Muet (à l’exception des commentaires) depuis deux ans, je viens de décider de reprendre la plume de mon blog.

Où en est le soutien scolaire en septembre 2014 ?

La fin des cotisations au forfait dans le cadre du CESU (mesure effective début 2013) a conduit nombre de profs indépendants à créer une entreprise, les sociétés mandataires auraient dû souffrir, beaucoup ont plus ou moins habilement contourné le problème.

Et cette crise qui n’en finit pas (voire qui s’aggrave) conduit me semble-t-il les familles à privilégier des solutions en apparence moins coûteuses lorsqu’il s’agit d’apporter un soutien à leurs enfants.

Tentons de faire le point.

La fin du forfait

Petit rappel : jusque fin 2012, les familles qui réglaient un intervenant à domicile via le système CESU pouvaient payer les charges sociales sur une base dite forfaitaire de 6,60 € de l’heure, indépendamment du salaire horaire net.

Cette disposition a été abrogée, les charges sociales sont désormais calculées sur le salaire net.

À ce jour, les charges sociales sur un salaire de 35 € sont de près de 29 €, soit un prix de revient de l’heure de cours de 64 €, à comparer aux 42 € de 2012 - autant dire que ce montant est rédhibitoire.

Du côté des profs indépendants : créations d’entreprises

En grande majorité, ceux qui étaient salariés des familles en CESU ont créé une entreprise individuelle agréée SAP (Services À la Personne), sous le régime auto-entrepreneur ou celui plus général de l’entreprise individuelle “BNC déclaration contrôlée”.

Pour celles et ceux qui désirent des détails, je vous engage à lire nouvelle fenêtrece fil de discussion sur le forum de Gautier Girard.

Certains profs indépendants sont cependant restés en CESU, leur tarif horaire ne dépassant pas 30 €, le prix de revient pour les familles étant de près de 55 €. C’est un choix tout à fait respectable.

Du côté des mandataires

La plupart des entreprises de cours particuliers sont mandataires, l’intervenant étant salarié de la famille.

Jusqu’en 2012, l’immense majorité des familles payaient les charges au forfait, et fort logiquement auraient dû payer les charges au réel dès 2013; par conséquent, les sociétés mandataires étaient dans l’obligation de répercuter ce surcoût auprès des familles, ou de baisser leurs marges.

À titre d’exemple, les charges sociales sur un salaire de 15 € auraient dû augmenter d’environ 5 €.

Les mandataires qui jouent le jeu

Des entreprises ont effectivement répercuté cette hausse, parmi ces dernières certaines ont en parallèle baissé d’un ou deux euros le salaire horaire des intervenants.

La situation est en revanche devenue ingérable pour de petites sociétés qui avaient fait le pari de rémunérer correctement (jusqu’à 25 € de l’heure) leurs intervenants : comment répercuter aux familles une hausse du coût horaire de 18 € !

Résultat pour ces structures : arrêt plus ou moins total de l’activité.

Les mandataires qui jouent avec le feu

Certaines petites sociétés n’ont pas hésité à demander à leurs intervenants de se déclarer auto-entrepreneur : l’intervenant n’est plus salarié de la famille.

Le souci majeur est qu’en cas de de contrôle l’Urssaf requalifie cette sous-traitance en salariat déguisé… ce qui financièrement, voire pénalement, peut faire vraiment très mal.

Les mandataires qui jouent avec la législation

Les grosses structures ont, quant à elles, résolu le problème d’une manière astucieuse : les intervenants sont désormais payés au SMIC, les charges sociales sont donc minimum, et le complément de rémunération est versé sous forme de frais (frais de transport, frais de pédagogie,…) qui ne sont pas soumis aux charges sociales…

Feuille de paie mandataire de 2013Sur cette feuille de paie de mars 2013, le salaire horaire brut est de 9,43 €, ce qui correspond exactement au taux horaire du SMIC en 2013; les charges sociales salariales et patronales sont calculées sur cette même base, et on voit apparaître un “Remboursement pédagogique” et un “Remboursement de transport” qui s’ajoutent au salaire net mais ne sont pas chargées.


Cette astuce permet aux mandataires de continuer à payer des charges sociales réduites… ce qui n’est pas légalement possible pour les particuliers.

Du côté du gouvernement

La suppression du forfait CESU devait rapporter entre 200 et 300 millions d’euros supplémentaires au budget de la sécurité sociale.

Et c’est tout le contraire qui s’est produit, avec une “moins-rentrée” de 250 millions d’euros…

Les indicateurs montrent une baisse sensible du nombre d’heures déclarées par les particuliers, et beaucoup subodorent une hausse du travail au noir et/ou “au gris” : par exemple une heure déclarée et une heure payée au noir, ou un salaire égal au SMIC horaire et un complément versé en espèces,…

Est-ce vraiment étonnant :?:

La crise, toujours

La situation économique ne s’est pas vraiment améliorée depuis 2012, voire a empiré, et cela se ressent.

Ainsi, pour la première fois depuis plusieurs années, mon planning n’est pas rempli mi-septembre.

Je ne m’inquiète pas du tout, les premières notes aux premiers contrôles devraient faire sonner mon téléphone mi-octobre :)

Et surtout, je ne suis pas le seul. Beaucoup de consœurs et confrères avec qui je discute sentent également un ralentissement.

J’avais également l’an dernier à la même époque ressenti la crise, par exemple en ayant plus de demandes de cours tous les 15 jours, plus de demandes de cours de 1h30 et non de deux heures,…

En fait, si les parents s’accordent pour dire que le coût est raisonnable en tenant compte de la réduction d’impôt, ils rechignent de plus en plus à verser aujourd’hui 50 euros pour en récupérer la moitié dans un an, et préfèrent payer au noir une heure de cours à 25 euros…

Également, le soutien scolaire en centre (des cours donnés à un petit groupe d’élèves) a de plus en plus le vent en poupe, pour les mêmes raisons : pour certains parents, mieux vaut payer une heure de cours 20 euros une bonne fois pour toutes, même si l’individualisation n’est pas optimale.

Comme on dit au Mali (et ailleurs…) : en tout cas, c’est pas facile,mais ça va aller :)

Ces autres billets pourraient vous intéresser :

Vous avez apprécié ce billet ?
Abonnez-vous au flux RSS des billets, ou recevez une notification par e-mail (ni spam, ni pub) dès qu'un nouveau billet est posté.
Vous pouvez également vous abonner au flux RSS des commentaires, ou aux commentaires par e-mail (un email par jour au maximum, ni spam ni pub).
Et si la lecture de ce billet vous inspire des réflexions, n'hésitez pas à laisser un commentaire.
Merci de votre intérêt pour mon blog !

Partagez ce billet, ou enregistrez-le dans vos favoris en ligne :
  • Envoyer à un ami !
  • Facebook
  • Tapemoi
  • Visitezmonsite
  • Blogonet
  • Scoopad
  • Viadeo
  • SpotRank
  • del.icio.us
  • Yoolink
  • MisterWong Fr
  • Kreuzz

125 Réponses à “Soutien scolaire : où en est-on en septembre 2014 ?”
Vos réflexions sont les bienvenues !

  1. Soutien scolaire : où en est-on en septembre 2014 ? a écrit le 23 septembre, 2014 à 9:35

    [...] Soutien scolaire : où en est-on en septembre 2014 ?www.cours-de-maths-78.fr/blog/2014/09/soutien-scolaire-ou-en… par DidierrK il y a quelques secondes [...]

  2. Vincent a écrit le 23 septembre, 2014 à 21:44

    Bonjour Didier et merci pour ce billet.

    Constat identique dans l’ensemble!

    Bien cordialement.

  3. Sophie a écrit le 24 septembre, 2014 à 9:49

    Bonjour,

    Merci pour ce petit point très intéressant sur la situation !

    De mon côté je constate bien la même chose, je fais maintenant beaucoup de cours d’1h30 …voire même d’ 1h pour les élèves de collège.

    Bien cordialement,
    SBD

  4. Dominique a écrit le 24 septembre, 2014 à 10:18

    Bonjour et merci.
    Cela fait du bien de retrouver ce blog.
    Dominique

  5. Patrick a écrit le 24 septembre, 2014 à 11:08

    Bonjour Didier,
    Merci pour la reprise de ton blog !
    Oui, je confirme le phénomène que tu cites ! Moi aussi mon planning s’est bien chargé mais pas encore complet pour cette mi-septembre ! (ce qui n’était pas le cas l’année dernière …)

  6. olivia a écrit le 24 septembre, 2014 à 12:08

    Je confirme la morosité du marché, ce phénomène était déjà amorcé l’année précédente, vous parlez de la concurrence du marché au noir (25 euros/heure) mais même sur ce marché c’est la misère. De source sûr on m’a raconté qu’un prof “au black” avait accepté de se déplacer à 15 kilomètres de distance pour 20 euros l’heure et demi. Il suffit de regarder sur le site le bon coin pour s’apercevoir que dans nombre de régions le prix “au black” est de 15 euros de l’heure et en plus cela baisse, du 10 ou 12 euros de l’heure n’est pas rare avec des étudiants qui pourraient sans problème postuler dans les grosses boîtes.

    Nous pouvons aisément se voiler la face en se disant un peu prétentieusement “mais nous ne faisons pas le même métier, ce n’est pas de la concurrence” et bien “si” c’est bien le cas car les parents souvent les choisissent eux. Idem pour les grosses boîtes qui concurrencent beaucoup et sont également face à des problèmes de faibles ventes, pour y remédier -vous l’avez bien évoqué- il y a les cours collectifs, nous pouvons également évoquer des “pratiques étranges”

    - cf mon précédent commentaire : http://www.cours-de-maths-78.fr/blog/2009/07/prof-independant-cours-particuliers-soutien-scolaire-annonces/#comment-6652

    - “Pratiques étranges” qui peuvent prendre d’autres formes comme l’envahissement des sites pour profs particuliers (Cf : http://www.professeurparticulier.com/cours-particuliers/0-toutes_categories/35-ille_et_vilaine/ ) où là très clairement nous avons un même annonceur (2 photos pour toutes ses annonces) qui propose un grand nombre de services différents dans toute la France et squat les deux premières pages des résultats soit quasiment 100% des pages effectivement consultés. Ce site web a aisément détecté ce phénomène mais n’a rien fait pour y remédier, peut être par intérêt ?

    Autre pratique douteuse des “grosses boîtes” se faire passer pour un professeur particulier avec un bon cv mais relativement vague et postuler avec la même photo (là ça ce n’est pas malin) dans plusieurs régions très éloignés.

  7. Didier Kropp a écrit le 24 septembre, 2014 à 12:28

    @ Tous

    Merci à vous. Je suis également ravi de vous retrouver :-)

  8. Didier Kropp a écrit le 24 septembre, 2014 à 12:47

    @ Olivia

    Vous, vous devriez faire un blog, vous aimez regarder sous les tapis :wink:

    Oui, le black nous concurrence, comme il concurrence les entreprises de soutien. On ne peut rien y faire. On ne connaît évidemment pas les chiffres - 80% du marché total ?

    Ceci dit, pour faire de l’aide aux devoirs à un gamin en primaire ou en 6ème, un étudiant à 10 euros de l’heure en 1ère année de quelque chose pour peu qu’il soit patient, un minimum pédagogue, qu’il sache faire une règle de trois, qu’il connaisse l’accord du participe passé et qu’il ne mélange pas Napoléon et Vercingétorix peut vraisemblablement apporter un soutien valable.

    A contrario, si des parents pensent que pour aider leur fille à passer les concours d’écoles d’ingénieurs post-bac ce qu’il leur faut est un étudiant en L2 à 12 euros de l’heure… C’est leur problème et leur responsabilité. Je dis ça car je viens d’avoir des parents dans ce cas-là… :evil:

    Merci pour l’info relative à professeurparticulier.com.

    Effectivement, c’est impressionnant… Gigantesque flood ! Il n’y a pas que le 35, je viens de faire deux tests sur le 28 et le 88, même constat !
    Ce n’est pas normal, surtout que l’annonce est domiciliée sur le 75001 !
    Je vais contacter le responsable.

  9. Vincent a écrit le 25 septembre, 2014 à 7:12

    Bonjour,

    même constat qu’Olivia, des organismes de cours se font passer pour des personnes physiques sur des sites d’annonces de cours particuliers.

    En revanche, il n’y a pas que de cours non déclarés sur le bon coin. J’y suis et je suis bien déclaré.

    Avec un peu d’insistance, lorsque l’on signale les abus, ils finissent pas par être supprimés.

    Même constat pour certains profs qui proposent des cours via internet et qui monopolisent les sites : une même annonce sur toutes les communes à quelques km de distance, soit beaucoup d’annonces pour une même personnes et la/les première(s) page(s) “squatter” de façon abusive.

    Moins de boulot, c’est sûr! Mais plus de temps libre :D

    Je refuse toute proposition non déclarée, je ne me déplace pas pour moins que le tarif unique tous niveau confondus que j’ai fixé.

    Après les gens jouent le jeu ou pas, je dirai qu’ils ont 1 chance /2 de tomber sur un étudiant pas cher leur convenant.

    Heureusement que le travail non déclaré des étudiants est “toléré” car je n’aurai jamais pu faire d’études sans cela…

    Tout se discute !

  10. Didier Kropp a écrit le 25 septembre, 2014 à 8:18

    @ Olivia

    J’ai contacté le responsable de professeurparticulier.com… et pour lui, c’est normal.

    En tant que webmaster il fait ce qu’il veut, mais là, effectivement, le site s’écarte de son objectif initial de mise en relation directe !

    C’est comme ça, on n’y peut rien :?

    @ Vincent

    J’ai donné des cours au noir quand j’étais étudiant, mais comme c’était il y a plus de 30 ans, il y a prescription :lol:

  11. Prof a écrit le 25 septembre, 2014 à 10:14

    Bonjour,

    Un petit bilan s’impose, en effet !

    Je remarque aussi une tendance à la réduction du temps des cours. beaucoup de 1h, un peu de 1h30, et très peu de 2h.
    J’arrive tout de même à remplir la semaine (25h + trajets) car j’ai la chance d’avoir un super bouche à oreille. L’objectif est 30 h.

    Il faut rester dans la qualité, avec pour seul objectif de faire réussir les élèves, et il faut que ça se voit.
    Le prix est justifié par tout cela. J’ai aussi donné énormément de cours étudiant, et lorsque je partais de chez l’élève, en 5 sec, je l’avais oublié.
    Aujourd’hui, il faut le suivre, le contacter pour l’encourager, le mailer, le soutenir.
    Nous sommes des profs, on ne donne pas juste des cours pour acheter des bières le weekend ;)

    C’est ce qui nous démarque de la concurrence “low cost”.
    Les parents le savent très bien.
    Généralement, en 5 minutes de cours, l’élève dit : “le prof que j’avais avant (souvent jeune) était moins bien”.
    Bon c’est pas le concours de celui qui a la plus… grande pédagogie. Mais bon, la pédagogie de quand tu as 18 ans, n’est pas égale à la pédagogie “adaptée” qu’on a plus vieux.

    En tout cas, ravi de vous lire.
    bises

  12. charlotte33 a écrit le 25 septembre, 2014 à 14:34

    Merci pour ce petit billet.

    J’ai commencé à travailler comme professeur indépendant il y a deux ans, c’est donc la troisième rentrée scolaire, et je n’ai jamais eu aussi peu de cours.

    Votre billet m’a donc rassurée et m’a montré que je n’étais pas seule dans cette situation, qui est générale.

    Je continue à démarcher pour trouver de nouveaux élèves, mais on sent bien que les parents ont de moins en moins les moyens de payer des cours, même à 30 euros de l’heure (ce qui est mon cas).

    Pourtant je ne fais exclusivement que des cours d’une seule heure car il est inenvisageable pour eux de penser à plus financièrement parlant.

    J’ai également des soucis de paiement avec des parents qui me doivent encore aujourd’hui des séances datant du mois de juin et qui sont devenus muets…Cela vous est-il déjà arrivé? Quels conseils pourriez-vous me donner ?

    Merci!

    Charlotte

  13. sophie a écrit le 25 septembre, 2014 à 16:34

    Bonjour à tous,
    Concernant le bulletin de salaire présenté par Didier, je m’étonne (toujours) qu’un salaire net soit supérieur à un brut; des frais remboursés et non soumis à cotisation sont largement au dessus des normes comptables..disons que c’est bien surprenant. Concernant les annuaires de profs particuliers j’avais moi-même créé un annuaire (scolaprof); mais (et Didier m’avait prévenu hélas) c’est ingérable. faire payer l’adhésion pour amortir mes frais s’est révélé impossible (j’ai du créer un sté, faire pub etc)et faire du total gratuit mais sans avoir les moyens financiers (et sans doute les compétences) de faire un site “visible” s’est révélé aussi bien ardu (je songe à arrêter le site); et donc je me concentre sur mes cours. Petit à petit les parents reviennent au CESU et ont compris, en tout cas dans mon coin (06), qu’un service de qualité a un cout…Vu que mes tarifs sont élevés, j’ai proposé cette année un système de tarif forfaitaire moins élevé (7 séances entre chaque vacances ou 14 séances au trimestre); payable en avance. cela permet, @charlotte, de ne pas avoir de surprise et aussi de gérer les annulations de dernière minute. Les cours de lycéens sont de 1h30 et 1h pour collège. Je n’ai plus trop envie de faire les post bac. Et ça marche.. Beaucoup de parents me demandent des coordonnées de profs (autre que ma matière maths) et là je ne sais pas où les orienter, car justement je ne connais pas d’annuaire fiable! Et les (peu) de profs connus sont overbookés.
    Merci Didier de continuer votre blog!
    Sophie

  14. Cédric Corre - CoursMPC a écrit le 25 septembre, 2014 à 23:47

    Bonsoir à tous,

    Tout d’abord, merci à toi Didier d’avoir repris l’écriture de ce blog qui est une source d’informations incontournable et un lieu d’échange fort convivial.

    Pour ma part et également pour une autre collègue toulousaine, on n’a pas eu de mal à remplir nos agendas cette année.. A croire qu’apparemment ce n’est pas la crise dans l’aéronautique..

    Autant l’an dernier, le mois de Septembre 2013 avait été plus calme : 73h de cours. J’explique cela par le fait que sur l’année scolaire 2012/2013, j’avais beaucoup de terminales et du coup, pas facile de trouver rapidement de nouveaux clients. Par conséquent, mon agenda s’était rempli en Octobre et en Décembre avec des premières S et du coup cette année, j’avais ce vivier de première S rentrant en terminale S..

    Donc, je me suis permis de faire quelques statistiques sur ce mois de Septembre 2014 :

    - a priori, 143h de cours..
    - 25 élèves dont 18 élèves que je connaissais déjà l’an dernier
    - sur une semaine classique : 9 cours d’1h, 10 cours d’1h30 et 7 cours de 2h..
    - Niveau des élèves : 1 Troisième, 2 Seconde, 2 Première S, 15 Terminale S, 5 Post-Bac.

    Voilà, ces quelques données chiffrées..

    Donc voilà, il suffit d’attendre les premières notes ou au pire le premier bulletin et là, il y aura une palanquée de Première S qui vont chercher des cours..

    En espérant que tout s’améliorera,

    Bien cordialement,
    Cédric Corre - CoursMPC

  15. Sébastien a écrit le 26 septembre, 2014 à 2:55

    Bonsoir,

    Merci Didier de reprendre la rédaction de ton blog, tes articles sont clairs et précis. A l’annonce de la suppression du forfait CESU, je me suis dit qu’on allait droit dans le mur.
    Comme tu l’as toi-même très bien expliqué.

    @sophie , ton site est superbe, le plus dur, c’est de se faire connaître, d’apprendre, et la publicité ça coûte un bras, mais ne te décourage pas.

    Pour terminer, je me permet une citation
    “Reste forte car les choses vont s’arranger. Le temps est peut-être orageux, mais il ne peut pas pleuvoir pour toujours”

    De qui, ne me demandez pas …

  16. Didier Kropp a écrit le 26 septembre, 2014 à 10:59

    @ Charlotte

    Vous avez mis une URL qui ne marche pas (www.courparticuliers33.fr) dans l’entête de votre commentaire, est-ce normal ?

    Pour les impayés, ce n’est pas facile, à part harceler le client. Sinon, c’est le tribunal de commerce,et ça risque de vous coûter (beaucoup) plus cher en frais d’avocat.

    L’idée de Sophie (forfait avec ristourne payable d’avance) me semble bien pour éviter ce genre d’ennuis.

    @ Sophie

    des frais remboursés et non soumis à cotisation sont largement au dessus des normes comptables…

    Si un particulier fait ça, payer en CESU au SMIC et verser un complément de la main à la main, il a toutes les chances de se faire taper dessus pour travail dissimulé si il se fait prendre.

    “Selon que vous serez puissant ou misérable,
    Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.”

    @ Sébastien

    Je viens de déterrer un vieil échange par mail, consulte ta boîte aux lettres :-)

  17. charlotte33 a écrit le 26 septembre, 2014 à 11:56

    Merci Didier pour votre réponse.

    J’ai corrigé l’entête ! Petite erreur de ma part :D

    Bonne continuation à tous.

  18. Sébastien a écrit le 26 septembre, 2014 à 17:02

    @ Didier, merci beaucoup, vraiment! :D

  19. sophie a écrit le 26 septembre, 2014 à 19:56

    @Sebastien, merci pour ce gentil commentaire; je constate avc les stats de Cedric, que les cours post bac sont tjs demandés; les demandes viennent des prépas (éco et scientifiques) mais AUSSI des licences et peu de profs particuliers sont présents sur ce créneau…

  20. celine a écrit le 27 septembre, 2014 à 12:51

    Bonjour,

    Je me présente car je n’ai pas encore eu l’occasion de participer aux échanges, même si j’ai déjà lu beaucoup d’articles ici ;-) Je suis prof de maths dans le nord, et je me suis installée comme auto-entrepreneur fin juin 2014.
    je donne des cours particuliers de niveaux collège & lycée.
    Jusqu’à présent, je me faisais rémunérer par chèque;
    aujourd’hui, quelqu’un me demande pour me régler en cesu.
    Je ne sais pas comment ça marcherait pour moi.
    Est-ce que quelqu’un pourrait me résumer le fonctionnement brièvement ?
    Merci d’avance.
    Céline

  21. Didier Kropp a écrit le 27 septembre, 2014 à 12:54

    @ Céline

    En vitesse, je vais en cours :wink:
    http://www.cours-de-maths-78.fr/cesu.php

  22. celine a écrit le 27 septembre, 2014 à 12:55

    Merci beaucoup, je vais lire !

  23. celine a écrit le 27 septembre, 2014 à 13:20

    Re-,
    merci pour les explications;
    quelques lectures supplémentaires m’ont fait comprendre que pour l’employeur, le cesu n’était pas forcément intéressant vu le montant des charges à ajouter en sus…
    mais pour moi, si je suis effectivement réglée en cesu, comment s’effectue la déclaration des sommes perçues ?
    je devrai saisir les montants perçus par cesu directement sur ma déclaration de revenus ?
    Merci à vous,
    Céline

  24. Didier Kropp a écrit le 27 septembre, 2014 à 20:59

    @ Céline

    Il faudrait savoir si votre client veut vous salarier (CESU déclaratif) ou vous régler vos honoraires d’indépendant avec des tickets CESU qu’il se procure par exemple auprès de son CE.

    Dans le premier cas, vous devrez déclarer les montants perçus au titre de salaire; en vous inscrivant vous-même en tant que salariée sur le site cesu.urssaf, vous pourrez récupérer le montant total des salaires pour la déclaration d’impôt.

    Dans le deuxième cas, vous encaissez les tickets, voir ce billet http://www.cours-de-maths-78.fr/blog/2012/07/les-tickets-cesu/

    Pour compliquer un peu, vos clients peuvent vous remettre des tickets CESU comme salaire… :?

    Donc, essayez dans un premier temps de savoir ce que veut faire votre client :!:

  25. celine a écrit le 28 septembre, 2014 à 20:44

    Bonsoir,

    La cliente dispose de cesu préfinancés, mais lorsque je lui ai dit qu’il faudrait s’acquitter des charges supplémentaires, elle a trouvé plus simple de me régler sans utiliser ses cesu, et de récupérer ensuite les 50% sur sa feuille d’impôts.

    Quelques mots supplémentaires sur moi :
    Je donne donc des cours de maths, en étant déclarée, depuis cet été.
    J’ai fait une demande d’agrément afin de faire bénéficier mes clients de l’avantage fiscal des 50%.
    Le statut d’AE avec agrément me convient bien, au moins pour l’instant.
    J’ai posté une annonce sur le bon coin, ainsi que sur quelques autres sites spécialisés proposant des coordonnées de profs particuliers.
    J’ai déposé aussi quelques cartes de visite chez des commerçants, mais jusqu’à présent, c’est le bon coin qui m’a amené des élèves.
    En cette fin septembre, je donne 6 cours par semaine, collège et lycée, et j’aime beaucoup mon job :D

  26. celine a écrit le 28 septembre, 2014 à 21:05

    zut… j’avais écrit une réponse, mais je ne la vois pas…
    je recommence donc !

    Ma cliente préfère finalement me régler par chèque et non par cesu, à cause des charges à ajouter.

    Je précise quelques détails à mon propos, pour compléter ma présentation :

    Je suis AE, avec l’agrément SAP.
    J’ai commencé par mettre un annonce sur le bon coin, et quelques cartes chez les commerçants.
    Cet été, j’ai donné une vingtaine d’heures de cours, pour 3 élèves.
    En cette fin septembre, j’ai 6 cours par semaine (collège et lycée).
    Jusqu’à présent, c’est le bon coin seul qui m’a amené mes élèves, mais je compte sur le bouche à oreille pour me faire ma pub par la suite.
    Le bon point, c’est que pour ce début, j’ai un pied dans 3 lycées et 1 collège, avec mes élèves !

    @ Didier : nous avons eu l’occasion d’échanger quelques mails il y a plusieurs années; à cette époque, je mettais lancée dans le soutien en maths par visioconférence. J’ai finalement dû laisser tomber…
    Mais je suis toujours présente pour les cours de maths finalement ! :D

    A bientôt, et encore merci pour ce blog qui fourmille de réponses que nous nous sommes tous posées un jour !

  27. Didier Kropp a écrit le 28 septembre, 2014 à 21:49

    @ Céline

    J’ai récupéré votre commentaire.

    La cliente dispose de cesu préfinancés, mais lorsque je lui ai dit qu’il faudrait s’acquitter des charges supplémentaires, elle a trouvé plus simple de me régler sans utiliser ses cesu, et de récupérer ensuite les 50% sur sa feuille d’impôts.

    Attention ! En tant qu’AE, vous pouvez fort bien encaisser ces CESU préfinancés sans que votre cliente ne soit obligée de vous déclarer comme salariée !

    Les CESU préfinancés sont utilisés :
    soit pour payer un salarié à domicile (et il faut bien sûr que le client paye des charges),
    soit pour régler une facture émise par un intervenant agréé SAP (votre cas).

    Personnellement, j’en parle à mes clients. La situation économique n’est pas facile, quand on leur explique qu’ils peuvent payer les cours moins cher ils sont souvent attentifs :P

    nous avons eu l’occasion d’échanger quelques mails il y a plusieurs années; à cette époque, je mettais lancée dans le soutien en maths par visioconférence. J’ai finalement dû laisser tomber…

    Mais oui :idea:
    Je vous avais même interviewé sur le blog :D http://www.cours-de-maths-78.fr/blog/2008/10/interviewceline-cyber-prof-de-maths-independante/

    C’est bête que ça n’ait pas marché. Vous aviez eu un reportage sur M6, passer à la télé c’est quand même un peu magique :!:

    Ceci dit, je note dans un coin les sites de cours à distance par visioconférence, il y en a un bon paquet, beaucoup disparaissent, beaucoup naissent,…, ça ne marche pas si bien que ça me semble-t-il :?:

  28. celine a écrit le 29 septembre, 2014 à 22:12

    Bonsoir,
    Je viens de relire l’article que vous aviez écrit à l’époque, ainsi que bon nombre de commentaires que je n’avais pas déjà lus.
    Laurent a réagi en disant qu’il était tôt, de tenter l’expérience par visio, car nous étions encore à la préhistoire, en terme d’utilisation d’internet; je pense qu’il avait raison. Ceci dit, ça commence à se développer, il suffit de suivre une formation via le cned, ou le cnam (je les ai testés) pour s’en rendre compte.
    Je n’ai pas pu continuer faute de temps; comme tout le monde, il fallait manger, et l’activité mettait trop de temps à se développer.
    Ceci dit, je la garde toujours dans un coin de ma tête; je suis fan d’informatique, et j’espère toujours proposer un jour ce type d’aide à distance; je la rajouterai certainement à mon offre :wink:
    Je n’ai pas oublié les remerciements de certaines familles qui avaient apprécié mes efforts pour aider leurs enfants :-)

  29. Arnaud a écrit le 30 septembre, 2014 à 10:32

    Bonjour

    Merci infiniment de toutes ces informations. Pourriez-vous m’éclaircir. Je souhaite m’installer en auto entrepreneur pour assurer des cours de soutien à domicile. Pour facturer les familles il faut avoir l’agrément SAP pour la déduction de 50% des impôts.
    Je souhaite également organiser des stages intensifs en petits groupes dans une salle que je louerai.
    D’après ce que j’ai compris en facturant pour les stages en groupe, je perds l’agrément SAP.
    Il faudrait que l’activité soit exclusivement reservée au service à domicile : cours particuliers à domicile ?
    Merci de votre réponse
    AP

  30. Vincent a écrit le 30 septembre, 2014 à 11:25

    Bonjour Arnaud,

    oui, en se déclarant SAP, votre activité via votre AE sera exclusivement dédiée au cours individuels à domicile.

    Si vous êtes motivé, lisez ceci :
    http://www.gautier-girard.com/forum/topic/cesu-vers-la-fin-des-cotisations-sociales-au-forfait

    Des solutions y sont évoquées, par contre il faut les retrouver car il y a beaucoup, beaucoup de commentaires.. De mémoire, il y a des résumer (à retrouver aussi…)

    Bon courage.

  31. sophie a écrit le 30 septembre, 2014 à 18:21

    Bonjour @Céline,
    je suis convaincue que le soutien à distance peut être un complément (Hors SAP déductions fiscales); les solutions techniques existent: Skype pour les langues, et Skype couplé à Googledocs pour les cours où il faut écrire (grâce au document word); bon j’ai pas encore trouvé comment dessiner aisément un tableau de variation, pour le reste tout y est. Et c’est gratuit. Reste à convaincre les élèves et les profs (qui sont moins coutumiers que les jeunes pour l’utilisation de googledocs). Astuce: afin d’optimiser le débit internet je coupe la liaison vidéo au bout de 5mn et ne garde que la liaison audio. Et un téléphone portable à coté (au cas où..et que l’on peut aussi utiliser comme modem). Ce qui me manque serait surtout une base de données complète web avec des exercices, pour tous les niveaux. L’équivalent de nos livres d’exercices en accès direct partagé.

  32. Mickaël a écrit le 6 octobre, 2014 à 12:47

    Bonjour à toutes et tous,
    Merci à Didier d’avoir repris le blog !
    Me concernant, c’est bien simple:
    Je n’ai pas changé mes tarifs, pour une raison fort simple:
    Là où j’interviens, il n y a personne qui veut y aller Pas de concurrence des étudiants à 10 balles, pas d’acamerda, de complebidule et autre cours je t’emmanche !
    On sent très bien que ça fait chier les parents de dépenser autant, mais bon c’est ça ou RIEN !
    J’avais l’année dernière des parents qui ont pris le risque de faire foirer le bac à leur gamin pour économiser 2 ou 3 cours. Ca me fait toujours exploser de rire quand j’entends que le gamin l’a pas eu!
    Un truc est clair: assez souvent les parents préfèrent ne RIEN faire que d’aider leur enfant en dfficulté ! Combien de fois ai je vu des situations critiques où le gamin foire sa vie et où les parents ont baissé les bras depuis longtemps !
    Compte tenu de mes derniers “réglages internes”, ma rémunération nette n ‘a que peu variée, en fait ! :)))))
    Allez marrez vous bien, moi j’ai décidé de pas baisser mon froc !

  33. Didier Kropp a écrit le 6 octobre, 2014 à 20:38

    @ Mickaël

    Toujours en CESU sans baisse de tarif si je comprends bien ? Tant mieux pour vous !

  34. fabrice a écrit le 13 octobre, 2014 à 0:32

    salut la foule des indép!
    merci Didier pour ce résumé.
    Pour ma part, c’est tjs un peu la galère ici. Un constat: souvent des appels / mails de parents trop éloignés du centre ville, et à qui je dis non (20 kms aller…), à croire que les centres de soutien en petits groupes ont explosé ces 2 dernières années et attirent toute la clientèle du centre ville
    a bientôt

  35. celine a écrit le 13 octobre, 2014 à 13:04

    Bonjour,
    Je me permets de revenir sur les chèques Cesu (on m’en a encore proposés cette semaine); j’ai bien compris que je pouvais les encaisser comme d’autres chèques pour être rémunérée; il existe 3 moyens pour y arriver, si j’ai tout suivi (par ma banque, en ligne ou en les renvoyant au crcesu).
    Mais dans tous les cas, il m’est bien nécessaire avant tout de demander l’affiliation au crcesu ?
    Cela n’a bien rien à voir avec mon agrément ? ce dernier me permet juste d’être rémunérée par cesu, mais pas de les encaisser ?

  36. Didier Kropp a écrit le 13 octobre, 2014 à 14:01

    @ Celine

    il existe 3 moyens pour y arriver, si j’ai tout suivi (par ma banque, en ligne ou en les renvoyant au crcesu).
    Par votre banque, si vous y arrivez, bravo :-) Je ne connais pas une seule banque qui rende ce service gratuit - les banques sont pauvres, n’est-ce pas !

    il m’est bien nécessaire avant tout de demander l’affiliation au crcesu ?
    Oui.

    Cela n’a bien rien à voir avec mon agrément ? ce dernier me permet juste d’être rémunérée par cesu, mais pas de les encaisser ?
    C’est cela même.

    À noter que si vous vous inscrivez au CRCESU en tant que personne physique, les encaisser en ligne est très faiblement taxé.
    Si vous vous inscrivez en tant que personne morale, vous allez être très (très très) taxée.

    Dans le cas des entreprises individuelles (AE ou pas AE) la personne physique est confondue avec la personne morale. Je ne vois donc pas où est le problème de s’inscrire en tant que personne physique :-)

    Dernier point : demandez à vos clients s’ils ne peuvent pas plutôt avoir des tickets CESU dématérialisés. Vous êtes payée par virement depuis le CRCESU, sans frais.

    Voir ce billet au sujet des tickets CESU :
    http://www.cours-de-maths-78.fr/blog/2012/07/les-tickets-cesu/

  37. celine a écrit le 13 octobre, 2014 à 14:18

    Merci Didier ;-)
    Je suis sur la bonne voie :D
    J’en suis arrivée à la même conclusion concernant les frais d’encaissement selon personne physique ou morale…
    Par contre, je ne pensais pas qu’il serait compliqué de passer par la banque pour l’encaissement.
    (D’où l’intérêt du partage d’expérience ! :wink: )
    Je vais suivre votre conseil pour les cesu dématérialisés.
    Merci à vous, et bonne journée.

  38. Gaël a écrit le 28 octobre, 2014 à 0:22

    Bonjour à tous, Bonjour Didier (Mr Kropp)

    Je souhaite lancer le projet suivant : Créer une entreprise proposant ces 3 aspects : 1) Cours particuliers (à mon domicile) pour 1 ou plusieurs élèves en même temps 2) Cours par Correspondance 3) Vente de matériel pédagogique produit par mes propres soins.

    Quel est le meilleur statut juridique permettant de recouvrir ces 3 aspects ? Le statut AE, me semble-t-il, permet de faire à la fois de la vente que du service ? Ai-je raison ? Ou bien y a-t-il un autre statut qui soit plus intéressant ?

    Merci à vous.

  39. sophie a écrit le 28 octobre, 2014 à 13:49

    Bonjour Gael,
    avec plusieurs activités vous n’êtes pas éligible au SAP (qui donne droit aux déductions fiscales).
    Je ne suis pas compétente pour vous répondre sur les entreprises individuelles. Par contre, il y peut-être un statut qui peut vous convenir (même si un peu plus complexe): la SASU; soumis à TVA 10% pour les cours à domicile, 20% pour le reste. Dans ce cas vous récupérez aussi la TVA sur vos achats (informatique, sites etc). Si vous êtes président de votre SASU, vous n’êtes pas obligé de vous salarier; et si vous vous salariez (au minimum) vous êtes rattaché au régime classique (pas le rsi). Il s’agit d’une sté, donc il y certains frais onéreux (compte bancaire, comptable, domiciliation ou non). Impôts sur les bénéfices etc. A voir si votre CA vous permet ces frais; sachant que si vous n’êtes pas salarié il n’y a pas de charges sociales non plus…vous devez donc avoir une couverture sociale en parallèle. (cas d’un autre emploi par exemple en complément). Voir le site de L’APCE pour plus de détails.

  40. Didier Kropp a écrit le 29 octobre, 2014 à 10:11

    @ Gaël

    Je pense que tout dépend de votre CA annuel prévisionnel.

    Il vous faut aussi estimer la part relative de la vente de matériel : les cours, c’est de l’activité libérale, la vente de matériel, c’est de l’activité commerciale. Les plafonds à ne pas dépasser en AE ne sont pas les mêmes.

    Mon avis est que pour une activité principale de cours et une activité accessoire de vente, le régime AE est le plus adapté (car très simple) pour un CA qui ne dépasse pas tout confondu 30.000 €.

  41. Gaël a écrit le 29 octobre, 2014 à 18:23

    @Sophie

    Merci pour les informations sur le SASU. J’ai été voir l’APCE. De très bonnes informations qui me seront très utiles.

    @Didier

    Mon CA prévisionnel pour les 2 premières années sont : 10 K€ pour les cours particuliers ; 7K€ pour les cours par correspondance et 2 K€ pour le matériel pédagogique.

    Le plafond AE est de 82 200 € de CA dont 32 900 € pour les cours particulier et le différentiel des deux précédents pour les activités de vente.

    Je pense donc que l’AE est le plus adapté à ma situation.

    Mais je me demande dans quelle catégorie rentre la vente de cours par correspondance avec corrections : Vente de marchandises BIC (comme pour le matériel pédagogique) ; Prestations de services commerciales BIC ou bien Autres prestations de services BNC ?

    Mon choix de faire le maximum de cours particulier à mon domicile (au cabinet ;-) ) m’enlève le droit de faire bénéficier de la réduction de 50 %, mais puis-je tout de même demander l’agrément simple si je panache avec des cours au domicile des élèves ?

    Reste à ce que mon administration accepte la création de l’AE, car avec Mme la ministre actuelle les directives ont un peu changées :(

    Merci pour vos réponses.
    :-)

  42. Didier Kropp a écrit le 29 octobre, 2014 à 18:33

    @ Gaël

    dans quelle catégorie rentre la vente de cours par correspondance avec corrections

    Pour moi, c’est du BNC, de la fourniture de prestations intellectuelles.

    puis-je tout de même demander l’agrément simple si je panache avec des cours au domicile des élèves ?

    Hé non :cry:

    La déclaration SAP suppose l’exclusivité de l’activité SAP.

    Je crois que les fonctionnaires ont le droit de créer une activité SAP à côté de leur boulot… C’est ça, votre souci :?:

  43. Gaël a écrit le 29 octobre, 2014 à 20:46

    Merci Didier pour la rapidité de ta réponse :-)

    Oui, je pense que c’est du BNC mais est-ce la catégorie Activités Commerciales (type Agent commerciale, exploitant auto-école …) et donc l’activité rentrerait dans la case AE Vente ; ou bien c’est du BNC catégorie activité libérale (type Architecte, psychologue, consultant… ) et alors ce serait la case AE Service ?

    Pour ce qui est de l’agrément simple :-( pas cool. Mais bon la prestation proposée convient mieux à des cours en “cabinet”, et c’est ce qui est le mieux adapté à ce que je souhaite mettre en place. Merci pour l’info !!

    Pour ce qui est des AE pour les fonctionnaires, légalement les dispositions existent. On les trouve sur cette page : http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F1648.xhtml
    Mais le souci est que les directives de LeBranchu aux recteurs est de limiter les AE des enseignants pour qu’ils se concentrent uniquement sur leur travail dans le public.
    Il reste alors une seule solution : demander l’autorisation de créer une entreprise et au bout de 2/3 ans faire le choix de quitter l’EN ou de fermer boutique.

  44. Didier Kropp a écrit le 30 octobre, 2014 à 6:55

    @ Gaël

    BNC catégorie activité libérale (type Architecte, psychologue, consultant… ) et alors ce serait la case AE Service ?

    Je pense que c’est ça.

    au bout de 2/3 ans faire le choix de quitter l’EN ou de fermer boutique

    Ou demander une disponibilité !

  45. Olivier U a écrit le 1 novembre, 2014 à 1:09

    Bonjour,

    Merci Didier pour ton blog et d’avoir repris ta plume.
    C’est grâce à celui-ci et tes précieux conseils (je le dis Haut et Fort), ainsi que ceux de Patrick (que je salut aussi), que j’exerce le travail de prof indépendant à temps plein depuis septembre 2014.
    Et que j’ai eu le courage après 15 ans (prof de physique) à l’EN de quitter le navire en perdition.
    La plus belle chose que j’ai faite ! Car j’en pouvais plus … dans quel état j’aurai fini … qui sait ! Je revis à présent et suis de nouveau épanoui…
    Ton blog m’a permis de découvrir qu’on pouvait vivre des cours particuliers… je ne le pensais pas avant de te lire !!!
    MAIS à la condition de faire de la qualité, être sérieux, se donner à fond et assurer un vrai coaching auprès des élèves que l’on suit :
    Ca consiste à appeler avant l’élève pour savoir le chapitre à bosser, être à fond pendant la séance (avec choix exos pensé à l’avance), pas hésiter à faire 10 min de rab,
    Après la séance, envoyer un CR 2-3j après (plaît aux parents) + envoyer d’autres exos à l’élèves s’il est demandeur…
    La prestation que l’on offre c’est un tout et c’est incomparable par rapport à ce que peut proposer un étudiant (en terme de suivi, de temps consacré et surtout de matériel pédagogique : avoir les livres scolaires des élèves… je m’en sers tous les jours et j’ai aussi les calculatrices qu’ont les élèves… c’est le minimum)
    Ou rien à voir avec les organismes qui payent les intervenants au lance-pierre et qui proposent les mêmes tarifs que nous (ne nous bradons pas : la qualité = un prix).
    Je rejoins aussi beaucoup le point de vu de Prof (voir écrit le 25 septembre, 2014 à 10:14) sur ces sujets.

    Alors par rapport aussi à la baisse d’activité dont il est question, j’aimerai donner mon témoignage (même si pour ma part, cette activité est assez nouvelle car je ne l’ai démarrée à 100% qu’en septembre 2014) :
    Depuis mi-septembre, je tourne à 26h/ semaine avec que des clients réguliers … 14 au total (2/3 maths et 1/3 physique) 2nd à Post-bac ; Uniquement des séances 1h30 ou 2h voir 3h !
    Je ne travaille ni mercredi matin et ni mardi et jeudi soir (par choix … vie de famille). Un peu le dimanche matin… mais j’aurai voulu éviter.
    Au début les sites d’annonces principalement m’ont amener des appels (le bon coin… à fuir) plus Marie Girardeau que je remercie qui m’a envoyer une très bonne cliente (3h) puis maintenant un peu le bouche à oreille.

    Côté tarif, je pratique 49 euros avant déduction (ça me paraît honnête par rapport au travail fourni et aux frais que l’on a (charge, déplacement, temps consacré, matériel,…) Mais surtout au téléphone, je mets 3 choses en avant : les cours c’est 24,5 euros après déduction (je le martèle) , je suis ex-prof EN (je le mets bcp en avant… ça aide…) et je dis aux parents que le système c’est du gagnant-gagnant…. Et là, ils veulent voir et tester… 95% ont souhaité continuer… ça m’a beaucoup aidé sinon je serai à chercher encore des clients à l’heure actuel.

    Depuis 3 semaines, j’ai dû beaucoup refuser de demande (ça m’a fait mal au cœur… car certains parents étaient très motivés et inquiets) car je ne peux pas absorber davantage pour cette 1ère année sinon c’est au détriment de la qualité des cours et du suivi personnalisé des élèves. L’année prochaine, je monterai à 30h (car un peu moins de préparation) et j’espère que la demande continuera à suivre Ou bien peut-être que je serai, comme beaucoup que j’ai pu lire sur ce fil, à sentir un ralentissement.
    Si des confrères du Val de marne ou proche Seine et Marne ne sont pas pleins, je peux leur envoyer des demandes. Avec plaisir.
    A propos pour info pour mes confrères, j’ai retiré Paris de ma zone d’intervention.
    Bonne continuation à tous. Au plaisir de vous lire sur le blog de Didier.
    Bien Cordialement. Et retourne bosser !
    Olivier U.

  46. Didier Kropp a écrit le 1 novembre, 2014 à 8:01

    @ Olivier

    Merci pour ton commentaire.

    26 heures par semaine en ayant commencé en septembre, rien à dire, tu te débrouilles bien :-)

    De mon côté j’ai quasiment le plein également, comme prévu, avec l’arrivée des premières notes aux contrôles.

    J’ai également des élèves post-bac, surtout en physique - pour faire de la “vraie” physique, il faut faire des maths, et c’est une découverte pour beaucoup… les changements de programmes au lycée y sont pour quelque chose !

  47. Méli Bergamote a écrit le 12 novembre, 2014 à 21:01

    Je précise que ce que fait Acadomia est inacceptable.
    Les remboursements pédagogiques doivent être déclarés comme tels lors d’une déclaration de revenus avec frais réels.
    Ce qu’ils pensent donner en salaire, l’état nous le reprend en impôt.
    Par ailleurs, c’est injustifié de donner 30 euros de remboursement pédagogique pour si peu d’heures réalisées sur un lieu de travail proche du domicile.
    Pour ma part, je trouve que le système du réel est complètement justifié et légitime nous concernant; je pense qu’il serait plus judicieux de baisser le niveau des charges patronales des particuliers employeurs…

  48. Patrick a écrit le 13 novembre, 2014 à 13:45

    Bonjour à tous,
    merci pour ce blog qui est vraiment une pierre précieuse.
    Comme j’ai eu l’occasion de le dire en plus de l’éducation nationale 20h/semaine je donne pour 40h/semaine des cours particuliers à 40 euros/h.
    Je déclare tout en CESU. Mais quand je vois les débats sur le meilleur statut juridique, je prends un peu peur, car je me demande si je suis vraiment en règle, sachant que ce que me rapporte l’éducation nationale correspond désormais à 20% de mes revenus.

  49. celine a écrit le 13 novembre, 2014 à 19:28

    Bonsoir,
    Puis-je vous poser une question qui me titille…
    j’ai lu des infos à droite à gauche, mais je n’ai pas trouvé de réponse.
    Je suis AE agréée pour donner mes cours particuliers de maths.
    Existe-t-il une solution pour que je puisse aussi faire des cours en petits groupes ?
    Merci si vous avez une piste ;-)

  50. Didier Kropp a écrit le 13 novembre, 2014 à 19:56

    @ Méli Bergamote

    Le but du jeu pour les organismes mandataires est de payer le moins possible, le reste, ils s’en moquent !

    @ celine

    Sauf à :
    monter une usine à gaz (par exemple EURL agréée pour les cours à domicile et EI non agréée pour les cours en petits groupes, AE ne peux pas rentrer là-dedans),
    monter un truc bancal (genre association),
    travailler au black,
    hélas non, il n’existe pas de solution :evil:

    Je vais essayer de propose quelque chose sur http://www.faire-simple.gouv.fr/ on ne sait jamais :mrgreen:

  51. celine a écrit le 13 novembre, 2014 à 20:55

    mais comment font les grosses boîtes pour pouvoir faire les deux ? ils ont un statut qu’on ne peut pas avoir quand on est “petit” ?

    PS : je ne savais même pas que ça existait, ce site gouvernemental pour faire simple…. ils ont du boulot !!!

  52. Didier Kropp a écrit le 13 novembre, 2014 à 21:13

    @ celine

    Quand on est gros, ce n’est pas difficile de créer plusieurs structures ! Ce n’est en revanche pas simple du tout quand on est tout petit :?

  53. celine a écrit le 14 novembre, 2014 à 13:44

    @ Patrick,
    Tu fais réellement 60h de cours par semaine, sans compter la prep ? (EN temps plein + prof particulier indep. ?)
    Et tu déclares les cours particuliers en cesu, au réel ?
    (tu travailles à Monaco ? :mrgreen: )

  54. Gaelle a écrit le 28 janvier, 2015 à 15:25

    Bonjour à tous,

    Je tenais à vous remercier pour ce blog ! C’est une vraie mine d’informations et notamment en ce qui concerne les statuts, CESU, etc. Car finalement, notre activité est un peu particulière (agrément SAP notamment !) et on est vite perdus sur les sites officiels ! Je viens de terminer mon bilan de compétences et je compte me mettre à mon compte (normalement :roll: ) en septembre pour des cours particuliers en physique-chimie (je suis ingé R&D dans l’aéronautique)… Let’s see !
    En tous cas, encore merci pour toutes ces infos et discussions très intéressantes :D

    PS : le coup du faire-simple.gouv.fr , j’ai vraiment cru à un fake !!

  55. Didier Kropp a écrit le 28 janvier, 2015 à 22:13

    @ Gaelle

    Merci de votre intérêt pour mon blog :-)

    Vous pouvez également lire et participer à ce sujet de forum :
    http://www.gautier-girard.com/forum/topic/cesu-vers-la-fin-des-cotisations-sociales-au-forfait

    Sympa, votre site http://sciences-en-scene.com/ :!:

  56. Alexandre a écrit le 12 février, 2015 à 13:45

    Bonjour à tous,

    Merci à Didier Kropp pour ce billet très instructif et ce portrait réaliste de la situation, je m’y retrouve également en tant que prof particulier.

    Pour ma part, j’ai commencé les cours à domicile en 2013 durant ma dernière année d’études en tant qu’auto-entrepreneur car je n’avais pas le choix : j’avais déjà bien repéré la fin du forfait pour les déclarations CESU et m’étais dit que j’avais manqué la belle époque ! :D

    En parallèle cette année là j’avais fait un mi-temps dans l’EN en collège, ce qui m’a immédiatement décidé à partir dans le privé ! Depuis septembre 2014 (justement) j’exerce mon activité professionnelle pour la première fois en tant que jeune auto-entrepreneur de 24 ans : ça a commencé assez doucement avec une douzaine d’heures de cours par semaine en septembre, puis une quinzaine en octobre, et la situation s’est peu à peu améliorée jusqu’à environ 24h de cours en février, j’espère atteindre les 30h également, mais je suppose qu’il y a aussi un temps “d’adaptation” pour se faire connaître ! (petite précision, j’exerce en PACA, donc je suppose qu’il y a moins de demande qu’en région Parisienne).

    J’ai pu remarqué également la grande différence au niveau de la demande en tant qu’étudiant non déclaré à 20€/h lors de mes tout débuts avant 2013 et la situation actuelle où je demande 50€/h avant déduction d’impôt (ce qui est le cas pour la plupart d’entre nous d’après ce que j’ai pu voir), cela m’a un peu inquiété au début car j’étais persuadé que la demande était grandissante d’année en année, mais effectivement la crise y est pour quelque chose et les demandes se font davantage pour 1h ou 1h30 que 2h… Néanmoins La prestation est tout autre lorsqu’on est prestataire et dévoué, l’engagement est plus fort et personnellement je m’efforce réellement d’être au top pédagogiquement parlant: cela se ressent dans les résultats et dans l’engagement des parents!

    En résumé de ma situation, je ne suis absolument pas mécontent d’avoir choisi de quitter l’EN (avant même d’y rentrer réellement :P ) , et l’auto-entreprise offre une réelle alternative au CESU de mon point de vue, quant à ce qui est d’évoluer, l’entreprise individuelle au réel simplifié serait une bonne stratégie, mais les taux de cotisations, la TVA à 10% pour le soutien scolaire et les contraintes administratives me font un peu peur à vrai dire :?
    (je sais que ce n’est pas le point de ce billet mais je voulais préciser ma perspective d’évolution).

    Si vous avez, chers professeurs privés, des conseils à me donner en tant que débutant, ce n’est pas de refus :mrgreen:

    Merci à Didier Kropp pour ses articles de qualités !

    Alexandre

  57. Didier Kropp a écrit le 12 février, 2015 à 22:16

    @ Alexandre

    Merci de votre intérêt pour mon blog :-)

    quant à ce qui est d’évoluer, l’entreprise individuelle au réel simplifié serait une bonne stratégie

    Le choix est entre ça et la société (EURL par exemple), et le moins de contraintes est l’entreprise individuelle.

    mais les taux de cotisations

    En gros, 35% du résultat, mais on peut déduire des frais du CA, ce que l’on ne peut pas faire en tant qu’AE.

    la TVA à 10% pour le soutien scolaire

    Hé non, nous sommes exonérés 8)
    Article 261-4-4°-b du CGI

    les contraintes administratives

    Il faut tenir une compta.

    Et oui, on doit également quelquefois passer du temps au téléphone avec des services administratifs (URSSAF, RSI, CIPAV), mais dans l’ensemble ça va :-)

    Plein d’infos sur ce fil de discussion : http://www.gautier-girard.com/forum/topic/cesu-vers-la-fin-des-cotisations-sociales-au-forfait

  58. Alexandre a écrit le 13 février, 2015 à 12:56

    @ Didier Kropp

    Merci pour cette réponse rapide ! J’en déduit que vous êtes sous ce régime ? C’est vrai que le plafond des 32900€ est vite atteint si on se débrouille bien.
    Merci pour ces précisions et conseils, je vois qu’effectivement selon l’article 261-4-4°-b du CGI il semble que l’on soit exonéré sous le régime réel :-)

    Je suppose que le lien suivant parle des entreprises qui emploient des salariés ?
    http://vosdroits.service-public.fr/professionnels-entreprises/F31596.xhtml
    Ce n’est pas explicitement marqué alors je pensais que ces taux réduits s’appliquaient quand même pour une EI au réel avec 0 salariés…

    Merci pour le lien, je vais jeter un oeil !

    Alexandre

  59. sophie a écrit le 13 février, 2015 à 15:44

    Bonjour Alexandre; je vous contacterai en MP via votre site web, car je suis sur Cannes et j’ai parfois des demandes sur Antibes et/ou Nice.

  60. Didier Kropp a écrit le 13 février, 2015 à 20:26

    @ Alexandre

    Sont exonérés :
    les cours ou leçons relevant de l’enseignement scolaire, universitaire, professionnel, artistique ou sportif, dispensés par des personnes physiques qui sont rémunérées directement par leurs élèves
    (article 261-4-4°-b du CGI), confirmé par l’inspecteur des impôts auquel je me suis adressé.

    Nous sommes également exonéré de CFE 8)

    Oui, je suis en entreprise individuelle au réel simplifié.

  61. Alexandre a écrit le 14 février, 2015 à 20:57

    @ Sophie : Je vous remercie pour cette attention, je suppose que c’est votre métier également ? Si j’ai des demandes sur Cannes je vous le signalerai également !

    @ Didier Kropp : Super merci pour la confirmation, je ne pensais pas que l’on soit exonéré de CFE encore une bonne nouvelle ! Finalement la différence de bénéfice au réel n’est pas si grande comparée aux AE en tenant compte des déductions de frais possibles.

  62. lorenzo a écrit le 15 février, 2015 à 12:25

    @ Didier Kropp

    Bonjour, cette franchise de TVA s’applique-t-elle même en cas de dépassement des plafonds de CA? (32600 pour les services je crois). Je vais demander RDV avec les impôts car je viens de créer une EURL, et en effet d’un côté on nous annonce une TVA à 10% et de l’autre cet article de loi dont je viens de prendre connaissance grâce à vous et qui nous annonce une exonération sans limite précisée.

    D’autre part où avez vous obtenu l’information pour l’exonération de CFE? Beaucoup de nouvelles intéressantes d’un coup!

    merci

    Lorenzo

  63. Didier Kropp a écrit le 15 février, 2015 à 17:24

    @ lorenzo

    Bonjour, cette franchise de TVA s’applique-t-elle même en cas de dépassement des plafonds de CA?

    Oui.

    En fait, il existe une différence entre exonération et franchise.

    La franchise en base de TVA ( http://vosdroits.service-public.fr/professionnels-entreprises/F21746.xhtml ) s’applique si le CA est inférieur à un certain seuil (d’où le fait qu’il n’y a pas de TVA pour les AE).

    L’exonération pour les profs est indépendante de la forme juridique choisie (EI, EURL).

    Je vais demander RDV avec les impôts

    Surtout, allez-y avec les références des articles du CGI :-)

    D’autre part où avez vous obtenu l’information pour l’exonération de CFE?

    L’article 1460 du CGI http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006069577&idArticle=LEGIARTI000028417008

    Sont exonérés de la cotisation foncière des entreprises :
    3° Les auteurs et compositeurs, les professeurs de lettres, sciences et arts d’agrément, les instituteurs primaires ;

    Il faut vraiment lire ce fil de discussion :

    http://www.gautier-girard.com/forum/topic/cesu-vers-la-fin-des-cotisations-sociales-au-forfait

    Plein d’infos sur les aspects juridiques et fiscaux de notre boulot.

  64. Alexandre a écrit le 23 février, 2015 à 13:26

    Bonjour,

    @Didier Kropp, pour résumer, en EI au régime réel simplifié, nous sommes exonérés de TVA de plein droit ainsi que de CFE, ce qui est une très bonne nouvelle et écarte de peu le rendement par rapport à l’AE finalement ! (en considérant la différence bénéfice net et CA)

    J’ai essayé de m’inscrire sur le forum de Mr Girard mais je n’ai pas reçu d’identifiants au bout de quelques jours, bien que j’ai suivi tout le fil de conversation, donc je me permet de poster ici…

    Je me posais certaines questions relatives au passage du régime micro au régime réel : comment ce passage se passe-t-il au niveau purement fiscal? Supposons qu’en AE je fasse un CA de 40k€,je passe donc au réel le 31 décembre de l’année de dépassement si j’ai bien suivi. Maintenant je suppose qu’il va y avoir un rappel des cotisations ainsi que de l’IR, et c’est là que j’aimerai des précisions si possible ? Doit-on régler la différence d’une année complète au mois de janvier ? J’avoue que c’est un peu flou pour moi (si vous me dites qu’il n’y a rien à régler ça serait encore mieux :mrgreen: )

    De plus, a-t-on d’ores et déjà intérêt à faire un registre des frais pro en étant toujours en AE, ou ce n’est pas nécessaire ?

    Enfin, je n’ai toujours pas fait d’inscription à une AGA, est ce que je dois le faire avant pour anticipation ou bien ça peut attendre ?

    Merci d’avance ! :D

  65. Didier Kropp a écrit le 23 février, 2015 à 23:59

    @ Alexandre

    Je ne sais pas comment se passe le passage du micro au réel.

    Il me semble avoir lu quelque part que lorsque l’activité n’est pas soumise à la TVA le régime micro demeure applicable au cours des 2 premières années de dépassement du seuil et ce quel que soit le chiffre d’affaires réalisé, mais c’est vraiment à vérifier.

  66. Alexandre a écrit le 26 février, 2015 à 18:46

    D’accord merci pour votre réponse, si j’en sait plus j’en ferai part. :)

  67. Nassim a écrit le 3 avril, 2015 à 23:06

    Un petit commentaire pour vous remercier et feliciter pour ce blog. Je fais une etude de marche et votre blog est une mine d’or :-)

    Pour rebondir sur les pratiques de professeurparticulier.com, je suis assez perplexe pour 2 raisons supplementaires :

    1) 1 commentaire tres elogieux pour le site et 4 autres rabaissant le Big 5, tous par la meme personne, et 2 autres commentaires demontant ce meme site quelques jours plus tard :
    http://www.ciao.fr/professeur_particulier__2034881

    2) Impossible de trouver les Mentions Legales…

    Nassim

  68. Didier Kropp a écrit le 4 avril, 2015 à 5:49

    @ Nassim

    Ciao n’est pas réputé pour la pertinence de ses avis…

    Pour les mentions légales, effectivement, je ne les trouve pas non plus. Pourquoi ne pas les contacter ?

    Je sais que je leur demande des factures que j’obtiens sous 24 heures. Ce n’est pas le cas de tous les sites de ce genre !

  69. Ancienne prof de l'éduc nat a écrit le 4 mai, 2015 à 15:18

    Bonjour,

    Tout d’abord, merci pour toutes les infos dont regorge votre site !
    Savez-vous si les prof de français en auto-entrepreneurs sont exonérés également de la CFE ?
    Je viens tout juste de me pencher un peu sur les différents statuts, j’ai encore beaucoup de mal à y voir clair, j’ai vraiment du mal à voir clair dans tout ça. Par exemple je ne connais pas la différence entre micro et auto-entrepreneur.
    Pensez-vous qu’il est vraiment possible de vivre en tant que prof indépendant auto-entrepreneur ?
    Si l’on touche le chômage pendant un temps, les allocs chômage nous sont-elles versées en complément du chiffre d’affaire que l’on a avant le prélèvement des charges ou de celui qui nous reste après le prélèvement (qui apparemment s’éléverait à 22,9% pour les profs particuliers) ?
    Désolée pour toutes ces questions d’un coup mais comme vous semblez vous y connaître et que moi je rame, je tente le coup. :D
    Cordialement,
    bonne journée à vous !

  70. Ancienne prof de l'éduc nat a écrit le 4 mai, 2015 à 15:39

    Ne faites pas attention à la faute ” les prof” (sans le s) et à l’énorme répétition “j’ai encore beaucoup de mal à y voir clair, j’ai vraiment du mal à voir clair dans tout ça”, je suis complètement épuisée à ne faire que chercher comment m’en sortir et je ne me suis pas du tout relue ! La honte ! :oops:

  71. Didier Kropp a écrit le 5 mai, 2015 à 7:13

    Bonjour “Ancienne prof de l’éduc nat”

    Merci de votre intérêt pour mon blog.

    Savez-vous si les prof de français en auto-entrepreneurs sont exonérés également de la CFE ?

    Oui.
    http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/860-PGP.html

    Par exemple je ne connais pas la différence entre micro et auto-entrepreneur.

    En régime micro, vous devez payer des charges sociales même si vous avez O € de CA.
    http://droit-finances.commentcamarche.net/faq/5897-micro-entreprise-et-auto-entrepreneur-differences-et-avantages

    Pensez-vous qu’il est vraiment possible de vivre en tant que prof indépendant auto-entrepreneur ?

    Oui :-) et beaucoup fréquentent ce blog. 8)
    Cela semble plus dur en lettres qu’en sciences.

    Pour le chômage, je ne sais pas.

    Bonne continuation

  72. Michaud Sébastien a écrit le 16 juillet, 2015 à 13:02

    Bonjour à tout le monde, je voudrais contribuer à la réflexion et avoir quelques renseignements sur le mode de facturation pour les cours à la fois pour les cours particuliers dans le cadre du CESU et également dans le cadre auto-entrepreneur avec des mini groupe d’élèves (de 2 à 5).
    En ce qui concerne les cours individuels à domicile par le biais du CESU, est-il possible de faire payer une réservation annuelle sur un créneau horaire de l’année scolaire (bien sûr déduit du prix horaire de départ) puis facturer le reste à chaque séance.L’intérêt serait double, pour le salarié d’abord car il toucherait une part de tous les cours réservés ce qui permet de compenser certaines pertes par annulation au dernier moment et d’un autre côté l’employeur devra payer le montant de l’heure de cours réalisée moins chère donc moins de charge lors de la déclaration CESU.
    Pour les cours en groupe, je suis encore très indécis sur la méthode de facturation, à la séance, globale sur l’année en fonction du nombre d’heures de séance réservées par semaine sur l’année scolaire avec possibilité de paiement en trois fois (encaissé chaque début de trimestre), ou autre…
    Si quelqu’un peut me donner des conseils par expérience, merci d’avance.
    blog très intéressant, sincèrement merci

  73. Patrick a écrit le 16 juillet, 2015 à 13:25

    @Michaud Sébastien. Je trouve que votre approche est compliquée et pas assez commerciale. Vous reportez sur les familles votre crainte des désistements. Alors que cette question doit être traitée en amont en pratiquant par exemple le surbooking. Les familles préfèrent traiter directement avec les professeurs particuliers parce que c’est simple et fluide. Maintenant si vous compliquez les choses à outrance vos clients auront peur.
    Par exemple dans ma pratique, je n’applique qu’un seul tarif même si la famille habite à 30 kilomètres. L’avantage de ma simplicité tarifaire, c’est qu’on oublie presque le prix assez élevé que je demande. 50 euros/h pour des séances de deux heures.
    Ce tarif de 50 euros comprends la prestation, le trajet et aussi une sorte d’assurance annulation. :lol:

  74. Michaud Sébastien a écrit le 16 juillet, 2015 à 14:26

    Je n’ai pas été assez clair, cette nouvelle méthode de tarification n’est pas un report de ma crainte des désistements mais c’est plus pour répondre à une demande de la part des client qui trouvent que les charges sur les paiements CESU sont trop élevés (26€/h sur un cours facturé 30€/h soit un coût immédiat de 56€/h) alors que le prix fixé tient compte du déplacement et du temps de déplacement ce qui normalement ne devrait pas être soumis au même taux de charge que