail et qui le font bien, ainsi que les avis des familles satisfaites, etc.

    Maintenant, sachez également que comme les parents sont les “employeurs”, il peuvent changer à leur guise le professeur si celui ci ne correspond pas, ou si c’est un glandeur invétéré. Alors même si l’entretien de sélection est “soft” (et la encore c’est la télé qui raconte…), le véritable entretien c’est bien lorsqu’on est confronté à une famille dont l’élève est en difficulté : si on est incompétent, on ne reste pas longtemps dans ces agences.

    Et maintenant, si vous être vraiment butés, rien ne vous empêche de regarder dans vorte entourage : si vous êtes étudiant, il est probable que certains d’entre eux travaillent dans ce genre d’agence et en discutant avec eux, ça va peut être enlever les oeillères que la télé vous a gentiment mis devant les yeux

  9. Didier Kropp a écrit le 27 janvier, 2009 à 18:53

    @ Pseudo-prof

    Si vos études et les cours particuliers que vous dispensez vous laissent un peu de temps, peut-être aurez-vous la curiosité de lire quelques billets de ce blog et vous rendre compte que je suis un bon connaisseur du soutien scolaire :-)

    Ce reportage pointe certaines dérives. La télé étant ce qu’elle est, il est certes beaucoup plus vendeur d’insister sur ce qui ne marche pas que sur ce qui marche, je vous l’accorde.

    Personne ne doute un seul instant qu’il existe des étudiants sérieux qui donnent des cours et satisfont les familles.

    Mais voila, les problèmes existent également, et mon expérience de prof particulier indépendant en contact avec de nombreuses familles me fait dire (et écrire) que oui, les soucis avec les intervenants envoyés par les organismes sont fréquents.

    Licencié en histoire envoyé comme prof de maths en terminale S, soi-disant “étudiant en grande école” ignorant des bases de l’électricité en courant continu (pour des cours de physique en première S), khâgneuse à laquelle on propose de donner des cours de maths en terminales ES,…, j’ai personnellement recueilli ces témoignages.

    Les problèmes soulevés par le reportage ne sont pas des cas isolés. Ce genre d’émission contribue à informer les familles qui désirent apporter un soutien à leur enfant que tout n’est pas comme dans les pubs des organismes.

  10. Manu a écrit le 28 janvier, 2009 à 2:31

    Didier Kropp > Je suis tout à fait d’accord avec vous, seulement, j’espère que les parents auront la même analyse, mais j’en ai quelques doutes.

    Après quand je vois certaines choses sur le net en réaction à ce reportage, ça a le don de m’énerver étant donné que j’ai toujours très bien fait mon job en matière de soutien scolaire.

    Quand je vois que certaines personnes (des profs par exemple )te sortent qu’un étudiant n’a pas à donner du soutien en lycée, que c’est pas son niveau … ça me met un peu en rage.

    Me concernant j’ai fait 3 ans de classes prépa scientifique, je suis aux Arts et Métiers et je fais un master de recherche en mécanique des fluides. Et bien, même si je n’ai pas le CAPES, j’estime avoir quand même le niveau pour apporter du soutien à un élève de Terminale S. Et mes résultats plaident en ma faveur :

    L’an dernier, suite à mes cours :

    - Un élève de TS qui avait 10 en maths initialement, a eu 17 au bac.
    - Une élève de TES qui avait 7 en maths => 12 au bac

    L’année d’avant :

    - Un élève de TS qui avait 10 en maths => 16 au bac
    - Un élève de TES qui avait 5 en maths => 10 au bac

    Et je ne parle même pas de l’élève de 1ere S qui était au milieu de sa classe avant mon intervention et qui s’est retrouvée 2ème au dernier trimestre.

    Tous mes élèves ont progressé grâce à mon soutien. Et je ne pense pas que ce soit dû au hasard. Ou alors je suis né sous une très très bonne étoile à ce moment là.

    Je suis d’accord que le reportage a soulevé des dysfonctionnement qui méritaient d’être connus. Simplement j’aurai juste aimé comme beaucoup que celui ci ne soit pas uniquement à charge. Ce qui je pense n’aurait rien enlevé à la qualité du reportage. Ca coutait quoi de donner 2,3 exemples d’ “étudiants” qui font bien leur job à la fin du reportage ? Parce que de te faire cataloguer comme pseudo prof bidon uniquement parce que tu donnes des cours chez Complétude et alors qu’à côté de ça tu fais bien ton boulot, ça fait plutôt mal.

    Pour moi ça a toujours été une fierté personnelle de consacrer du temps et de donner mon maximum pour mes élèves. Si c’est pour qu’on me sorte derrière “Ah t’as été prof chez Complétude ? Ouais la grosse blague quoi, tu leur as pas expliqué le COD/COI à tes élèves ? *rires* “. J’en viens même à me demander si je ne dois pas enlever cette ligne de mon CV pour vous dire. Quelque chose qui faisait autrefois ma fierté, est désormais une honte. Dur à accepter, mais bon, c’est la vie.

  11. Envoyé spécial (France 2) : reportage sur le soutien scolaire a écrit le 28 janvier, 2009 à 13:22

    [...] Lire la suite sur : Prof particulier Url de l’article : Envoyé spécial (France 2) : reportage sur le soutien scolaire. [...]

  12. Isabelle Sautière a écrit le 28 janvier, 2009 à 22:55

    Hors mis la satisfaction que j’ai eue à voir ce reportage jeudi, je voudrais faire remarquer à Manu, pseudo-prof et à toute personne travaillant pour lesdits cités dans le reportage qu’ils se font escroquer. Comment peuvent-ils encore prendre la défence de tels profiteurs ? Cette exploitation doit cesser ! (de l’asservissement maquillé ?)
    Vous tous, rejoignez nous et travaillez pour vous même et pas pour aider des incompétents à partir en vacances (cf Directeurs ridicules vus dans le reportage).
    Merci France 2 pour cette franche partie de rigolade entre amis. Aux protagistes du film, je vous souhaite du courage pour affronter la honte dont vous êtes les victimes !

  13. Didier Kropp a écrit le 29 janvier, 2009 à 7:11

    @ Manu
    J’ai du voir les mêmes réactions que vous sur certains forums. Je comprends les réactions des profs du public : un métier de moins en moins considéré, pas toujours facile, et remis en cause par le soutien privé. Dur à gérer ! Les réactions corporatistes sont compréhensibles.

    Je vous pose la même question qu’Isabelle : vous avez un niveau d’étude en maths et physique largement égal à celui des profs en activité, vous aimez ce job, vous êtes bon dans ce boulot, pourquoi diable passer par un intermédiaire pour trouver des élèves ?

  14. Pseudo prof a écrit le 29 janvier, 2009 à 8:48

    L’intermédiaire en question est une entreprise qui fait travailler des salariés : si je choisi de ne pas prendre cette intermédiaire et de me faire payer au black, je trouve ça égoïste tout simplement. Et puis ma vocation c’est pas d’être prof, ça c’est un petit boulot qui me procure de la satisfaction et un peu de sous (c’est dire, j’attend les notes de mon élève autant que lui, et y’a rien de plus gratifiant que son petit sourire de victoire).

    De l’asservissement vous dites ? pfff c’est travailler tout simplement, c’est à dire échanger un service contre un salaire : c’est un peu la base de notre système économique nan ? N’oubliez pas que c’est les entreprises qui donne les salaires se sont les acteurs de notre économie et que ce genre de comportement égoïste peut mettre un travailleur au chomage : y’a pas que des étudiants dans ces agences, y’en a qui font ce boulot pour vivre. J’ai pas besoin que tu me dise ça Isabelle, c’est une farce de mauvais goût pour ceux qui se font réellement exploiter. “Travaillez pour vous” ? EGOISTE ! INDIVIDUALISTE ! (buche !)

    Et puis, les fameux protagonistes du film, c’est vrai que c’est sympas de les tourner en dérision ça fait rire : ça vous arrive jamais de dire des conneries vous ? J’en ai surement dis bien plus qu’eux sauf que j’ai pas été filmé moi…Alors la blondinette du recrutement chez complétude, pour une erreur, elle peut se faire licensier pour incompétence merci la télé ! Le directeur a été complètement décrédibilisé et plein de gens penseront que c’est une boîte d’incompétents, moins de boulot pour tous grâce à la mauvaise pub donc des emplois qui vont sauter, merci la télé ! Et sans oublier notre étudiante qui passait le recrutement, elle aussi piègée, ça peut peser sur sa vie professionnelle, tout ça pour une stupide histoire de COD/COI, encore merci la télé pour ces moments de détente ! d’ailleurs moi je pense pas pouvoir expliquer à chaud ce que c’est un COD/COI (mais bon moi c’est vrai j’ai pas dit que j’étais capable de l’enseigner ^^)

    Y’a rien de plus marrant que de se foutre de la gueule des autres dans leurs moments de faiblessse effectivement hein ? tu fais ça aussi pour les chômeurs, les handicapés, ceux qui se ramassent des bombes à Gaza tous les jours ?

    Pour revenir sur le thème de l’asservissement/escroquerie, tu sais au moins combien sont payés les profs de ces agences ? Mais surtout, est-ce que tu sais combien ça coute à l’agence de verser un salaire ? bah regarde je le fais le calcul :
    je me fais payer 17,50 de l’heure pour un terminal STI, l’entreprise va donc débourser 2*17,5 euros (mon salaire + cotisations) et le cours est facturé 40 euros.

    EN GROS, l’entreprise gagne 6 euros par heure de cours, bah je trouve pas ça abérant, vu qu’il font que de la logistique. Et oui ça fait 40 euros ça fait cher pour les famille mais les abonnements ramènent les heures à un prix plus raisonnable.

    Et puis t’en fait pas, je ne fais pas que travailler pour les méchantes corporations qui nous exploitent et nous spolient, je me fais aussi payer par CESU pour d’autres cours….

  15. Pseudo prof a écrit le 29 janvier, 2009 à 9:01

    Ah bah tiens regarde moi aussi j’écrit des conneries ! Après un petit passage sur wiki, bah en fait je révise mon jugement : ta réaction n’était pas vraiment individualiste Isabelle…seulement égoïste.

  16. Didier Kropp a écrit le 29 janvier, 2009 à 9:20

    @ Pseudo prof
    Attention à vos allusions aux chômeurs, handicapés, conflit au proche-Orient,…, qui n’ont aucun rapport avec cette discussion que je veux courtoise.
    En clair, attention au point Godwin http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_de_Godwin
    :-)

    Il ne faut pas accorder à ce genre de reportage plus d’importance qu’il n’en a. Une émission similaire avait été diffusée sur Canal + en 2007, tout le monde l’a oubliée…

    Pour en revenir au modèle économique, l’organisme vous déclare en base forfaitaire, les charges sociales sont calculées sur la base du SMIC.

    La famille paye 40 euros.
    Salaire : 17,5 euros
    Charges sociales : 6 euros
    TVA : 2,5 euros (loi Borloo, 5,5%)
    Marge brute : 14 euros. Hé oui…

    Ce que veut dire Isabelle (qui me contredira si je trahis sa pensée), c’est qu’en travaillant directement avec la famille, et en demandant par exemple 30 euros de l’heure payés en CESU, vous gagnerez nettement plus et la famille dépensera un peu moins.

    On peut ajouter que la famille n’aura pas à verser de frais de dossiers et/ou d’inscription et n’aura pas non plus à payer d’avance des cours, ce qui pénalisera moins sa trésorerie.

    Et si vous désirez mieux connaître Isabelle :
    - vous cliquez sur son nom dans ses commentaires
    - vous consultez cette page http://is.gd/hE38

  17. sabouille a écrit le 29 janvier, 2009 à 9:57

    Ben oui mais les familles font ce qu’elles veulent non? comme a dit justement pseudo-prof, si un professeur ne convient pas, on en envoi un autre avec qui cela se passera mieux, si vous incitez les familles à trouver des étudiants/professeur au black, si celui ci ne fait pas l’affaire faut se débrouiller soit même pour en trouver un autre.
    Les familles ont le droit de faire appel à une agence si elles le souhaitent et encore heureux! D’accord ça leur coute des sous mais en échange ils ont droit à une prestation de qualité.

    Encore une fois, y’a des bûches de partout dans notre société, et ils peuvent tomber une fois sur quelqu’un de peu fiable, mais la on peu vite rectifier le tir.

    En gros foutez leur la paix a ces agences, la tv nous ferai vraiment avaler n’importe quoi, gardons l’oeil critique.

  18. Didier Kropp a écrit le 29 janvier, 2009 à 10:12

    @ sabouille

    Je n’ai JAMAIS incité qui que ce soit à travailler ou embaucher au noir.
    Que ce soit bien clair, une telle allégation est diffamatoire.

    On vit dans un monde libre, les familles font ce qu’elles veulent, les donneurs de cours également.
    Un des objets de ce blog consacré au soutien scolaire est :
    de montrer qu’à côté des enseignes de soutien scolaire on trouve des enseignants indépendants,
    d’expliquer comment les trouver,
    et pourquoi cela me semble mieux.

    C’est tout ;-)

  19. Pseudo prof a écrit le 29 janvier, 2009 à 10:28

    Oh zut effectivement j’ai gagné un point Godwin j’vais commencer une collec’…ah mais désolé pour cet écart de courtoisie, je ne changerai pas d’avis malgré ma réaction disproportionnée. C’est trop facile de se foutre des gens qui passent à la télé.

    Tiens bah effectivement je suis aller voir la fameuse page sur isabelle…

    “La faible rémunération de ses professeurs va bien entendu à contre courant d’une qualité de services”
    A vrai dire je me fiche pas mal de tout le reste du contenu de sa page et de son parcours professionnel, mais je peux pas laisser passer ça.

    C’est vrai que 17 euros de l’heure c’est vraiment faible
    pour un professeur particulier…D’ailleurs, pour un collégien cette rémunération passe à 12,50 de l’heure, je me sens de plus en plus exploité pauvre de moi…

    Et encore ça c’est ce que je reçoit rééllement ! Bah, à l’usine, l’ouvrier gagne le smic, 8,71 de l’heure brut. Je suis curieux de voir quelle serait la réaction de quelqu’un qui gagne le smic face à ce genre de propos, pas vous ?
    Le métier auquel je me destine me raportera pendant les 5 premières année à peu près 13 euros de l’heure…Ne dite jamais qu’un prof particulier appartenant à une agence est mal rémunéré c’est à hurler (et pas de rire). Puis j’ai pas envie de savoir combien se fait payer Isabelle pour sa prestation, parce que si 17 euros c’est faible, elle roule sur l’or.

    Désolé pour mes faibles connaissances en matière de calcul de marge brut, il est vrai que je suis loin d’être bon dans ce domaine et mes approximations peuvent être approximatives (gah). Néanmoins, la fameuse marge brut ne paye pas uniquement des vacances du directeur, aussi les opérateurs hommes et femmes, recruteurs hommes et femmes, ceux qui pensent les méthodes de cours qui sont d’ailleurs traduit dans des outils pédagogiques destinés aux professeurs, y’a également la location des locaux, etc.

    La marge ne va pas toute dans la poche du directeur,
    cet homme écervelé qui vampirise la l’entreprise à défaut de la gérer (gérer une entreprise c’est facile c’est vrai, soit dit en passant).

  20. aladom a écrit le 29 janvier, 2009 à 11:42

    On ne peut pas comparer le taux horaire d’un prof particulier et d’un salarié… Il sera très dur de faire 35 h de cours particuliers, sachant que les cours peuvent se faire après la classe, le mercredi et le week-end…
    Ce débat est animé, et je pense qu’on ne peut pas mettre tout le monde d’accord. J’ai donné il y a 10 ans des cours de Maths avec Acadomia. Je sortais d’une école d’ingénieur et j’avais un peu de temps.
    Leur gros avantage est de vous trouver rapidement un volume d’heure. En une semaine, j’avais 5 élèves avec 2 h par semaine… Arriver au même résultat avec des petites annonces est compliqué.
    La marge prise par les organismes sert à faire vivre la société et à communiquer.
    Avec internet, on peut réduire les coûts. Notre objectif avec http://www.aladom.fr est d’encourager le travail déclaré et de trouver simplement un prestataire à coté de chez soi. Car le vrai problème aussi est de ne pas avoir à faire 1h de déplacements pour donner 2h de cours…

  21. Mickael a écrit le 29 janvier, 2009 à 12:38

    Euh, je crois que je fais 38 en ce moment?! euh, ça doit être ça hein! J’ai fait 55h une fois même, mais là, c’était vraiment trop! Et pis après, faut payer tout pleins d’impôts….pas cool! Comme déjà dit, j’aurais un frère jumeau, on serait à temps plein!

    Arrêtez de suivre! Osez! Essayez! Ouvrez les yeux Mentalité bien française les enfants!

    Je passe mon temps à mettre les barres sur les t et les points sur les i avec ma famille et mes amis, j’ai l’habitude.

    Les “faux étudiants” à bac +5, vrais gestionnaires d’usine à gaz, vous êtes gentils, mais vous êtes démasqués. Vous ne ferez jamais de concurrence à un enseignant indépendant, compétent, expérimenté, que ce soit clair! Vous brassez du vent, et depuis Jeudi dernier, 5 millions de personnes de plus en France le savent!

    Non mais!

    Merci Mr. Kropp de nous donner cette tribune!

  22. Didier Kropp a écrit le 29 janvier, 2009 à 12:45

    Un des points qui ressort de ces commentaires est que pour un étudiant, un salaire horaire de 15 € est considéré comme confortable, alors qu’il ne l’est pas pour un professionnel indépendant.

    Comme je l’ai écrit ailleurs, entre donner des cours et être équipier dans la restauration rapide, le choix est vite fait : c’est un boulot plus sympa, mieux payé, et on ne sent pas la friture en fin de journée :-)

    @ Guillaume (aladom)
    On peut travailler plus de 35 h par semaine en donnant des cours. Certains élèves n’ont pas cours le matin, d’autres pas cours l’après-midi, d’autres sont scolarisés à distance (CNED), d’autres encore acceptent des horaires a priori étranges pour avoir des cours (20h30-22h30),…
    Le prix à payer pour l’intervenant est de passer beaucoup de temps dans sa voiture et d’avoir lui-même des horaires bizarres…. mais c’est un choix personnel.

  23. sabouille a écrit le 29 janvier, 2009 à 12:54

    Effectivement tu as raison dans le sens où l’on ne peux pas contenter tout le monde.

    Moi ce qui me gène surtout c’est le reportage en lui même, à l’américaine, avec la petite musique sinistre et les coupures, où l’on te montre juste que les professeurs d’acadomia et completude (entre autre) sont des buches.
    A chaque fois qu’il y a un reportage de ce genre de toute façon ça m’énerve!

    Le sujet de l’émission était de montrer qu’il peut y avoir des professeurs peu consciencieux et donc des élèves qui en pâtissent. Donc forcement le reportage nous sélectionne la crème de la crème, quitte à faire des montages.

    Ce qui m’énerve c’est que du coup les gens vont penser qu’Acadomia ou Complétude sont des arnaques. Mon homme donne des cours grâce à complétude et il est passionné par ce qu’il fait, la réussite de ses élèves est son principal moteur, après bien sur il fait ça aussi pour compléter ses revenus d’étudiant. Moi je trouve cela très bien que des agences (connues ou non connues) proposent à des étudiants de bosser et à des parents de trouver des gens pour aider leur gamin à progresser à l’école, et faire ce genre de reportage discrédite toute la bonne volonté qui a été nécessaire pour mettre tout cela en place.

    Il y a des cons dans ces agences, bien sur, mais tout comme y a des cons a la poste, dans la police, dans les services de soins (et étant infirmière je pourrai débattre!)… enfin tout ça pour dire qu’il y a des cons de partout et c’est dommage qu’une minorité soit pointé comme représentante de tout un organisme.

    Avec ça les médias se régalent, et nous pauvre cons on va finir par répéter ce qu’on a vu à la tv et que “ah oui j’ai vu à la tv que les cours par agence comme ca, il ne faut pas leur faire confiance, tu te rend compte, ils prennent n’importe qui…”.

    C’est dommage pour tous les bons prof qui font du bon boulot et je suppose qu’ils sont nombreux.

  24. sabouille a écrit le 29 janvier, 2009 à 12:59

    Ah et pour Mickael qui parle de faux étudiant vrai gestionnaire d’usine à gaz… tu peu te taire c’te plait au lieu de dire des conneries plus grosses que toi? Merci!

  25. Pseudo prof a écrit le 29 janvier, 2009 à 13:29

    Euh mickael tu rends compte que tu sers pas la tribune avec ce que tu dis ? Même si je mon argumentaire est agressif euh…. j’ai posté des points de vue qui sont un minimum intéressant : c’est pas la gueguerre entre les profs indépendants et les profs d’agence puisque je suis les deux en même temps banane !

    Je sais qu’on donne pas de nourriture au troll M. Kropps mais bon…

    Et puis encore une fois, pour le reportage c’est le best-of des buches qui a été choisi donc bon, 5 millions de personnes croient que ces organismes sont des arnaques alors que ce sont des entreprises comme les autres, qui proposent un produit, comme les autres, et qui comportent aussi leur petit lot de dysfonctionnements, comme les autres…Et puis chez les profs aussi (Tous les autres types de profs OK ?) y’a ceux qui sont compétents et y’a les autres.

    Et puis encore une fois, être rémunéré 15 euros/h, ce n’est pas confortable seulement pour un étudiant…Un ingénieur sortant de promo est payé en moyenne 2000 euros net par mois (et là, y’a pas de 13ème mois ni primes) : ça représente 12,70 euros par heure et c’est confortable tout de même.

  26. Didier Kropp a écrit le 29 janvier, 2009 à 13:47

    @ Pseudo prof
    On ne peut pas vraiment comparer un CDI à 35h et ce boulot. Un ingénieur, même débutant et sans prime ni 13ème mois a droit à des congés payés, des cotisations sociales calculées sur son salaire réel, et des allocations Assedic si il perd son emploi.

    Un prof rémunéré par un organisme ou directement par une famille n’a pas droit à des congés payés, et a ses cotisations calculées sur la base du SMIC - pas tous les profs indépendants, je sais…
    Et il n’a pas de contrat de travail en CDI, il est dans un régime de liberté ou de précarité, selon son point de vue :-)

    Du point de vue de la retraite, des allocations en cas de maladie ou de chômage (si tout du moins on arrive à se faire délivrer les attestations Assedic, ce qui n’est pas facile), de l’octroi d’un prêt par une banque,…, ce n’est pas du tout la même chose.

    C’est pour moi un métier d’indépendant, avec tout ce que cela comporte de positif et de négatif, sachant que selon les individus, les côtés positifs de l’un seront les côtés négatifs de l’autre ;-)

  27. Pseudo prof a écrit le 29 janvier, 2009 à 14:06

    effectivement si les cotisations, allocations et autres dispositifs sont moindres, ce n’est pas comparable : 13 euros ça devient peut-être un peu ric-rac…

  28. Manu a écrit le 29 janvier, 2009 à 15:44

    “Les “faux étudiants” à bac +5, vrais gestionnaires d’usine à gaz, vous êtes gentils, mais vous êtes démasqués. Vous ne ferez jamais de concurrence à un enseignant indépendant, compétent, expérimenté, que ce soit clair! Vous brassez du vent, et depuis Jeudi dernier, 5 millions de personnes de plus en France le savent!

    Non mais!”

    Je peux savoir qui tu désignes par “faux étudiant à bac+5″ ?

    Ne me dis pas que tu es “jaloux” des étudiants qui se font payer 15 euros de l’heure pour donner des cours et financer leurs études. T’as quel âge sans déconner ? je trouve ça totalement surréaliste qu’un type qui tient ton discours puisse avoir dépassé la trentaine.

    C’est bien d’être révolté, mais si c’est pour laisser son cerveau de côté et balancer tout un tas de conneries vachement réductrices, quel intérêt ?.

  29. Manu a écrit le 29 janvier, 2009 à 15:58

    Didier Kropp, en fait j’ai déjà donné mes propres cours sans passer par Complétude. Mais bon c’était sur Aix, je connaissais un peu la ville tout ça. Là j’ai débarqué sur Paris, une ville où je n’avais jamais mis les pieds. En plus j’ai pas mal de boulot à côté pour mon master. Donc j’ai choisi la solution de facilité, j’avoue.

    Mais bon personnellement je ne suis pas perdant étant donné que même au black, je n’ai jamais demandé plus de 18 euros de l’heure à une famille. Vu mon âge et mon expérience, j’estime ne pas mériter plus. Après je peux toujours avoir mauvaise conscience de participer à l’enrichissement de ce type d’organisme, mais bon.

    Me concernant il y a plus grand chose à faire, je vais finir avec les élèves que j’ai actuellement car je respecte toujours mes engagements. Après je vais avoir mon diplôme d’ingénieur dans 4 mois, donc j’aurai autre chose à faire que de donner des cours. Surtout qu’un jeune cadre a plus tendance à faire 60 h que 35 h.

    Mais bon qui sait. P’tet qu’après ça me dira de redonner des cours le week-end. Mais je ne passerai pas par Complétude, c’est trop contraignant.

  30. Isabelle Sautière a écrit le 30 janvier, 2009 à 11:44

    Mickaël dixit “Les “faux étudiants” à bac +5, vrais gestionnaires d’usine à gaz, vous êtes gentils, mais vous êtes démasqués. Vous ne ferez jamais de concurrence à un enseignant indépendant, compétent, expérimenté, que ce soit clair! Vous brassez du vent, et depuis Jeudi dernier, 5 millions de personnes de plus en France le savent!” :-)
    Ma réponse à Pseudi-prof:
    Qui se moque de qui ? Vous inversez les rôles !
    - Ne sont-ce pas les directeurs des agences qui se moquent des parents d’élèves et des “profs” (même le terme de recrutement n’a guère sa place dans le reportage). Enfin, soyons sérieux ! Vous parlez de leur moment de faiblesse alors qu’ils sont conscients de leur incompétence (leur réputation ne date malheureusement pas du 24 Janv 09). Encore cette semaine, Domécole a facturé plus de 1000€ à un parent de Dijon alors qu’aucun prof n’est disponible. Ca s’appelle de l’abus. et pour faire face à la demande du parent, ils seront prêts à embaucher le premier venu. Malheureusement, c’est pour une Terminale. Vous disiez en gros qu’on ferait faire des bonds à un smicard avec nos propos sur le salaire horaire. Maintenant voici la raison pour laquelle nous refusons d’être payés au SMIC : n’importe quel ouvrier ne pourra assurer le cours demandé. Ce travail n’est pas à la portée de tous (cf offre/demande); de plus le temps que les études nous ont pris doit être compensé financièrement car souvent (=légalement), nous travaillerons 5 à 10 années de moins qu’un ouvrier.
    - Ne sont-ce pas les “profs” qui se présentent aux entretiens qui se moquent du sérieux des cours ? On ne s’improvise pas professeur.
    Peut-on qualifier une personne qui révèle son savoir et ses secrets méthodoligiques d’égoïste ?
    Et une personne qui se dévoue et travaille WE, soirs et jours fériés dans l’intérêt des autres prioritairement?
    Je relis cette phrase qui vous a choquée et vous demande: Ne travailleriez vous pas de façon plus engagée, plus préparée, plus dévouée, plus sérieuse si l’on vous donnait le double de ce que vous touchez ? Si la réponse est non, alors vous n’avez rien à faire dans cette structure. Passez une annonce et si vraiment vous êtes bon, je vous garantis que vous ne connaîtrez jamais le chomage de votre vie. A l’inverse, un mauvais prof indépendant ne tiendra pas 2 mois; Par conséquent, on les retrouve là où on veut bien d’eux. CQFD
    PS : Combien je demande de l’heure n’est un secret pour personne (cf page tarif de mon site : http://www.bacdomia.fr/5.html)
    PS : Bienheureuse que ton site, Didier, soit troublé de temps à autres, c’est distrayant. J’adore !

  31. Pseudo prof a écrit le 30 janvier, 2009 à 16:35

    Vous en faite pas Isa ma grande moi aussi ça me distrait de lire les réactions de certain (mickael mon nouveau maître spirituel, dis moi c’est pas vendetta ton nom ?) de certaine…(bah voui)

    Vous vous acharnez à descendre sans réfléchir les agences, parce que évidemment le reportage complètement partial ne met en lumière que les possibles dysfonctionnements de ces agences, alors que ce n’est absolument pas représentatif de la qualité des services offerts ! Vous reconnaîtrez l’impact négatif de ce reportage sur ceux qui bossent dans ces agences, compétents ou pas, car il ne montre que des dysfonctionnements sans se préoccuper de savoir s’il y a eu des familles satisfaites ! Y’a qu’à voir la réaction l’autre crétin mono-neuronal (oui mickael c’est toi, si ton neurone a percuté…) et qui malheureusement, est semblable a ces “5 millions de personnes” qui croient que ce qu’elles voient à la télé.

    “Peut-on qualifier une personne qui révèle son savoir et ses secrets méthodoligiques d’égoïste ?”

    “Travaillez pour vous” ça te rappelle un truc que t’as dit nan ? Ca c’est égoïste ! évidemment ce que tu viens d’écrire n’a rien à voir et transmettre son savoir n’a rien d’égoïste…ne dis pas nimp’

    Y’as eu des abus avec Domécole ? Qu’est-ce que tu veux que je te dise ? Tu penses peut-être que tous ceux qui se font employer par le biais des CESU sont tous des gens honnêtes ? Crois moi, y’a la même proportion de profiteurs de partout et y’a aussi des gens qui abusent avec les CESU (et la je ne te vise pas OK je parle en général et je doute pas de la qualité de ton travail, maintenant que je sais a qui j’ai affaire). Et ça, y’a pas eu un reportage d’envoyé spécial pour le dénoncer hein ? mais ça viendra si ils se font remarquer les arnaqueurs…

    “Maintenant voici la raison pour laquelle nous refusons d’être payés au SMIC : n’importe quel ouvrier ne pourra assurer le cours demandé” Là encore vous êtes à coté de la plaque. J’ai JAMAIS dit qu’un professeur devait être payé au SMIC ! j’ai réagit à ceci :
    “La faible rémunération de ses professeurs”
    20 euros de l’heure pour un cours de terminale c’est pas assez mais oui ! d’accord y’a pas de congés payés, d’accord les cotisations sont faibles pour la retraite : pff avec 20 euros de l’heure et suffisemment d’heures par mois, on se fait sa propre retraite alors ne me fait pas rire…j’ai trouvé ça vraiment prétentieux et ça m’agace

    Maintenant c’est sûr que ton indépendance t’as bien réussi je dis pas le contraire…A 30 euros de l’heure tu dois partir plus souvent que ces fameux cadres d’agence hein ? Ca sonne comme une revanche cinglante c’est tout et pour moi t’es pareil et tu te fais (trop)bien payer, même si tu aides les gens.

    “Je relis cette phrase qui vous a choquée et vous demande: Ne travailleriez vous pas de façon plus engagée, plus préparée, plus dévouée, plus sérieuse si l’on vous donnait le double de ce que vous touchez ? Si la réponse est non, alors vous n’avez rien à faire dans cette structure.”

    Une dernière fois, je me destine pas à être professeur mais à être ingénieur électronicien alors je me contre-fiche de gagner ma vie avec des cours. C’est une activité annexe qui me permet d’aider des gens et de gagner un peu de sous, et l’agence m’a bien aider à trouver du job et je les remercie pour ça moi, je les traite pas de profiteurs ! tssss
    Et puis d’ailleurs, moi, on m’a demandé un exemplaire de casier judiciaire, on m’a testé sur des questions enseignements et on m’a mis à l’épreuve OK ?

    PS : lamentable que tu prennes mon avis comme une distraction parce que t’a que ça à faire de considérer comme valide un reportage complètement partial et dirigé contre tes probables anciens employeurs.

    “maintenant que tu t’es élevée au dessus d’eux, tu leur marche dessus pour satisfaire ton égo, c’est prévisible comme réaction”

  32. Manu a écrit le 30 janvier, 2009 à 16:51

    “je voudrais faire remarquer à Manu, pseudo-prof et à toute personne travaillant pour lesdits cités dans le reportage qu’ils se font escroquer. Comment peuvent-ils encore prendre la défence de tels profiteurs ? Cette exploitation doit cesser ! (de l’asservissement maquillé ?)”

    Les jeunes se font exploiter c’est un fait. Et ce n’est pas Acadomia, Complétude & consort qui ont inventé ça.

    Vous croyez que les étudiants qui travaillent à Mac Do ne se font pas exploiter ? Vous croyez que les stagiaires payés que dalle (voire pas payés) pour du boulot de cadre voire d’ingénieur ne se font pas exploiter ?

    Et je ne parlerai même pas des étudiantes qui se prostituent pour financer leurs études. Donc au final on est pas si mal loti.

    Le vrai problème dans tout ça c’est le financement des études pour les étudiants de familles modestes. Et les chiffres sont là.

    Je trouve que les plus à plaindre dans l’histoire ce n’est pas les familles comme tout le monde veut le laisser entendre, mais bien les étudiants. Parce que si les familles arrivent à penser qu’à 15 euros de l’heure ils auront un prof expérimenté et très compétent sachant qu’à côté un prof indépendant reçoit le double voire le triple, ils sont quand même bien naïfs voire stupides.

    Et je maintiens ce que je dis, Envoyé Spécial aurait pu faire un reportage aussi efficace et dénonciateur tout en respectant un minimum les jeunes qui se font chier à donner des cours à côté pour financer leurs études. Mais si vous étiez pas de mauvaise foi, vous le reconnaitriez, mais bon… Le reportage défend votre cause donc même s’il est largement perfectible on crie victoire.

  33. Isabelle Sautière a écrit le 30 janvier, 2009 à 19:44

    Les insultes gratuites et publiques ajoutées au tutoiement démontrent clairement la petitesse d’éducation reçue ( ou pas ) :-)
    L’anonymat reflète quant à lui la lâcheté de son auteur.
    Son entêtement et manque de remise en question est l’image bien réelle d’une personne avec laquelle le dialogue sera difficile dans l’avenir, quand elle sera sortie de sa jeunesse !!!!! :p
    Allez ! Faut se détendre c’est le WE !!!! :D

  34. Alexandre Bigeard a écrit le 30 janvier, 2009 à 20:27

    Mais que t’es gonflée ….! J’ai comme dans l’idée que j’ai touché des points sensibles

    Si tu regardais mes précédents com’ t’aurais vu que je sais aussi faire des concessions et que je fais aussi des erreurs (induvidualisme, salaire, loi borloo, etc).

    Ne met pas en cause mon éducation ceci n’a absolument rien à voir là dedans. quant à “l’entêtement” et “la remise en question” ne sont pas réservés uniquement au jeune étudiant paumé de 21 ans que je suis… A méditer ^^

    Quand à mon anonymat….et bien si tu veux voici mon adresse e-mail : alexandre.bigeard@free.fr
    J’habite à Villeurbanne. Je suis étudiant INSA en génie électrique 4ème année et je n’ai absolument pas honte de mes propos. Si t’es de passage dans le coin, je serai ravi de discuter de tes points de vue sur la question ! :p

    Tu penses peut-être que parce qu’on est sur le net mon attitude diffère à cause de l’anonymat ? bah non je suis comme ça dans la vie et je m’en sort très bien merci…

    Puis bah l’insulte sur les membres ? Désolé mais je vois pas pourquoi je serai tendre après certaines interventions complètement déplacées, et très franchement avec ton com’, je peux maintenant dire que l’hopital se fout de la charité (c’est aimable de me donner des armes)

    J’assume tout ce que j’ai dit, mes erreurs, comme mes remarques pertinentes, et aussi mes remarques acérées envers certains membres toi y compris, de A à Z. Mes réflexions quant au manicheisme avec lequel a été traité ce reportage sont parfaitement légitimes.

    Maintenant voici un nouveau jeu pour toi : réfléchis donc au point de vue intéressant soulevé par manu au lieu d’essayer en vain de me tordre le cou…

  35. Manu a écrit le 31 janvier, 2009 à 12:56

    Isabelle Sautière > Et sinon à part sortir des phrases toutes faites qui ne veulent pas dire grand chose dans ce cas précis tu sais répondre en argumentant ?

    Je t’ai répondu il me semble et ce de façon correcte. La moindre des choses est de répondre derrière. Alors pour la lâcheté, la petitesse d’éducation…. on repassera…

  36. Mickael a écrit le 31 janvier, 2009 à 17:39

    Tout le monde aura compris que je parle ici des responsables locaux de franchises Acadomia, ou Dom Ecole ou consorts.

    Je ne suis pas du tout opposé à ce que les étudiants donnent des cours particuliers, mais il est pour moi évident qu’il est INUTILE de passer par des organsimes qui vont vous payer des clopinettes! Enfin, moi quand j’étais étudiant, j’avais l’intelligence de ne pas me faire entuber!

    Quant aux réactions du personnage qui se dit être étudiant ingénieur en électronique de mes C…, je dirais qu’elles m’ont bien faites rire! Un Vrai étudiant serait suffisament malin pour trouver lui même des petits élèves, surtout dans une grande ville. Et il verra que, 2000 € par mois, pour vivre, il verra….ça n’a franchement rien de bien excitant!surtout pour des semaines de dingue à 60H, passées avec les N+1 et N+2, à se faire taper dessus, avec des clients furieux qui vous insultent au téléphone, des déplacements de 10 000 kms fréquents, etc…De plus, l’immobilier étant ce qu’il est, et le prix du steak étant devenu complètement débile, 2000 € , il verra, il gagnera autant qu’un ouvrier posté bossant en 3/8.

    Cela dit, je pense que ce Mr est un responsable d’agence Acadomia ou autre, et qu’il doit se faire des soucis pour son CA 2009. Et il a raison!

    Bonsoir!

  37. Franck a écrit le 31 janvier, 2009 à 17:56

    Bonjour,

    En lisant objectivement les réactions des uns et des autres, je comprends que ceux qui prennent la défense des organismes de soutien scolaire, sont en fait des dirigeants d’officines. Relisez les messages, vous comprendrez…
    Je me demande seulement si vous êtes réellement conscient de la problèmatique? Il est vrai que lorsqu’on fait d’énormes crédits pour devenir franchisé de telles agences, j’imagine que la remise en question ne doit pas être évidente.

    Au plaisir de vous lire,

    Franck

  38. Un reportage de France 2 (Envoyé spécial) qui pointe les problèmes … | France Blogger News a écrit le 31 janvier, 2009 à 18:27

    [...] See the rest here:  Un reportage de France 2 (Envoyé spécial) qui pointe les problèmes … [...]

  39. alexandre bigeard a écrit le 31 janvier, 2009 à 18:33

    (soupir)

    Mickael persiste et signe, j’ai plus envie de fatiguer à te commenter….

    On voit que t’as jamais bosser en usine….un mois de boulot au smic, ça fait 1200 euros, et ces gens là arrive à vivre plus ou moins avec. Mais ces gens là ne peuvent évidemment pas se permettre de payer 800euros de loyer.

    “Et il verra que, 2000 € par mois, pour vivre, il verra….ça n’a franchement rien de bien excitant!”

    SI t’es pas capable de vivre avec 2000 euros par mois, c’est que tu ne sais pas gérer ton argent point barre. Ma copine réussi sa vie avec moins que ça, ainsi que des tas d’autres gens.

    Je rappelle aussi au fervent défenseur de l’indépendance que je passe aussi par CESU avec un élève et ça me rapporte évidemment plus, donc oui je suis suffisamment malin pour n epas refuser une proposition extérieure: sauf que…je me suis engagé deux ans auprès d’un collégien AVEC complétude donc il n’est pas question que je m’arrête sous prétexte que travailler dans une agence enrichi des “incompétents”…

    “Les “faux étudiants” à bac +5, vrais gestionnaires d’usine à gaz, vous êtes gentils, mais vous êtes démasqués. Vous ne ferez jamais de concurrence à un enseignant indépendant, compétent, expérimenté, que ce soit clair! Vous brassez du vent, et depuis Jeudi dernier, 5 millions de personnes de plus en France le savent!”

    Je cite ça, parce que si avant t’avais l’intelligence, pourquoi tu l’as plus maintenant ?

    SI tu te fais taper dessus par des clients H 24, et que tu bosses 60H par semaine c’est que t’es une buche c’est tout : sinon, c’est que tu te fais exploiter (et dans ce cas là évidemment ce n’est pas de ta faute, te laisse pas faire non plus, fait comme avec les cours ! ) =)

    Pour les steack ? prend des knackis de temps en temps c’est pas cher et c’est bon XD

    Et nan je ne suis pas un personnage de fiction, t’as qu’à chercher sur facebook tu connais mon nom…et non je ne suis pas un vilain cadre d’acadomia qui défend ses intérêts pour continuer à arnaquer des pauvres familles comme vous dites ah ah ah (rire guttural) et honnêtement le CA d’acadomia je m’en contre fout, j’suis pas chez eux

    je le dis une dernière fois, le reportage , même s’il met en relief des dysfonctionnents (et il existeuuuu, le connard de base n’est pas incompatible avec acadomia and co), ça me dégoute de voir comment il descend les agences, ses employés et les étudiants qui y bossent, sans montrer autre chose…Comme l’a justement dit Manu, ça rejoint votre point de vue donc vous êtes à 100% pour, et c’est pour vous une bonne revanche c’est EVIDENT. Et manu a aussi soulevé un point intéressant sur les autres types de jobs etudiants : je vais pas me fatiguer à la répéter puis vous ne lisez pas.

    La télé c’est magique c’est une boîte qui dit la vérité sur tout (gah). Quand la télé dis que les jeunes de banlieux sont bons qu’a bruler des voitures c’est vrai ! quand la télé dis que les témoins de jehovah sont des gens au moeurs peu recommandables c’est vrai ! Quand des illuminés remettent en cause la mission appollo et l’alunation et passe une vidéo fake sur internet pour le démontrer, c’est vrai aussi ! (je m’imagine la réaction de gens crédules hein, pas question de point godwin c’est pas extravagant)

    bref ces gens là sont des moutons beeeeee ! et moi les moutons, je les bouffe dans un kebab miam ^^

  40. Mickael a écrit le 31 janvier, 2009 à 20:20

    Combien Alex , 30 000 € la franchise? et la location des locaux combien au fait?

    Allez je ferme! 40h cette semaine! Semaine de fou! Y’en a d’autres!

  41. Didier Kropp a écrit le 31 janvier, 2009 à 20:44

    On se calme, les jeunes :-) vous ne parlez pas de la même chose…

    Des étudiants se sentent blessés par le reportage. Comme beaucoup ils donnent des cours en tant que “petit boulot”, et ce qu’ils gagnent avec les organismes n’est pas inférieur (voire même est supérieur) à ce qu’ils pourraient gagner en travaillant directement avec les familles, ou au salaire des autres boulots pour étudiants (restauration rapide, enquêtes,…).
    Un organisme apporte donc un certain confort (pas de recherche d’élèves, une paye pas trop mal pour eux).
    Un étudiant pourrait-il se passer d’un organisme ? Oui, bien sûr.
    Mais cela supposerait qu’il se familiarise avec le système CESU, qu’il sache l’expliquer aux familles (beaucoup ne sont pas au courant du dispositif), ou qu’il se fasse payer au noir, et dans tous les cas qu’il recherche des élèves, qu’il se vende,…
    S’il n’a ni le goût ni l’envie de ces démarches, on comprend bien qu’il soit satisfait du service rendu par l’organisme.

    Les professionnels indépendants du soutien scolaire vivent de ce métier.
    Le prix qu’ils demandent aux familles pour leurs prestations est de l’ordre de ce qui est demandé par les organismes (voire plus), et ils estiment qu’ils apportent aux familles un service bien supérieur en terme de qualité.
    Et oui, 15 € de l’heure leur semble une somme dérisoire. Dans ce boulot, la plupart des indépendants travaille au maximum 35 heures par semaine, et ce pas toutes les semaines de l’année - on donne peu de cours pendant les vacances de Noël, pendant les vacances d’été; et si on prend des vacances, on n’est pas payé.
    Si on se base sur une moyenne de 30 € de l’heure 25 heures par semaine pendant 10 mois, un simple calcul montre un revenu annuel de 30.000 €, soit 2.500 € par mois ramené sur 12 mois. De plus, les cotisations sociales (donc la retraite) sont calculées sur la base du SMIC.
    En conclusion ce n’est pas la misère, ce n’est pas non plus le Pérou, c’est un boulot qui permet de vivre gentiment en étant libre.
    C’est un calcul “en moyenne”, certains font plus d’heures et d’autres moins, d’autres encore demandent plus et d’autres moins, certains font également du soutien “en centre” (chez eux) pour des petits groupes, certains encore assurent des cours ou des formations en vacation dans le privé ou le public, …, chaque indépendant est un cas différent.

    On ne peut pas comparer ces deux situations, l’étudiant qui fait un “petit boulot” (ce n’est pas péjoratif) et celui qui a décidé d’en vivre à plein temps.

    Les organismes ont en fait industrialisé ce “petit boulot”.
    Et vu que la demande est importante, que les commerciaux sont payés à la commission, que la concurrence est féroce, que le business n’est pas vraiment règlementé, on assiste à des dérives regrettables de leur part.

    Lorsque ces dérives sont étalées au grand jour, les indépendants qui n’ont pas besoin des organismes de soutien scolaire en ricanent très fort, et ceux qui estiment en avoir besoin ne rient pas du tout.

    C’est mon analyse de ces échanges 8)

  42. Manu a écrit le 31 janvier, 2009 à 21:36

    Merci pour ce post Didier Kropp, vous avez tout dit et je partage entièrement votre analyse. :)

    Un conseil pour Mickaël : relisez le post de Didier et le votre ensuite, ça vous apprendra à faire la différence entre un post intelligent et un ramassis de préjugés tout juste bon à mettre le feu aux poudres.

  43. alexandre bigeard a écrit le 31 janvier, 2009 à 21:42

    c’est un résumé qui résume bien.

    j’espère qu’il y aura pas tout de suite un reportage là dessus de nouveau, j’suis fatigué et les kebabs me donnent mal au bide…

  44. Didier Kropp a écrit le 31 janvier, 2009 à 21:53

    @ Alexandre Bigeard

    Ben en fait… j’ai dans les billets en attente le reportage de Canal + d’octobre 2007… Des extraits ici : http://www.cours-de-maths-78.fr/blog/2008/10/videos-soutien-scolaire/

    On remarquera que le c’est le même dirigeant d’Acadomia qui s’est fait piéger par Canal + et par France 2.

    Comme disent méchamment les lycéens à propos des profs qui ne se font pas respecter, c’est une victime :lol:

    Et un site rien que pour vous : http://www.kebab-frites.com/
    Kebab-Frites.com, le site comparateur de kebabs !

  45. LITTLE DRAGON a écrit le 1 février, 2009 à 1:09

    Didier,

    Pourquoi avez-vous effacé mon commentaire relatif à la diffusion du reportage envoyé spécial. Est-ce que ce site est réservé uniquement aux internautes dont les critiques vont dans le même sens que votre reportage?

  46. Didier Kropp a écrit le 1 février, 2009 à 9:17

    @ little dragon

    Sincèrement, je ne me souviens pas avoir effacé un commentaire. Repostez-le !

    Ah si… j’ai effacé un commentaire qui comportait des termes que l’on peut juger injurieux et diffamatoires envers un dirigeant d’un organisme. Mais il n’était pas signé de vous.

  47. Mickael a écrit le 1 février, 2009 à 12:52

    Je vais me permettre de préciser quelques éléments que tous ici semble ignorer, même Mr. Kropp.

    Lorsque vous intervenez, chez un particulier pour une prestation, la Loi vous lie à la famille, dont l’un des parents devient votre employeur, et ceci dans le cadre de la convention collective nationale du particulier employeur. Dès lors que vous travaillez plus de 8 h par semaine OU 4 semaines consécutives, Vous êtes en CDI, même si rien n’a été signé. Un contrat de travail est reconnu tacitement par la loi. De ce fait, vous DEVEZ être payé, au rythme hebdomadaire de 2h, 8 ou 10h par mois. VACANCES Y COMPRIS! Donc, ce n’est pas un EMPLOI PRECAIRE!
    corollaire intéressant, les soit disant semaines de vacances non rémunérées DOIVENT l’être obligatoirement. Les parents qui le refusent sont hors la loi!
    Vos employeurs DOIVENT d’abord vous repecter, mais plus important respecter la loi, et en ce sens, vous avertir à l’avance, du moment ils souhaitent arrêter les cours et par là même, se soumettre aux procédures habituelles en la matière (préavis, convocation à un entretien de licenciement, où vous devez accepter de l’être, etc….Sincèrement, vous croyez normal de se laisser faire comme ça, et de ne rien dire, en laissant planer l’idée que vous n’avez aucun droit ?

    J’ai depuis cette année entamé de nombreuses procédures, envers des parents, qui pensent avoir tous les droits vous concernant, en me faisant défendre par un Avocat! Avec évidemment menace de procédure auprès du conseil des Prud’hommes:

    Résultat : Une lettre à en tête fait toujours son effet! Je ne saurais trop vous conseiller d’en faire de même…

    Autre idée: cette idée que cette activité est un petit boulot est absolument idiote et incrustée dans les têtes. On peut en faire son activité principale!

    Ne vous laisser par faire car vous avez des devoirs et des DROITS!

    Je me tiens à votre disposition si vous voulez des précisions: 06.12.87.57.56

    Bon Dimanche

  48. Didier Kropp a écrit le 1 février, 2009 à 13:53

    @ Mickaël

    Je ne l’ignore pas…

    Mon choix personnel totalement assumé est de me considérer plus comme un indépendant (je ne me fais payer que les heures travaillées) que comme un salarié. Et la plupart des “profs indépendants” font de même. Après, chacun est libre.

  49. L’école cotée en bourse, c’est ça « a écrit le 6 février, 2009 à 13:45

    [...] Bizarrement, le reportage est de plus en plus difficile à dénicher sur la toile ; vous pouvez (encore) le regarder en cliquant ici. [...]

  50. Arnaud a écrit le 6 février, 2009 à 14:11

    @ Mickael
    Elle est bien bonne celle-là.
    Si pour ma part, je faisais un procès à chaque fois que je subis une annulation de cours un peu cavalière, je perdrais bien plus encore (temps passé à engager une procédure, honoraires, etc).
    Et en tout cas, ce n’est pas comme cela que je développerais mon réseau…

    Dites donc, j’arrive après la bataille, mais ça a chauffé ici !

  51. Mickael a écrit le 6 février, 2009 à 17:17

    Je ne parle pas de faire un procès, mais de faire comme si…

    Vous croyez que 2000 € de moins chaque année, ça ne vaut pas les services d’un avocat?

    Faut se faire respecter!

  52. Florence a écrit le 10 février, 2009 à 0:01

    Petite parenthèse : je n’aimerais pas, en tant que mère et employeur, avoir affaire avec ce Mickael…On se croirait aux Etats Unis…Procédures, procédures…
    Ce que mickael ne veut pas ingurgiter c’est que l’étudiant n’a pas le temps de faire les démarches comme une personne qui vit de cela mais qu’il peut être tout aussi compétent même à 13 € de l’heure. Et à choisir, je préfèrerai prendre le jeune sympa et compétent que le vieux c… grincheux et venimeux…
    En fait ce qui ressort de son discours c’est : le pognon, le pognon et il critique les organismes ? Il me donne l’impression d’être comme eux voir pire vu qu’il rabaisse ses collègues (que ça lui plaise où non) à des moins que rien. Laissez les étudiants bosser sereinement et valider des trimestres pour leur retraite (en espérant qu’elle soit toujours d’actualité dans quelques années)
    Et en ce qui concerne ce reportage, à mon avis c’est un procès qui a été fait à l’encontre des grand groupes mais les parents (dont je fais partie) ne sont pas si dûpes que ça : ils savent reconnaître la vraie valeur (et je ne parle pas d’argent) des personnes. Après chacun est libre de faire ce qu’il veut. Nous sommes en démocratie, jusqu’à preuve du contraire.
    une parenthèse à une certaine Mlle Sautière qui dit ceci : “Maintenant voici la raison pour laquelle nous refusons d’être payés au SMIC : n’importe quel ouvrier ne pourra assurer le cours demandé. Ce travail n’est pas à la portée de tous (cf offre/demande); de plus le temps que les études nous ont pris doit être compensé financièrement car souvent (=légalement), nous travaillerons 5 à 10 années de moins qu’un ouvrier”
    1- Je ne suis pas d’accord car je connais des ouvriers qui on plus de connaissances que certains “profs”, et qui sauraient enseigner mais qui pour des raisons diverses n’ont pas choisi cette voie,
    2- Pourquoi n’est-il pas à la portée de tous ? ça j’aimerais bien le savoir, jugement de valeur qui n’a rien à voir avec l’offre et la demande,
    3- Les études que vous avez faites ont été payées par le contribuable en grande partie et effectivement vous travaillez 5 à 10 années de moins qu’un ouvrier mais l’ouvrier lui meurt 5 à 10 ans plus tôt que vous…
    Alors ayez un peu plus de respect pour cette catégorie socio-professionnelle et moins de préjugés …

  53. Didier Kropp a écrit le 10 février, 2009 à 9:31

    Et en ce qui concerne ce reportage, à mon avis c’est un procès qui a été fait à l’encontre des grand groupes mais les parents (dont je fais partie) ne sont pas si dûpes que ça : ils savent reconnaître la vraie valeur (et je ne parle pas d’argent) des personnes.

    Un des soucis avec beaucoup d’organismes est que lorsque la famille habite un peu loin d’un centre urbain, il leur est souvent très difficile de proposer des intervenants.

    Je pense que pas mal de dérives ont lieu dans cette situation : pour ne pas perdre le client, ils vont envoyer les intervenants disponibles prêts à se déplacer même si ils n’ont pas vraiment les compétences. J’ai personnellement recueilli quelques témoignages…

    Certes, la famille peut récuser l’intervenant si il n’est pas compétent. Mais si l’organisme n’a personne de mieux à proposer, c’est le client qui souffre : il n’a personne pour aider son enfant, et il a payé des heures de cours d’avance.

    Commence alors le parcours du combattant pour se faire rembourser et la recherche de quelqu’un de sérieux.

    Au final, un ou deux mois de perdus et une trésorerie pénalisée sur la foi d’une publicité alléchante.

  54. Mickael a écrit le 10 février, 2009 à 12:19

    Bonjour

    Pour répondre à Florence, je pense que chacun est tout à fait libre du comportement qu’il a à avoir.

    Me concernant, j’ai décidé de ne plus laisser passer le non respect et d’utiliser le droit , pour faire valoir les miens. Florence fait parti du tiers des parents qui nous considèrent comme des kleenex (à moins qu’elle ne soit à la tête d’une franchise et qu’elle voit déjà son CA baisser?) Face à ces gens là, il y a les Prud’hommes!

    Me concernant , les études que j’ai faites, après mes 16 ans, ont été essentiellement payées par moi-même.

    Je reste sur ma position: faites vous respecter!

    PS: je n’ai insulté personne que je sache.

  55. Manuel a écrit le 10 février, 2009 à 21:57

    “PS: je n’ai insulté personne que je sache.”

    “Enfin, moi quand j’étais étudiant, j’avais l’intelligence de ne pas me faire entuber!”

    “Quant aux réactions du personnage qui se dit être étudiant ingénieur en électronique de mes C…, je dirais qu’elles m’ont bien faites rire! Un Vrai étudiant serait suffisament malin pour trouver lui même des petits élèves, surtout dans une grande ville.”

    Mort de rire. Y a des gens comme ça tu pourrais leur mettre le nez dans leur caca qu’ils continueraient de nier, incroyable…

    En attendant Mickael, je ne suis peut-être pour toi qu’un sombre crétin et un pseudo-étudiant qui se fait entuber par une boite à fric telle que Complétude. Mais le jour où tu auras réussi à intégrer une des 10 meilleures écoles d’ingénieurs de France, en venant d’une famille de 6 enfants, ouvrière et immigrée espagnole, tu pourras te permettre de ramener un peu ta gueule.

    Donc c’est bien continue comme ça après tout, tu es le plus beau, le plus fort, le plus intelligent. Continue d’être à genoux devant toi-même, toi et ta sublime intelligence. Personnellement dans 10 ans, je sais où je serai et je ne m’abaisserai pas à perdre mon temps dans tout un tas de démarches pour un “jackpot” de 2000 euros par an et la défense d’une petite fierté mal placée.

    A bon entendeur, salut.

    (PS : et tes “conseils”, je crois que tu peux te les garder, je ne t’ai pas attendu pour arriver là où j’en suis)

  56. Manuel a écrit le 10 février, 2009 à 22:15

    Et au passage, je ne suis pas responsable chez Complétude et je ne suis pas payé pour les défendre. D’ailleurs ce n’est même pas mon but au final, car j’ai pas attendu un reportage d’Envoyé Spécial pour m’ouvrir les yeux. Tout ce qu’ils ont balancé je le savais déjà. Mais je continue de donner du soutien scolaire pour eux pour X raisons.

    Donc oui on peut être dans une grande école d’ingénieurs, savoir faire la différence entre COD et un COI et donner des cours chez Complétude ou Acadomia. C’est possible. Et quand on a pas des oeilleres devant les yeux et qu’on est pas trop psychorigide de la connerie, on peut parfaitement l’imaginer.

  57. Mickael a écrit le 11 février, 2009 à 12:40

    Chapeau bas!

    Je ne réponds pas à de tels propos, qui sont insultants.

    S’il y a des contre réactions, elles sont évidemment les bienvenues!

    Merci pour cette tribune d’expression libre Mr Kropp!

  58. Maye a écrit le 12 février, 2009 à 23:34

    Bonjour!

    Je suis professeur chez complétude (et je le précise je ne représente pas complétude)!
    Pour tout vous dire cela m’arrange beaucoup de passer par l’intermédiaire de complétude car je choisis le nombre d’heures qui me conviennent, à des horaires qui me conviennent, rapidement et avec une rémunération au dessus du smic sans perdre mon temps à démarcher des familles!

    Je suis plutôt déçue par le reportage effectué par envoyé spécial qui a clairement pris le parti de présenter les agences ainsi que les intervenants comme des incapables!Il y a des dysfonctionnements dans toutes les entreprises, c’est bien dommage; mais démissionneriez-vous de votre travail sous prétexte que tout n’y est pas parfait, je pense que non!

    Ah autre chose et là je m’adresse aux professeurs indépendants qui nous critiquent: quelle preuve donnez-vous de vos compétences aux familles que vous contactez? Leurs montrez-vous vos diplômes? vous font-elles passer des entretiens d’évaluation? Je pense que non!
    A mon avis, ce reportage ne sert pas non plus la cause des professeurs indépendants car au delà des agences, c’est tout le système des cours à domicile qui est mis à mal.
    Et puis à quoi bon nous faire la guerre, l’essentiel c’est que chacun trouve son compte dans la manière qu’il a choisie pour se trouver des élèves. Je respecte votre choix, faites en de même pour le mien!

    bonne soirée

  59. Mickael a écrit le 13 février, 2009 à 22:19

    Bonsoir Maye! Comme vous êtes drôle! Merci! Un bon moment de rigolade!

    Cela vous arrange bcp de passer par Complétude? Ah bon? 50% de marge sur votre dos et cela vous arrange? J’en suis fort aise. Pas de perte de temps à démarcher les familles, ce sont elles qui viennent à nous, grâce aux sites gratuits!

    Les preuves aux familles? Rien de plus simple: j’arrive en voiture à 45 000 €…..ça calme bien en fait!

    Relativement aux diplômes, je me souviens d’un coup d’un seul que jamais on ne m’en a demandé un dans l’industrie! Etonnant hein?

    40h cette semaine! fatigué!

  60. Arnaud a écrit le 14 février, 2009 à 18:41

    @Mickael
    Hum, je me demande bien quelle cause vous servez…
    Un jour on joue les prolétaires opprimés, et le lendemain les flambeurs.
    Cela manque un peu de cohérence tout cela.
    Courage, fuyons !

  61. Soutien scolaire: suppression de la réducation d’impôt - Blog MyProf a écrit le 18 novembre, 2009 à 13:09

    [...] Auteur : quentin J’ai été averti par Didier Kropp, l’auteur de cet excellent blog sur le remue ménage qui va commencer dans le petit monde du soutien [...]

  62. Soutien scolaire: suppression de la réducation d’impôt | Paroles d'étudiants a écrit le 18 novembre, 2009 à 15:21

    [...] été averti par Didier Kropp, l’auteur de cet excellent blog sur le remue ménage qui va commencer dans le petit monde du soutien [...]

  63. Loïc a écrit le 7 décembre, 2009 à 18:58

    Il est claire que sans entrer dans la géguerre entre les grosses boites de cours particuliers et les indépendants, le problème majeur réside dans le fait que l’on confond connaissances disciplinaires et pédagogies liées à l’apprentissage de ces mêmes connaissances.
    Même des indépendants sérieux diplômés (ingénieurs, licenciés, etc.)dans certaines matières peuvent être de piètres pédagogues (transmissifs). Même si la formation initiale que reçoivent les profs certifiés et agrégés, est de mon point de vue insuffisante, il n’en reste pas moins que cela est nécessaire à une pratique professionnelle acceptable. De plus, par le biais de la formation continue, les enseignants du public peuvent apprendre de nouvelles façons d’enseigner en plus de ce qui vient de leur pratique de tous les jours (expérience).
    Je ne dis pas non plus que les profs du public sont tous bons et que les indépendants sont tous mauvais mais pour avoir fait les deux, je peux vous dire que d’être enseignant c’est un métier et qu’une formation est une condition sine qua non.

  64. DesEsseintes a écrit le 7 décembre, 2009 à 19:48

    Cher Loic,

    Vous écrivez “être enseignant c’est un métier”. Nous voilà d’accord.

    En revanche, j’avoue peiner à comprendre les raisons pour lesquelles vous semblez associer le fait de bien enseigner à celui d’être certifié (je tente un “lol”) ou agrégé (un peu plus de respect, déjà).

    Si je vous suis bien, alors les personnes qui enseignent dans les ESC ou dans les écoles d’ingé, et qui sont dans l’écrasante majorité des cas titulaires d’un ou plusieurs Doctorats mais certainement pas d’une agrégation ou d’un capes (je place un nouveau “lol”), sont moins bons que les autres?

    Alors dans ce cas, pourquoi diable est-ce que ces écoles représentent une sorte d’élite, et pourquoi est-ce que tout le monde veut y entrer?

    Pire, un enseignant en Université titulaire d’un Doctorat est donc moins compétent qu’un certifié qui évolue depuis 15 ans dans le même collège?

    Mouais.

    M’est avis que les diplômes / concours influent peu sur la pédagogie.

    En revanche, ce que je peux vous affirmer, c’est que dans mon domaine (formation en langue), les agrégés (ne parlons même pas des certifiés) sont fuis comme la peste.

    On leur reproche notamment une incapacité à s’adapter aux apprenants (en collège / lycée, c’est l’élève qui doit s’adapter au prof, concept qui me semble absolument surréaliste), un refus de la remise en question en cas d’absence de résultat, peu d’enclin à se maintenir “en formation” tout au long de leurs carrières, un manque de souplesse relationnelle hérité des années passées en région parisienne, un rejet systématique et donc non-réfléchi de l’évolution des méthodes (niveau e-learning notamment), etc…

    Faites le test. Demandez à l’une de vos collègues (une certifiée / agrégée en anglais) de postuler chez l’un des leaders du marché, c’est à dire InLingua, CapitalDif, Berlitz, etc… Le CV partira à la poubelle dès la lecture du “titulaire de l’Education Nationale”.

    Pour les mêmes raisons, demandez-vous pourquoi il y a aussi peu d’agrégés dans les Grandes Ecoles. Ou pourquoi en cas de mobilité internationale, les certifiés / agrégés ne sont pas recherchés pour partir enseigner le français à l’étranger.

    Vraiment, les seuls à croire en la compétence des titulaires de l’Education Nationale sont les titulaires de l’Education Nationale eux-mêmes.

    Si vous en doutez, demandez-vous pourquoi est-ce que les parents font autant appel au soutien scolaire privé (je ne dis pas que c’est une bonne chose). Pourquoi est-ce que le soutien scolaire public mis en place par le ministère ne décolle pas. Pourquoi est-ce dans certaines classes, la moitié des élèves est suivie par des grosses boites de soutien ou par des indépendants.

    Plus personne ne croit en vous pour préparer des élèves à la vie active. Et pourtant vous venez nous parler de l’importance des certifiés et agrégés…

    A quand une bonne remise en question?

  65. Loïc a écrit le 7 décembre, 2009 à 21:27

    J’aurais aimer parler de pédagogies proprement dites mais le ton à la fois revendicatif, polémique voir agrésif m’appelle à un autre type de réponse.

    >En revanche, j’avoue peiner à comprendre les raisons
    >pour lesquelles vous semblez associer le fait de
    >bien enseigner à celui d’être certifié (je tente un
    >“lol”) ou agrégé (un peu plus de respect, déjà).

    Je l’associe en disant qu’une formation est nécessaire (mais non suffisante).
    C’est pourquoi je parle de nécessité et non de suffisance (au sens logique du premier ordre) de la formation.
    Par contre votre sous-entendu sur la différence entre certifiés et agrégés est justement inutile puisque d’un point de vue de la formation justement, il n’y a aucune différence dans la formation.
    D’ailleurs l’agrégation est une hérésie de l’éducation nationale d’un point de vue financier.

    > Si je vous suis bien, alors les personnes qui
    >enseignent dans les ESC ou dans les écoles d’ingé,
    >et qui sont dans l’écrasante majorité des cas
    >titulaires d’un ou plusieurs Doctorats mais
    >certainement pas d’une agrégation ou d’un capes (je
    >place un nouveau “lol”), sont moins bons que les
    >autres?

    Non, pas forcément, mais ils seraient de meilleurs pédagogues avec des formations adaptées.

    > Alors dans ce cas, pourquoi diable est-ce que ces
    >écoles représentent une sorte d’élite, et pourquoi
    >est-ce que tout le monde veut y entrer?

    Parce que la sélection a été faite en amont.

    > Pire, un enseignant en Université titulaire d’un
    >Doctorat est donc moins compétent qu’un certifié qui
    >évolue depuis 15 ans dans le même collège?

    Sans relever votre ironie et donc pour ne pas perdre trop de temps, il est vrai que le niveau pédagogique d’une très grande partie des “enseignants” des universités françaises est lamentable.

    > Mouais.
    >
    > M’est avis que les diplômes / concours influent peu
    >sur la pédagogie.

    C’est pourquoi il vaut mieux parler de formation professionnelle plutôt que de diplômes / concours

    > En revanche, ce que je peux vous affirmer, c’est
    >que dans mon domaine (formation en langue), les
    >agrégés (ne parlons même pas des certifiés) sont
    >fuis comme la peste.
    >
    > On leur reproche notamment une incapacité à
    >s’adapter aux apprenants (en collège / lycée, c’est
    >l’élève qui doit s’adapter au prof, concept qui me
    >semble absolument surréaliste), un refus de la
    >remise en question en cas d’absence de résultat, peu
    >d’enclin à se maintenir “en formation” tout au long
    >de leurs carrières, un manque de souplesse
    >relationnelle hérité des années passées en région
    >parisienne,

    À vouloir trop généraliser, vous perdez en véracité, heureusement qu’il ne soit pas nécessaire de vivre en région parisienne pour devenir agrégé.

    > un rejet de l’évolution des méthodes
    >(niveau informatique notamment), etc…

    Ça, c’est l’un des problèmes du fonctionnariat en général, il est plus facile de demander des changements de pratiques à des ingénieurs du privé qu’à des fonctionnaires. Mais là aussi, pas de généralisation sur l’utilisation des nouvelles technologies (http://sesamath.net/)

    > Faites le test. Demandez à l’une de vos collègues
    >(une certifiée / agrégée en anglais) de postuler
    >chez l’un des leaders du marché, c’est à dire
    >InLingua, CapitalDif, Berlitz, etc… Le CV partira
    >à la poubelle dès la lecture du “titulaire de
    >l’Education Nationale”.

    Désolé, je n’ai pas cette possibilité.

    > Pour les mêmes raisons, demandez-vous pourquoi il y
    >a aussi peu d’agrégés dans les Grandes Ecoles.

    Ceux cas différents à analyser :
    1. la quasi totalité des normaliens sont agrégés
    2. pour le reste des grandes écoles, je ne vois pas en quoi l’agrégation peut leur apporter quoi que ce soit.

    > Ou pourquoi en cas de mobilité internationale, les
    >certifiés / agrégés ne sont pas recherchés pour
    >partir enseigner le français à l’étranger.

    Les enseignants sont des fonctionnaires et n’aiment pas l’inconnu, sauf exception bien sûr.

    > Vraiment, les seuls à croire en la compétence des
    >titulaires de l’Education Nationale sont les
    >titulaires de l’Education Nationale eux-mêmes.

    J’ose espérer que votre fougue est à l’origine de votre non compréhension d’une bonne partie de mon message. Vous généralisez, vous vous emportez de grosses bêtises. Il y n’y a pas que les profs pour croire encore à l’école. De plus, un nombre non négligeable d’enseignants (dont je faisais partie) pensent qu’il y a beaucoup de progrès à accomplir dans cette institution.
    Sinon, faites également attention aux amalgames et autres généralités qui conduisent la plupart du temps au mieux à des débats stériles et dans le pire des cas crimes contre l’humanité (racisme, guerre, Shoa, etc.)
    Comme apparemment vous avez l’air du croire que je suis prof du public bien tranquille et planqué dans son établissement, je suis donc obligé de vous parler un peu de moi. Bien que je sois certifié en Mathématiques, je suis très critique sur tout ce qui ne va pas dans l’éducation nationale. J’en suis d’ailleurs sortie et je suis auteur de matériel pédagogique au Québec après avoir créer une société d’édition de logiciels pédagogiques.

    Sinon, de grâce, comment voulez-vous faire avancer le débat de façon constructive avec de telle représentations.
    Oui, l’éducation nationale doit former d’avantage ses enseignant et oui enseigner c’est un métier et ça s’apprend.
    D’ailleurs, il est possible également de faire de l’auto formation via internet par exemple.
    Une dernière chose, arrêtez de confondre niveau disciplinaire et aptitude à être un bon pédagogue comme dans le cas des agrégés et de certifiés. Cela me ramène justement à mon premier message qui entre autre chose dit qu’il ne faut pas confondre les connaissances disciplinaires qu’ont certaines personnes avec leurs facultés de les enseigner.

    Au plaisir de vous relire, mais cette fois pour des propos beaucoup plus constructifs et en lien direct avec mon post de départ qui je vous le rappelle préconisait qu’enseigner est un vrai métier et qu’une véritable formation est nécessaire (et non suffisante).

  66. Didier Kropp a écrit le 7 décembre, 2009 à 22:40

    Je serais plutôt de l’avis de DesEsseintes (ça arrive…) sur la pédagogie : si on aime ça et si on est fait pour ça, ça va, et une formation ne peut faire que du bien; si on n’est pas fait pour, en dépit de toutes les formations, on restera un mauvais pédagogue.

    Un peu comme le commercial, il y a ceux qui aiment ça et sont doués naturellement pour, et les autres qui auront toujours du mal (même si on peut s’améliorer).

    Pour les langues, c’est assez spécifique; dans le système éducatif français, on veut que les élèves sachent écrire une langue étrangère, pas la parler…

  67. Loïc a écrit le 7 décembre, 2009 à 23:51

    Je suis assez d’accord avec vous, mais pour parler de mon expérience professionnelle (désolé1, mais c’est celle que je connais le mieux), j’aimerais ajouter ceci.
    Quand je donnais beaucoup de cours particuliers (environ 30h par semaine pendant 4 années)et ce, grâce surtout au bouches à oreilles, j’avais un retour très positif de la part de mes “clients”, parents et élèves. Mais après avoir suivi de la formation professionnelle au sein de l’école publique (désolé2, personne est parfait), j’ai appris énormément sur ma pratique et j’ai pu améliorer certaines choses. Attention, je ne dis pas qu’une formation sur la pédagogie en autodidacte n’est pas possible, je dis juste qu’une bonne (car il y en a aussi de mauvaises) formation professionnelle fait gagner du temps. En effet, bien qu’une partie importante peut venir de nous même, on ne peut pas non plus réinventer la roue pour tout. De plus, plus cette formation arrive tôt, plus les élèves en profitent.
    La comparaison entre un enseignant et un commercial me semble un peu exagérée, car bien que je sois d’accord avec le principe général exposé, il n’en reste pas moins que la somme de connaissances (pédagogiques) à assimiler et à mettre en œuvre, est me semble-t-il bien plus importante pour un (bon) enseignant qu’elle ne l’est pour un bon commercial (désolé3, j’ai aussi été commercial dans une vie antérieure).
    Prenez par exemple l’apprentissage des nombres pour les enfants de 0 à 6 ans. Combien d’enfants vous faudra-t-il observer pour en arriver à ce qui est déjà connu de la plupart des didacticiens du domaine.
    Autre exemple, le choix de certaines variables didactiques en relations avec des représentations erronées qu’on certains élèves aide énormément pour faire une remédiation adaptée et efficace ou pour détecter d’éventuels défaut de compréhension.
    Bon, je m’arrête là car je ne voudrais par être trop technique et vous ennuyer avec un sujet qui me passionne et sur lequel je pourrais donner des dizaines et des dizaines d’exemples tous plus intéressants les uns que les autres.

  68. Loïc a écrit le 8 décembre, 2009 à 0:08

    Pour finir, peut-être qu’il faudrait être d’accord sur la signification du mot “pédagogie”.
    Je pense que vous l’employez dans le sens “Qualité de celui qui sait transmettre les connaissances” auquel cas je suis parfaitement d’Accord avec vous.
    Par contre si l’on s’attarde à son sens moins commun c-à-d “Science de l’éducation, de l’instruction des enfants. Méthode d’enseignement” alors là, une formation professionnelle (en autodidacte ou pas) est nécessaire pour être vraiment un très bon prof.

  69. DesEsseintes a écrit le 8 décembre, 2009 à 11:04

    Merci Loïc pour votre réponse rapide et complète.

    1) “Par contre votre sous-entendu sur la différence entre certifiés et agrégés est justement inutile puisque d’un point de vue de la formation justement, il n’y a aucune différence dans la formation.”

    Vous voulez rire? Quand on est bon, c’est l’agrégation que l’on passe, et non le capes! Les certifiés sont ceux qui n’avaient pas le niveau pour devenir agrégés. Vous aurez beau vous rouler par terre ou retenir votre respiration jusqu’à ce que je modifie ce que je viens d’écrire, vous n’y changerez rien. Quand on est compétent dans sa matière, on tente l’agreg. Le cas échéant, on se rabat sur le capes.

    2) “Non, pas forcément, mais ils seraient de meilleurs pédagogues avec des formations adaptées.”

    Visiblement, les directeurs d’ESC et d’écoles d’ingé, qui se soucient de la réussite professionnelle (et non scolaire, grosse différence) de leurs élèves, ne partagent pas votre point de vue d’ancien titulaire de l’Education Nationale.

    Leurs élèves, eux, sont ceux qui connaissent le moins le chômage, et qui auront en sortie d’école les salaires les plus élevés…

    3) “À vouloir trop généraliser, vous perdez en véracité, heureusement qu’il ne soit pas nécessaire de vivre en région parisienne pour devenir agrégé.”

    Pardon? Vous aviez très bien compris pourtant. Dans 90% des cas, les premières affectations dans l’enseignement public s’effectuent en région parisienne. Et j’insiste, mais cinq ans à Epinay-sur-Seine ou Créteil, ça vous “change” niveau souplesse relationnelle.

    4) “la quasi totalité des normaliens sont agrégés”

    J’ai ri. De toutes les Grandes Ecoles, Normale Sup’ est celle qui place le moins de ses élèves dans le secteur privé. Dites, je vous parle de réussite professionnelle, et non pas de renouvellement en système clos des cadres supérieurs de la fonction publique.

    5) “des débats stériles et dans le pire des cas crimes contre l’humanité (racisme, guerre, Shoa, etc.)”

    Bravo, point de Godwin atteint!

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_de_Godwin

    6) “mon post de départ qui je vous le rappelle préconisait qu’enseigner est un vrai métier et qu’une véritable formation est nécessaire (et non suffisante).”

    Nous sommes d’accord. Là où nos avis divergent, en revanche, c’est qu’à mes yeux la formation des enseignants du publics est l’une des pires possibles.

    Au lieu de ramener le débat à “vous VS moi”, incluons donc les autres acteurs de l’enseignement, qu’en pensez-vous?

    Les parents. Pourquoi ne vous font-ils plus confiance? Si vous trouvez que je ne me base sur rien, expliquez-moi pourquoi est-ce que le soutien scolaire privé (grosses boites ou indépendants) fonctionne aussi bien? Pourquoi est-ce que la tentative de mise en place de soutien public (avec donc les MEMES profs que ceux des cours en classe) ne décolle pas? Comment expliquez-vous que dans pas mal de sections, la moitié des élèves soit suivie?

    Les recruteurs des entreprises. Pourquoi fuient-ils les filières tenues par les acteurs du publics (universités, lycées)? Pourquoi depuis 20 ans n’embauchent-ils que des jeunes issus de formations NON TENUES par des certifiés / agrégés (BTS, écoles d’ingé, ESC)? Pourquoi est-ce que l’éducation nationale refuse l’arrivée du monde professionnel dans l’école (système de stages notamment), alors que ce principe favorise grandement le processus de recrutement?

    Bref, beaucoup d’indicateurs vous montrent que la formation des enseignants publics ne colle plus aux exigences du monde réel, mais vous continuez à prétendre qu’on fait difficilement mieux que la pédagogie publique.

    Quand j’étais gamin, mon grand-père me tenait ce discours : “quand quelqu’un te dit que t’es con, tiens bon sur tes positions. Par contre quand plusieurs personnes te disent que t’es con, alors change.”

    Bravo. Tant qu’il n’y aura aucune volonté de remise en question de votre part (j’englobe votre cas dans la prétention générale du monde enseignant public) malgré la masse de signaux extérieurs vous demandant de changer (et changer, ça veut dire écouter les avis EXTERIEURS, et non pas effectuer des modifications en système clos avec d’anciens profs eux-mêmes mariés à des profs et parents de profs qui donnent leur avis sur le monde des profs), m’est avis que Didier Kropp aura beaucoup d’élèves, et je suis très content pour lui.

  70. Loïc a écrit le 8 décembre, 2009 à 19:09

    0)Merci Loïc pour votre réponse rapide et complète.
    -Je vous en prie, tout le plaisir était pour moi.
    1) “Vous voulez rire? Quand on est bon, c’est l’agrégation que l’on passe, et non le capes! Les certifiés sont ceux qui n’avaient pas le niveau pour devenir agrégés. Vous aurez beau vous rouler par terre ou retenir votre respiration jusqu’à ce que je modifie ce que je viens d’écrire, vous n’y changerez rien. Quand on est compétent dans sa matière, on tente l’agreg. Le cas échéant, on se rabat sur le capes.”
    -Bien que vous précisiez que “je n’y changerais rien” (ce qui dénote chez vous d’un certain état d’esprit), voici quelques faits :
    - la première partie des concours CAPES / AGRÉGATION est purement théorique, même une personne qui n’aurait aucune prédisposition pour le métier d’enseignant peut être sélectionnée. Cette sélection n’est que disciplinaire. Donc quand vous dites “quand on est bon” vous parlez encore et encore des connaissances disciplinaires et non de la pédagogie (je me demande d’ailleurs, si vous ne le faite pas exprès).
    - Pour revenir sur le “quand on est bon, c’est l’agrégation”, cette affirmation signifie par contraposée, que, si ce n’est pas l’agrégation alors on est pas bon. D’après vous, tous les certifiés, tous les enseignants indépendants ne seraient pas bons.
    -Que dire des étudiants brillants qui doivent travailler rapidement et qui obtiennent directement le CAPES après la licence?
    - En 2008 et en 2009, il a été sélectionné 252 étudiants sur toute la France pour être agrégés (http://fr.wikipedia.org/wiki/Agr%C3%A9gation_de_math%C3%A9matiques)
    Donc d’après vous, les autres ne sont pas bons. Je laisse le soin aux lecteurs d’avoir un avis sur l’exagération (c’est un euphémisme) outrancière dont vous faite preuve une nouvelle fois.
    voir également (http://fr.wikipedia.org/wiki/Certificat_d%27aptitude_au_professorat_de_l%27enseignement_du_second_degr%C3%A9) pour certains chiffres concernant le CAPES.

    2) “Visiblement, les directeurs d’ESC et d’écoles d’ingé, qui se soucient de la réussite professionnelle (et non scolaire, grosse différence) de leurs élèves, ne partagent pas votre point de vue d’ancien titulaire de l’Education Nationale.”
    - Avec cet exemple, vous me montrez que vous mélangez tout, mon propos ne parlait en rien des relations qui existent entre la réussite professionnelle et la réussite scolaire des élèves.
    - De plus, là encore, vous semblez croire que les enseignants ne se soucient pas de l’avenir professionnel des êtres humains qu’ils ont en responsabilité. Figurez-vous que je suis encore le parcours professionnel d’anciens élèves que j’ai eu la chance d’avoir en classe de sixième en 1997 dans un quartier très difficile.

    2′)À propos des autres filières, les principales raisons sont toutes autres.
    -il n’y a pas assez de certifiés / agrégés sur le marché. Plusieurs de mes anciens collègues et moi-même avons déjà été contacté à plusieurs reprises pour donner des cours dans des écoles d’ingénieurs, or la plupart du temps leur salaire leur suffit et ils préfèrent ne pas travailler plus et ne pas gagner plus.
    -En ce qui concerne les BTS, en règle générale et bien sur pour les matières où il y en a, ce sont bien des certifiés/agégés qui enseignent.
    -Sinon, il faut bien comprendre que le système de recrutement certifiés / agrégés est fait avant tout pour les matières générales et non techniques. Cela se situe presque exclusivement pour la formation initiale, ceci explique cela.

    3) “Leurs élèves, eux, sont ceux qui connaissent le moins le chômage, et qui auront en sortie d’école les salaires les plus élevés…”
    -Encore un petit mélange dont vous semblez friand, je vous rappelle que leurs élèves ont été les nôtres également. Encore plus fort, si ces élèves n’avaient pas été les nôtres, ils ne seraient pas les leur.

    4) “Pardon? Vous aviez très bien compris pourtant. Dans 90% des cas, les premières affectations dans l’enseignement public s’effectuent en région parisienne. Et j’insiste, mais cinq ans à Epinay-sur-Seine ou Créteil, ça vous “change” niveau souplesse relationnelle.”
    -Non, vu comment vous avez tourné votre phrase, il n’était pas claire du tout que vous parliez d’affectation.
    -Encore un “petit” excès de votre part, si vous disiez vrai, cela signifirait qu’il resterait environ une centaine de profs pour couvrir les nouveaux besoins de tout le territoire exceptéé la région parisienne. Quand je vous disais que vous étiez dans l’exagération !!!

    5) “la quasi totalité des normaliens sont agrégés”

    6)”J’ai ri. De toutes les Grandes Ecoles, Normale Sup’ est celle qui place le moins de ses élèves dans le secteur privé.”
    -C’est normal (jeu de mot) car d’après ce que je connais de cette institution, cela n’a pas l’air du tout d’être sa vocation. Quand on veut travailler dans le privé, on ne choisi pas l’ENS. C’est comme ci vous disiez que l’on ne retrouve pas beaucoup d’étudiants en Italiens comme formateur en Anglais.

    6′)”Dites, je vous parle de réussite professionnelle, et non pas de renouvellement en système clos des cadres supérieurs de la fonction publique.”
    -Mais justement, je ne parlais pas du tout de réussite professionnelle dans mon message. Je parlais de formation professionnelle pour les enseignants.

    7)”Bravo, point de Godwin atteint!(http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_de_Godwin)”
    -Merci pour cette référence que j’ai lu avec attention et que je pourrai réutiliser.
    -Une petite remarque toutefois, il est dit au début de l’article : “« Plus une discussion sur Usenet dure longtemps, plus la probabilité d’y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Hitler s’approche de 1[1]. »”
    Je vous ferais remarqué, que notre conversation n’a pas durée longtemps et que ce n’est pas de ma faute si vous mélangez tout, si vous vomissez tous les griefs que vous avez accumulez (à tord ou à raison) contre l’éducation nationale Française.
    Vous donnez l’impression non seulement de manquer de mesure (cf 4) et d’être aveugle aux arguments qui nuances mes propos (relire 63 ex : “dans certaines matières —peuvent— être de piètres pédagogues (transmissifs). Même si la formation initiale que reçoivent les profs certifiés et agrégés, —est de mon point de vue insuffisante—) mais surtout, vous balancez tout ce que vous avez sur le coeur même si cela n’était pas en relation directe avec le sujet. En un mot vous manquez de rigueur intellectuelle (cf 3), vous confondez sujet et sujets connexes (cf 6).
    Est-ce que vous le faites exprès ou pas? Je n’en sais rien, tout ce que je peux vous dire, c’est que dans le premier cas de figure cela s’appelle de la mauvaise fois et que dans le deuxième cas de figure cela dénote d’un sacré caractère.
    -Pour revenir sur Godwin, je faisais référence non pas au fait que nous n’étions pas d’accord mais plutôt à votre façon de procéder. Il n’est jamais bon dans une société quelquesoit, de contribuer à former des groupes d’individus sans tenir compte des différences existantes entre les individus, puis une fois ces groupes constitués, de les opposer de manière grossière. Ce n’est pas comme cela que l’on fera progresser les choses, et au risque d’approcher une nouvelle fois le fameux point G comme Godwin (un peu d’humour dans ce monde brut, ça ne peut pas faire de mal), je vous répète que c’est avec ce genre de processus intellectuel qu’on arrive à monter un groupe d’individus contre un autre.
    8) ““mon post de départ qui je vous le rappelle préconisait qu’enseigner est un vrai métier et qu’une véritable formation est nécessaire (et non suffisante).”
    Nous sommes d’accord. Là où nos avis divergent, en revanche, c’est qu’à mes yeux la formation des enseignants du publics est l’une des pires possibles.”
    -Et c’est reparti, pourquoi ne pas dire : “qu’elle est mauvaise”, “qu’elle est insuffisante” ou bien “qu’il faudrait la refonder”? Mais non, vous vous sentez compétente pour utiliser “l’une des pires possibles”. L’avez-vous déjà suivi? et surtout avez-vous une connaissance de la quasi totalité des formations professionnelles qui ont lieu dans ce pays pour pouvoir affirmer une chose pareil.
    -Je vous rappelle que pour pouvoir utiliser l’adjectif “pire” dans ce contexte il faut avoir une connaissance quasi totale de tout ce qui se fait puisque “pire” signifie : “plus mauvais”

    9)”Au lieu de ramener le débat à “vous VS moi”, incluons donc les autres acteurs de l’enseignement, qu’en pensez-vous?
    Les parents. Pourquoi ne vous font-ils plus confiance?”
    -Quand j’étais prof, j’étais toujours surpris par le manque de revendications de la plus part des parents. J’aurais aimé qu’un nombre plus important d’entre eux soient plus revendicatif pour faire avancer les choses plus rapidement.

    10)”Si vous trouvez que je ne me base sur rien, expliquez-moi pourquoi est-ce que le soutien scolaire privé (grosses boites ou indépendants) fonctionne aussi bien?”
    -Tout d’abord, je ne trouve pas du tout que vous vous basez sur rien. C’est juste une histoire de mesure et d’amalgames.
    -Il est évident que le système scolaire privé (dont j’ai fait partie pendant 4ans) s’épanouit sur les échecs du système public et que ce n’est pas parce qu’ils sont bons que les gens y vont mais parce que nous ne sommes pas assez bons nous-même.
    -Une autre raison fondamentale c’est que le système français est basé sur un enseignement en classes entières et nous avons surement atteint les limites du système en général. Il faut améliorer ou revoir toute l’organisation (emploi du temps, remédiation individuelle ou en groupe de besoins restreints, pédagogie différentiée, formation des enseignants, recrutement, disponibilité du matériel informatique, etc.)

    11)”Pourquoi est-ce que la tentative de mise en place de soutien public (avec donc les MEMES profs que ceux des cours en classe) ne décolle pas?”
    -J’y vois une raison de type fonctionnnarial (cf message 65 :”Ça, c’est l’un des problèmes du fonctionnariat en général, il est plus facile de demander des changements de pratiques à des ingénieurs du privé qu’à des fonctionnaires”)
    -Une raison politique. Tout ce que demande un gouvernement de droite et qui plus est, dirigé par Nicolas Sarkosy, est forcément mauvais.
    -Une raison humaine. La peur du changement, où cela va-t-il nous mener, etc.
    -En règle générale, les enseignants n’aiment pas ou non vraiment pas l’habitude de travailler avec des petits groupes.
    Je me souviens que nous étions déjà très peu nombreux pour proposer nos services pour des ateliers en groupe restreints ou pour “l’école ouverte” il y a maintenant 7 ans de cela.

    12)”Comment expliquez-vous que dans pas mal de sections, la moitié des élèves soit suivie?”
    -enseignement de masse
    -limite du système en classe entière (cf 10)

    13)”Les recruteurs des entreprises. Pourquoi fuient-ils les filières tenues par les acteurs du publics (universités, lycées)? Pourquoi depuis 20 ans n’embauchent-ils que des jeunes issus de formations NON TENUES par des certifiés / agrégés (BTS, écoles d’ingé, ESC)?”
    -Les recruteurs de quel type de personnels?

    14)”Pourquoi est-ce que l’éducation nationale refuse l’arrivée du monde professionnel dans l’école (système de stages notamment), alors que ce principe favorise grandement le processus de recrutement?”
    -(cf 11)
    -Beaucoup d’enseignant n’aime pas que le monde extérieur “entre dans la classe”, ça va du simple collègue, à l’inspecteur en passant par le chef d’établissement.
    -Peur de la marchandisation dans les établissements scolaires qui sont vus comme des espaces où les enfants sont protégés du monde de surconsommation capitaliste dans lequel nous vivons.
    -Sinon, le monde de l’entreprise est déjà un peu dans l’école, puisque j’ai déjà eu à gérer des stages en entreprises et des visites dans celles-ci.

    15)”Bref, beaucoup d’indicateurs vous montrent que la formation des enseignants publics ne colle plus aux exigences du monde réel, mais vous continuez à prétendre qu’on fait difficilement mieux que la pédagogie publique.”
    -si vous me lisez correctement vous verrez que je suis pour un changement des pratiques, cependant pour avoir pas mal bougé (privé, public, Québec), je peux vous assurer que dans le cadre d’un enseignement de masse donné en groupe (environ 30 élèves), je n’ai pas encore vu de chose bien différente. L’une de mes grandes déceptions à ce sujet, aura été de constater qu’au Québec c’est pas mieux. En effet au vu des résultats au test PISA et en me basant sur des écrits portant sur la didactique des mathématiques, je pensais que mes enfants bénéficieraient d’un système scolaire supérieur à celui qui est proposé en France. Et bien pour suivre la scolarité de mes enfants de très près, j’ai l’impression de remonter le temps et de me trouver en France dans les anneés 1970.
    -Il n’y a pas de “pédagogie public”, il y a les bonnes pratiques et les autres. Ce n’est pas une question de public ou privé.

    16)”Quand j’étais gamin, mon grand-père me tenait ce discours : “quand quelqu’un te dit que t’es con, tiens bon sur tes positions. Par contre quand plusieurs personnes te disent que t’es con, alors change.””
    -Votre Grand-père avait raison, sauf que le mien rajoutait qu’il fallait que les personnes en question ne se soient pas passés le mot.
    -Toujours dans le registre de la mesure, On pourrait également remplacer “t’es con” par quelque chose comme “tu as tort”

    17)”Bravo. Tant qu’il n’y aura aucune volonté de remise en question de votre part (j’englobe votre cas dans la prétention générale du monde enseignant public) malgré la masse de signaux extérieurs vous demandant de changer (et changer, ça veut dire écouter les avis EXTERIEURS, et non pas effectuer des modifications en système clos avec d’anciens profs eux-mêmes mariés à des profs et parents de profs qui donnent leur avis sur le monde des profs), m’est avis que Didier Kropp aura beaucoup d’élèves, et je suis très content pour lui.”"
    -Votre non connaissance de la gouvernance du système m’étonne, ce système (comme beaucoup d’autres) ne se transformera que de l’intérieur et de manière continue (par opposition à une révolution, qui met tout par terre pour finalement revenir au point de départ (c’est d’ailleurs l’éthymologie du mot)). En voici un exemple, le projet en mathématiques qui fait bouger le plus les choses en ce moment, est un projet lancé par les profs et non soutenu par le ministère (au départ). Allez jeter un oeil (http://www.kidimath.net/) par exemple et si vous avez des enfants en age de suivre ce type de cours, vous verrez les progrès importants qu’ils feront.
    -Mais comment se fait-il que vous puissiez croire qu’il n’y a aucune volonté de remise en question de ma part? J’ai même dépassé ce stade depuis longtemps, j’en suis plutôt à proposer des solutions pour faire changer certaines choses. Par contre je ne peux pas non plus dire que tout est de la merde puisque ce n’est pas vrai.

    Pour conclure, et pour lier Godwin et la réflexion de votre grand-père : si plus d’une personne (qui ne se connaissent pas) arrivent rapidement au point Godwin avec vous, c’est peut-être que vous manquez singulièrement de mesure et qu’il serait bon que vous nuanciez vos propos afin de leur donner plus de crédibilités afin d’avoir une discussion constructive. Mais, vous seul savez combien de fois cela vous est déjà arrivé.

    Il me vient une autre idée, que ce serait-il passé si M.Godwin avait eu une discussion sur le net avec M.Hitler?

    Bon, c’est pas tout ça mais je suis travailleur indépendant, donc il faut que je ratrappe mon retard afin que mes clients soient livrés en temps et en heure.

  71. DesEsseintes a écrit le 11 décembre, 2009 à 10:31

    Loïc, vous êtes indécrottable. J’en serais presque admiratif, si l’avenir de millions de gamins n’était en jeu. Votre prose me rappelle les plus beaux moments de déni des dirigeants bolchéviques lors de grands discours comme ceux que l’on pouvait entendre au coeur des années 60s. La technique est simple : noyer les lecteurs potentiels (en espérant en perdre un bon paquet en route) sous un flot de désinformation, en évitant -bien entendu- de répondre aux questions posées (plusieurs dizaines de ligne pour vos comparaisons douteuses sur les régimes fascistes, à peine deux pour la réponse sur les Grandes Ecoles ou sur le monde professionnel)

    Par ailleurs, cette propension à vivre le simple désaccord de votre interlocuteur comme une agression nécessitant une contre-attaque immédiate me semble symptomatique de vos années d’enseignement passées dans le système public.

    Je ne rentrerai donc pas dans votre jeu, parce que je n’ai rien contre vous personnellement, et vous reposerai simplement mes questions (tout en sachant que vous avez visiblement trop de fierté pour en admettre les réponses) :

    - Pourquoi est-ce qu’autant de parents se lancent dans le soutien privé (et ce en dépit des nombreux reportages télévisés à charge) et boudent le soutien public mis en place par le gouvernement?

    - Pourquoi est-ce que les recruteurs barrent les formations ne bénéficiant pas de stage? Je reformule : pourquoi est-ce que les recruteurs ne veulent pas de jeunes passés uniquement entre les mains de certifiés et d’agrégés, et ne prennent que ceux qu’ils ont eux-même pu tester / former (ah zut, ces salauds ces recruteurs ne se rendent donc pas compte que votre pédagogie est bien meilleure que la leur)?

    - Pourquoi est-ce que les Grandes Ecoles n’emploient pas de certifiés ou d’agrégés, mais choisissent de faire appel à des Docteurs ayant faits leurs preuves dans le secteur privé (vous savez, le fameux monde du travail)? Exemple : l’ESC Bordeaux, ville dans laquelle je réside (8ème au classement des ESC). Jetez donc un coup d’oeil aux CVs des enseignants http://www.bem.edu/fr/Enseignement-et-Recherche/Corps-professoral

    - Question subsidiaire : est-ce une simple coïncidence que ces écoles soient à l’heure actuelle les plus recherchées par les employeurs?

    - Pourquoi est-ce que les entreprises, dans le cadre du DIF, préfèrent faire appel à des boites privées (comme celles citées plus haut) plutôt qu’aux organismes de formation publics (et donc remplis de certifiés et d’agrégés) tels que le Greta?

    - Pourquoi est-ce que ces mêmes boites de formation privées (cf messages précédents sur les langues) refusent catégoriquement d’embaucher des certifiés ainsi que des agrégés?

    Bref, tout le monde vous désavoue, y compris votre propre employeur, le gouvernement, qui (gauche comme droite) tente en vain de reformer votre mode de fonctionnement et de formation depuis des années… Regardez la haine (je mesure mes mots) que suscitent vos grèves, et comparez-la à l’empathie de l’opinion publique face aux revendications des infirmière ou des pompiers.

    Votre “pédagogie”, votre formation, et vos méthodes, sont visiblement obsolètes. Mais au-delà de ça, ce sont surtout vos grandes certitudes qui agacent.

    Ouvrez les yeux, acceptez la critique, soyez humbles, et changez, il y a urgence.

  72. loic a écrit le 11 décembre, 2009 à 16:43

    Quoi, vous répondre, si ce n’est que je me demande si vous avez pris en compte le fait que je suis sorti du système, donc cela signifie que pas mal de choses ne me convenaient pas dont d’ailleurs certaines que vous citez plus haut.

    De plus je vous rappelle également que c’est à la suite de l’émission sur le recrutement “d’enseignants”, que j’ai juste dit qu’une formation étaient nécessaire car s’était un véritable métier. Je pense plus particulièrement aux exemples judicieusement choisis qui doivent être en relation avec les erreurs les plus fréquemment rencontrées chez les élèves et cela ne peut être que le fruit de l’expérience (confrontation avec beaucoup d’élèves) et/ou d’un échange avec des personnes qui l’ont déjà vécu (cf livre de formateurs/enseignants, formation, etc.).

    Ensuite, comme dans tous les métiers, il y a des gens qui sont plus ou moins doués, plus ou moins courageux, qui ont une conscience professionnelle plus ou moins importante, etc.

    Maintenant une chose est certaine, toutes les personnes que j’ai rencontrées et qui pensaient comme vous (et dont je faisais partie) et qui sont venues travailler devant des classe, se sont aperçus de la limite de ce type d’enseignement de masse. Quand les parents ne peuvent pas aider leurs enfants par exemple, quand les programmes sont inutilement surchargés, quand on a pas de matériel éducatif à sa disposition, quand on a pas l’argent pour acheter le logiciel qui va bien, quand il n’y a pas assez de place dans les locaux pour accueillir les profs qui veulent rester travailler sur place, etc. Donc, tout n’est pas à mettre sur le dos des profs qui seraient tous des fainéants et des incapables.

    De plus comme vous balancez tout en même temps, il est très difficile d’analyser intelligemment chaque partie du problème.

    Enfin, relisez se que je dis sur le système et vous verrez si je n

  73. loic a écrit le 11 décembre, 2009 à 17:07

    Désolé, je continue ici.

    Enfin, relisez se que je dis sur le système et vous verrez si je ne suis pas critique sur le système.
    Comparez la distance qui me sépare d’un prof extrémiste qui défendrait à 100% le système avec la distance qui vous sépare d’un extrémiste qui dirait que tout ça, c’est de la merde, que les certifiés ne sont pas bons, que les profs sont des fainéants, qu’ils se foutent des élèves et de leur avenir, que c’est tous des grévistes, etc.
    Au fait, en dix ans d’éducation nationale, je n’ai jamais fait grève une seule fois.

  74. Exploser a écrit le 2 février, 2010 à 21:15

    Le reportage est édifiant !!! Incroyable !!
    Comme déjà dit dans un autre commentaire d’un autre article, je m’occupe de 2 élèves, pour le compte des Cours L. Et le reportage correspond souvent à ce que j’y ai vu.
    Lors de l’entretien, j’avais apporté tous les documents (diplômes, casier judiciaire, …). Puis j’ai eu un test pour le collège, un pour le lycée. Deux QCM. Celui pour le lycée était d’une facilité enfantine, j’ai eu 19/20. Celui pour le collège était un peu plus difficile (trop longtemps que je n’avais pas fait de maths de ce niveau), j’ai eu 16 ou 17 sur 20. Je ne trouvais pas ça terrible. Mais apparemment le recruteur trouvait ça vraiment très bien. Pourtant, à mon avis, un prof digne de ce nom ne peut pas se permettre de ne pas avoir 20 sur 20 à un test aussi facile (disons 19/20 pour autoriser une erreur d’étourderie, qui peut toujours arriver).
    Ensuite, quand j’ai discuté avec l’une des mamans, je lui ai demandé combien elle payait. « Un peu plus de 52 €. Mais pour ce prix là j’ai un vrai prof, pas un étudiant. » Sur le coup je n’ai pas relevé. En effet, je ne suis pas prof de métier, mais je ne suis plus non plus étudiant depuis longtemps. J’ai pensé qu’elle voulait simplement dire par là que je n’étais pas un jeune étudiant, que j’avais un peu plus de bouteille. Mais vu le reportage, je pense maintenant qu’elle croit que je suis un vrai prof certifié. Je ne suis pas forcément moins bon qu’un vrai prof certifié (niveau maths, je ne suis pas moins bon, je pense ; par contre, j’avoue que niveau méthodes ou pédagogie, je n’y connais pas grand-chose), mais je ne suis pas un prof certifié, et je ne veux pas qu’il y ait tromperie sur la marchandise. Je crois que je vais en toucher un mot à la mère, histoire de mettre les choses au clair. Et peut-être lui recommander de négocier une réduction.

  75. Mickael a écrit le 3 février, 2010 à 8:35

    -100 000 en 6 ans non? Et ça va continuer tant que Sarko la menace est là! Chouette!!!!

  76. Shrat a écrit le 7 juillet, 2010 à 0:31

    Bonjour,

    Je bosse pour un de ces organismes, je suis étudiant en économie. Je me donne un mal fou pour donner des cours de qualité. Cela fait trois ans que je donne des cours et j’arrive maintenant à donner des cours corrects. Cela n’a pas été de tout repos… Il est très difficile d’apprendre ce métier en autodidacte mais je reste persuadé qu’il y a un marché pour les étudiants.

    L’ennui, c’est que les parents ont complètement intégrés ces organismes dans leurs façon d’envisager le soutien scolaire. Il est devenu très difficile pour un étudiant de trouver des cours par les petites annonces. J’ai un peu honte de bosser pour eux mais je n’ai pas vraiment le choix.

  77. Cours particuliers en maths physique sur Bordeaux | Goutte de science a écrit le 30 août, 2011 à 23:12

    [...] et consort (voir ici un reportage de 2009  préparé par envoyé spécial sur ces enseignes http://www.cours-de-maths-78.fr/blog/2009/01/envoye-special-france-2-soutien-scolaire/), je me lance en professeur [...]

Répondre

:D :-) :( :o 8O :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen: