Dans l’intitulé de ce billet, le mot “élèves” n’est pas pour moi le plus adapté : nous n’avons pas des élèves auxquels nous donnons des cours, nous avons des clients (les parents) auxquels nous vendons une prestation de service.

Et ces clients ne nous tombent pas tous rôtis dans le bec, quand on est indépendant, s’asseoir dans un coin sombre et attendre le client, ça ne marche pas très bien…

Dans “Professeur indépendant”, j’estime que le mot important est indépendant.

Il faut faire soi-même sa promotion, se vendre, se bouger, avoir des idées pour se faire connaître, avancer sans se poser trop de questions, bref “avoir la gniaque”…

Ce billet va explorer la promotion de l’activité de prof indépendant en utilisant les moyens et outils “traditionnels”, c’est à dire en-dehors d’Internet.

Il va de soi que les techniques présentées ne nécessitent que très peu de moyens financiers, se payer une campagne d’affichage 4×3 ou des pubs télé n’est pas vraiment compatible avec notre budget très limité :?

À la lumière de mon expérience et de celle de mes consœurs et confrères, il s’avère que la technique qui fonctionne très bien pour l’un pourra ne donner aucun résultat pour l’autre.

Conclusion, il faut tenter par soi-même, essayer, réessayer encore, et surtout ne pas se décourager; vous finirez par trouver les techniques qui fonctionnent le mieux pour votre activité.

Le bouche à oreille, la meilleure des publicités

Sûrement la plus ancienne des formes de publicité, le bouche à oreille reste sans aucun doute la meilleure… et la moins chère.

Il ne se commande pas. Si vous êtes bon, les familles aux enfants desquelles vous donnez ou avez donné des cours vous recommanderont auprès d’autres familles. Si vous êtes mauvais…

On peut forcer un peu le destin, par exemple en demandant à des familles d’accepter d’être contactées par téléphone; cela vous permet aisément de fournir des références.

Annoncer dans les journaux gratuits

Patrick Jaud, nouvelle fenêtreprof de maths dans l’Eure-et- Loir, ainsi qu’Isabelle Sautière, nouvelle fenêtreprof de maths et sciences physiques à Dijon, m’ont confié avoir trouvé des élèves en passant des annonces dans des journaux d’annonces gratuits.

ParuVendu est un des plus connus, il en existe bien d’autres.

Dans tous les cas soignez votre annonce, mieux vaut investir une dizaine d’euros de plus et pouvoir détailler un peu votre offre en français correct plutôt que de devoir écrire en langage SMS…

Annoncer dans les commerces de proximité

Les petits commerces de quartier (boulangeries, cafés-tabacs,…) sont des lieux bien connus pour leurs annonces d’offres et de demandes de biens et de services.

Annonce de Thierry PlanteroseThierry Planterose, nouvelle fenêtreprof de maths à Paris, dépose cette annonce dans les boulangeries de son quartier et m’a dit obtenir de bons résultats par ce biais.

Des prospectus, cartes de visite,…, peuvent également être laissés à disposition des chalands dans les commerces.


Ne négligez pas les pharmacies, dont l’image dans le public est (ou tout du moins devrait être) associée aux études longues et compliquées, au savoir, à la science, laquelle image ne peut qu’être positive pour votre activité.

On peut également tenter l’affichage à la sortie des collèges et des lycées, voire dans les établissements scolaires si vous y avez des entrées.

Travailler en réseau

Je suis souvent amené à refuser des cours, pour des raisons d’emploi du temps ou de zone d’intervention incompatible.

La question traditionnelle des familles est alors “Et vous ne connaîtriez pas quelqu’un ?”; il arrive de même qu’une famille me demande si je ne connais pas un bon prof d’anglais, ou de français,…

Dans la mesure où nous ne sommes que fort peu (pour le moment…) à avoir fait le choix professionnel d’être prof indépendant, je considère celles et ceux qui ont la même activité que moi comme des consœurs et confrères, et non comme des concurrents; je n’hésite pas à donner leurs coordonnées, et à mon tour je bénéficie de “renvois d’ascenseur”.

Faites de même, recherchez et contactez les autres profs indépendants de votre secteur d’intervention, ou des secteurs limitrophes, et nouez des liens cordiaux avec eux.

Il est bien sûr absolument indispensable de ne recommander que les personnes dont vous vous êtes assuré des qualités et du sérieux.

Les cartes de visite

Les cartes de visite sont des outils de promotion auxquels on ne pense pas toujours.

Un petit paquet de cartes de visite peut être laissé chez un commerçant; quelques cartes peuvent être laissées aux familles, qui ainsi auront plus de chance de ne pas perdre vos coordonnées lorsque par exemple un an après le succès au bac de la grande sœur c’est à son tour le petit frère qui a besoin d’être aidé; ou si la famille veut vous recommander (rappel, le bouche à oreille est la meilleure des publicités…).

Carte de visite VistaprintCarte de visite OoprintVoici par exemple deux cartes que j’ai fait faire quasiment gratuitement sur Internet, en bénéficiant des offres gratuites de deux sociétés.


Pour ces deux modèles de cartes, l’un a été fourni par nouvelle fenêtreVistaPrint (250 cartes gratuites) et l’autre par nouvelle fenêtreOoprint (100 cartes gratuites).

Le service n’est pas totalement gratuit, il vous faudra payer les frais de port, mais pour quelques euros le jeu en vaut largement la chandelle.

Vous pouvez bien sûr créer vous-même vos cartes et les imprimer sur votre imprimante personnelle; vous pouvez faire appel à un imprimeur professionnel; rien ne vous empêche d’avoir de “belles” cartes à donner à vos clients et prospects et des cartes ordinaires que vous pourrez distribuer un peu partout.

D’autres sites permettant d’obtenir des cartes de visite :

La voiture personnelle comme support publicitaire

Benjamin Taudin, nouvelle fenêtreprof de maths et physique sur Bordeaux, a testé le marquage publicitaire sur la vitre arrière de sa voiture, et par ce biais a obtenu quelques contacts.

Tracts, flyers et prospectus

Flyer AzimathsUn flyer que Fabrice Dugain, qui vient de créer nouvelle fenêtreAzimaths, va distribuer.

Franck a expliqué dans son interview qu’il faisait irrégulièrement distribuer des tracts à la sortie des lycées, avec de faibles retombées.


Rappel, ce qui fonctionne bien pour l’un peut ne donner aucun résultat pour l’autre; un prospectus peut être utilisé de diverses manières : laissé à des commerçants, distribué, affiché, glissé dans des boîtes aux lettres.

On en revient à l’introduction de ce billet, à savoir qu’il faut tenter, essayer, investir de son temps voire un peu de son argent avant d’espérer avoir des retombées; et ne pas oublier que trouver un élève auquel on va donner un cours hebdomadaire durant une année scolaire rembourse très largement ses efforts.

La presse écrite

Il ne faut pas trop espérer que l’on parle de vous dans la presse nationale. En revanche, la presse quotidienne régionale est friande d’informations locales.

“Professeur indépendant”, cela peut éveiller la curiosité d’un journaliste; si vous habitez en province, recherchez dans le quotidien régional les coordonnées du localier dont dépend votre commune, et informez-le de votre existence : quelques lignes bien écrites peuvent suffire à l’intéresser.

Télé et radio

Faire une campagne de pub radio ou télé est évidemment hors de prix pour un indépendant, mais pour peu qu’une station de radio ou une chaîne télé décide de faire un reportage sur le soutien scolaire, vous pouvez avoir la surprise d’être contacté par un journaliste pour une interview !

Vous pouvez même prendre l’initiative de contacter FR3 région ou une radio locale, qui sait !

Céline, qui a tenté l’expérience d’être cyber-prof de maths a ainsi été interviewée par M6.

Consultez son interview pour voir la vidéo.

M6 m’a également contacté pour une émission sur le soutien scolaire, vous pouvez retrouver la vidéo dans ce billet Un cours particulier de maths en vidéo.

La vidéo peut ensuite bien sûr être postée sur YouTube, Dailymotion, Wat,…, bref partout où vous le pouvez, et évidemment sur votre site si vous en gérez un.

Lien vers tous les billets de la série “Devenir prof indépendant”

Ces autres billets pourraient vous intéresser :

Vous avez apprécié ce billet ?
Abonnez-vous au flux RSS des billets, ou recevez une notification par e-mail (ni spam, ni pub) dès qu'un nouveau billet est posté.
Vous pouvez également vous abonner au flux RSS des commentaires, ou aux commentaires par e-mail (un email par jour au maximum, ni spam ni pub).
Et si la lecture de ce billet vous inspire des réflexions, n'hésitez pas à laisser un commentaire.
Merci de votre intérêt pour mon blog !

Partagez ce billet, ou enregistrez-le dans vos favoris en ligne :
  • Envoyer à un ami !
  • Facebook
  • Diggons
  • Scoopeo
  • Tapemoi
  • Visitezmonsite
  • BoostMyPosts
  • Blogonet
  • Coup de Buzz
  • Scoupeo
  • Scoopad
  • Viadeo
  • SpotRank
  • Technorati
  • Google
  • del.icio.us
  • Yoolink
  • MisterWong Fr
  • Kreuzz
  • Actumaths
  • Submitter

24 Réponses à “Devenir prof indépendant (III) : trouver des élèves par des moyens et outils traditionnels”
Vos réflexions sont les bienvenues !

  1. Devenir prof indépendant : trouver des élèves par des moyens et outils traditionnels a écrit le 2 juillet, 2009 à 14:26

    [...] Lire la suite sur : Prof particulier Url de l’article : Devenir prof indépendant (III) : trouver des élèves par des moyens et outils tr…. [...]

  2. fabrice a écrit le 2 juillet, 2009 à 17:36

    Merci, Didier, pour ce nouveau billet, et bien sûr pour l’affichage de mon flyer. Il ne faut pas oublier d’informer ses amis, ses collègues, ses conseillers (banque, mutuelle..), ceux-ci peuvent être nos premiers / prochains clients.
    D’un point de vue juridique (code de l’éducation), il est interdit de faire du ‘porte à porte’, et officiellement (article L 471-3 du code de l’éducation), toute publicité déposée chez le particulier doit être validée par le rectorat dans les 15 jours qui précèdent la distribution. Officiellement. J’ai contacté le rectorat, je ne fus pas trop surpris d’apprendre … que personne n’appliquait cette loi. Et pour cause, personne ne la connaît, même ceux qui ont pignon sur rue!

  3. Devenir prof indépendant : trouver des élèves par des moyens et outils traditionnels a écrit le 3 juillet, 2009 à 6:59

    [...] Devenir prof indépendant : trouver des élèves par des moyens et outils traditionnelswww.cours-de-maths-78.fr/blog/2009/07/prof-independant-cours… par DidierrK il y a quelques secondes [...]

  4. Didierk sur Blogasty a écrit le 3 juillet, 2009 à 7:01

    Retrouvez cet article sur Blogasty …

    Vous aimez cet article? Votez pour lui sur Blogasty …

  5. denis a écrit le 3 juillet, 2009 à 22:01

    Merci pour ce billet qui m’a été comme tous les autres, d’une grande utilité. En effet, depuis quelques mois, je me suis lancé dans le soutien scolaire à domicile en tant que professeur de maths à domicile, payé CESU et malgré toutes les appréhensions de mes proches, il s’avère que cette activité est très enrichissante professionnellement et assez rémunératrice pour pouvoir vivre confortablement.

    Pour ma part, j’ai testé les petites cartes de visites que j’avais moi-même faites et imprimées avec un logiciel gratuit trouvé facilement sur internet.Une fois déposées dans des boites aux lettres, j’ai attendu quelque temps mais je n’ai eu aucun retour. L’affiche sur la voiture et Paruvendu, sans grand succès également. J’ai trouvé mes employeurs grâce aux petites annonces dans les petits commerces du coin et surtout en grande partie grâce à internet et notamment aux sites de petites annonces gratuites telles que vivastreet, leboncoin, marche.fr… N’ayant pas de grosses connaissances en informatique et en langages html,css, javascript ou autre, j’ai également créé un site internet gratuitement avec “e-monsite.com”, très simple d’utilisation et plutôt bien référencé sur les moteurs de recherches bien connus. Très satisfait par leurs services, j’ai acheté ensuite mon nom de domaine à raison de 35€/an afin de rendre mon site plus professionnel et pour éviter une adresse du type nomdusiteperso.e-monsite.com. Franchement, je ne regrette pas mon investissement car cela m’a apporté de nombreux élèves. Je recommande cette démarche à tous ceux qui veulent se lancer dans l’aventure. J’ai également fait des petites cartes de parrainage avec comme système de gains : 1H de cours offerte au parrain et 1H offerte au filleul mais cela reste peu convainquant pour l’instant. A croire que les élèves ont honte de prendre des cours particuliers de maths car ils n’en parlent pas à leurs amis il semblerait. Bon voilà un peu mes démarches pour l’instant, j’envisage de placer sur ma voiture un stickers autocollant ou aimanté comme l’on voit sur certaines voitures de coiffeuses à domicile mais il faut que j’étudie le coût car il est vrai que notre statut d’indépendant ne nous permet pas non plus d’investir des sommes importantes.

    Finalement,j’en profite pour remercier M. Kropp, que je considère un peu comme mon parrain dans la mesure où j’ai appris, grâce à son site et son blog, tout ce qu’il fallait savoir sur cette activité. Il m’a donné envie de découvrir ce métier, encore peu connu et peu valorisant aux yeux des autres (souvent assimilé à un job d’étudiant) mais très enrichissant d’un point de vue personnel. Cordialement

  6. Didier Kropp a écrit le 5 juillet, 2009 à 20:08

    @ denis

    Merci de votre intérêt pour mon blog :wink:

    Les prochains billets de le série “Devenir prof indépendant” seront consacrés à la promotion de l’activité en utilisant Internet.

    Faire un site est un plus, bien le référencer est un GROS plus… les solutions de type e-monsite, Jimdo,…, ne sont pas les plus optimales, mais me semblent effectivement pas mal pour démarrer.

    A croire que les élèves ont honte de prendre des cours particuliers de maths car ils n’en parlent pas à leurs amis il semblerait

    Je confirme. Ils n’en ont pas honte, ils ont entre eux d’autres sujets de conversation que les cours :-)

    Cette opération de parrainage devrait plus cibler les clients (les parents) que les élèves. Ce sont les parents qui payent :!:

  7. Karim a écrit le 6 juillet, 2009 à 16:21

    Merci Didier pour ce nouveau billet.

    J’aimerai savoir si vous avez fait une étude de marché avant de vous lancer en indépendant?
    C’est à dire estimer la part de marché que représentait vos concurrents (organismes spécialisés surtout) dans les régions où vous enseignez.

    J’aimerai cibler mon offre une clientèle dans le 93 (coté Est de Paris) mais si mes futurs clients sont déja chez Acadomia et compagnie, il me reste pas grand chose à me mettre sous la dent… :-)
    (sans compter qu’il y a le marché du noir qui est difficile à chiffrer)

    Y-a-t il de sites qui peuvent donner ce genres d’informations?

    Thanks for your help :wink:

  8. Didier Kropp a écrit le 6 juillet, 2009 à 20:37

    @ Karim

    Je n’ai fait aucune “vraie” étude de marché. J’ai constaté que :

    - Acadomia & co. n’envoient quasiment que des étudiants

    - Il existe une forte demande de “vrais profs” (de personnes qui ne sont plus des étudiants), et plus le niveau scolaire augmente plus la demande est forte.

    - Avec le système des CESU, un prof indépendant peut se faire payer raisonnablement tout en n’étant pas plus cher qu’un organisme; et peut même être moins cher qu’un intervenant non déclaré, lesquels intervenants non déclarés sont également en majorité des étudiants.

    La conclusion n’est pas difficile ;-)

    De plus, je me suis rendu compte que le reportage d’envoyé spécial sur le soutien scolaire a été vu par pas mal de monde et a remis les pendules à l’heure.

    Certes, les gros organismes ont une énorme force de frappe marketing et communication; mais je reste persuadé que si on a pas les deux pieds dans le même sabot, si on se bouge pour faire sa pub, ça marche.

    Peut-être pas à fond la première année; mais pour être en contact avec des confrères un peu partout, je ne vois pas pourquoi le 93 échapperait à la règle.

  9. Gaëlle a écrit le 31 juillet, 2009 à 10:52

    http://www.saxoprint.fr/Visitenkarten/Main.aspx
    Le site saxoprint propose aussi 300 cartes de visite gratuites (les frais de port sont payants). Les délais de livraison sont assez rapides et il est possible de personnaliser sa carte (polices, couleurs …) sans frais supplémentaires.

    Pour répondre à Karim : moi non plus je n’ai pas fait d’étude de marché mais comme le dit M. Kropp il existe réellement une demande de “vrais profs”. Pour ma part le bouche à oreille a été la meilleure des publicités ainsi qu’une annonce publiée sur vivastreet. Il faut juste être un peu patient : les premiers mois, votre emploi du temps ne sera sans doute pas complet. J’ajouterai que j’habite une région où les familles sont plutôt aisées, je pense que cela doit jouer.

  10. Didier Kropp a écrit le 31 juillet, 2009 à 13:27

    @ Gaëlle

    Merci pour ce lien vers Saxoprint, je ne connaissais pas, ça m’a l’air pas mal du tout.

    300 cartes pour 9 € d’après le site, c’est très raisonnable.

    P.S. Gaëlle, vous pouvez mettre l’adresse de votre site web dans le champ URL du commentaire si vous le désirez.

  11. Hassina a écrit le 17 août, 2009 à 15:04

    Vraiment trés instructif ton site Didier. J’y ai appris énormément de choses. Je souhaite de mon côté me lancer dans une activité de ” professeur à mon domicile” pour petits groupes d’élèves. Je n’arrive pas à savoir s’il est possible d’être rémunéré pour le coup en CESU puisque l’activité est à mon domicile. Difficile aussi de savoir quel tarif proposer ; je n’ai trouvé personne proposant ce type de prestation. Par ailleurs j’aurais aimé ajouter à mes cartes de visites un petit logo pour faire plus professionnel mais là encore je coince ! Aurais tu une solution à mon problème ? Merci ;-)

  12. Didier Kropp a écrit le 17 août, 2009 à 19:54

    @ Hassina

    Je n’arrive pas à savoir s’il est possible d’être rémunéré pour le coup en CESU puisque l’activité est à mon domicile.

    Si les cours ont lieu à ton domicile, tu ne peux pas te faire rémunérer en CESU.

    Une solution légale est par exemple de te déclarer en profession libérale, le statut le plus simple me semblant être auto-entrepreneur.

    Difficile aussi de savoir quel tarif proposer ; je n’ai trouvé personne proposant ce type de prestation.

    Tu n’as pas du beaucoup chercher… :?
    Mathelan, 2aMaths,…, cherche ces noms sur Google.

    La moyenne à la louche me semble être de 200 € pour 10 heures de cours.

    Par ailleurs j’aurais aimé ajouter à mes cartes de visites un petit logo pour faire plus professionnel mais là encore je coince !

    Un logiciel gratuit pour faire des cartes de visite, une imprimante, du papier spécial cartes de visite, et de l’huile de coude :?:

  13. Christine a écrit le 13 novembre, 2009 à 0:02

    Bonsoir Didier,

    C’est un plaisir de revenir sur votre blog. Je vais devoir rattraper le temps perdu et lire les différents articles :wink: . Merci pour vos commentaires.

    Nous n’avons pas le même métier, mais j’utilise également les cartes de visite, pubs aimantées sur ma voiture (gratuites sur vistaprint), tracts distribués sur les marchés ou déposés en lieux stratégiques (associations de malades, pharmacies…), blog, annonces internet et commerces… J’envisage un lettrage sur la lunette arrière de mon véhicule. Les boîtes aux lettres ne fonctionnent pas (les personnes se méfient).

    Il ne faut jamais s’arrêter de semer et dire à qui veut l’entendre que nous travaillons d’une manière originale et l’expliquer…

    Je n’ai jamais fait d’étude de marché, je me suis lancée directement : le travail est là, le défit est de le trouver soi-même. Quel plaisir et quelle fierté quand ça commence (et perdure) à sourire.

    J’ai eu l’idée également depuis un an de développer un réseau officieux (pas d’histoire d’argent entre nous) de collègues CESU (sur Avignon, mais également sur mon blog). Je vais bientôt prendre contact avec d’autres professions (coiffeuse, jardinier…)

    Pour vous les profs, il y a sûrement des associations de parents d’élèves à contacter, je pense par exemple aux enfants malades ou souffrant d’handicap. Avez-vous déjà essayé ?

    On ne pense pas assez souvent également aux associations de quartier, tout simplement.

  14. Didier Kropp a écrit le 13 novembre, 2009 à 6:43

    Bonjour Christine

    Pour les tracts dans les boîtes aux lettres, je pense que l’on reçoit tellement de pub que l’on met tout à la poubelle sans même regarder ce qu’il y a dedans !

    Personnellement, je n’utilise qu’Internet pour ma promotion, et je trouve suffisamment de clients comme ça. Mais chaque métier a ses spécificités, on cherchera plus facilement un prof sur le web qu’une personne comme vous (je pense).

  15. catherine guérineau a écrit le 8 janvier, 2010 à 14:38

    bonjour,
    c’est au moins la troisième fois que je viens sur votre site que je trouve fantastique. Etant moi-même indépendante, je souhaiterai créér un lien réciproque de site à site. Acceptez-vous ? Merci
    catherine Guérineau

  16. Didier Kropp a écrit le 8 janvier, 2010 à 21:58

    @ Catherine

    Oui, avec plaisir. Je vous contacte par mail dimanche.

  17. Virginie a écrit le 14 mai, 2010 à 13:30

    “A croire que les élèves ont honte de prendre des cours particuliers de maths car ils n’en parlent pas à leurs amis il semblerait” @denis

    Je confirme également… de mon coté j’ai eu pas mal de bouche à oreille grâce aux cartes de visites magnétiques de vistaprint. J’ai mis dessus mon nom, “Enseignement libéral”, mon numéro de téléphone et un dessin. Beaucoup de parents me disent “j’ai vu votre magnets sur le frigo de mon amie qui m’a ensuite parlé de vous…” Et même 5 ans après je sais que d’anciens élèves ont toujours le magnet 8O Donc l’investissement est TRES rentable !

  18. Didier Kropp a écrit le 15 mai, 2010 à 22:49

    @ Virginie

    Excellent, l’idée du magnet. Je note :-)

  19. Cécile a écrit le 10 mai, 2012 à 17:38

    Bonjour,
    Merci beaucoup pour tout ces bons conseils ! Je me lance aussi en tant que prof à domicile en attendant d’obtenir ma mutation de l’Education Nationale.
    J’ai préparé des affichettes, des flyers et des cartes de visite que j’ai commencés à déposer dans les commerces de ma commune. Pratiquement tous ont très gentiment accepté, refus à la Poste, à la mairie et dans la plupart des banques. En attendant les premiers appels, je vais poursuivre ma prospection sur les communes environnantes.
    Bonne continuation à tous !

    Cécile

  20. Didier Kropp a écrit le 12 mai, 2012 à 9:13

    @ Cécile

    Bon courage et bonne réussite :-)

  21. I.N. a écrit le 25 mai, 2012 à 1:13

    Bordas est un bon site qui recrute les vrais profs et les paye convenablement.Les parents recherchent les professionnels de l’Education nationale :le manque de compétences est à déplorer chez les faux profs (confondre un COD avec un COI ,n’est qu’un petit exemple).

  22. Cécile a écrit le 25 mai, 2012 à 7:01

    Je suis inscrite sur Bordas soutien scolaire depuis octobre et je n’ai encore eu aucun élève…
    Le salaire est certes plus intéressant qu’avec d’autres organismes mais il reste bien inférieur à celui d’un prof indépendant !

  23. Brima a écrit le 12 juin, 2012 à 19:10

    Bonjour,
    Je recherche un professeur d’anglais, indépendant, pour une association dans le 73 à aix-les-bains chaque mercredi matin pendant 2 heures toute l’année.
    Beaucoup de communes alentours sont également intéressées et fournissent une salle communale gratuite pour les cours. L’association n’a plus qu’a régler la facture au professeur.
    Attention, je recherche un personne douce qui aime les enfants de 5 à 10 ans. Le programme est fourni (peut être modifié mais doit comprendre des jeux) et un soutien bénévole est présent et très sérieux.
    Cordialement, Brima.

  24. Veoprint - Le best of des flyers a écrit le 30 mai, 2013 à 15:28

    Les professeurs (privés j’entends bien) pourraient très bien distribuer des flyers dans la rue comme toute entreprise pour faire la promotion de leurs services.

Répondre

:D :-) :( :o 8O :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen: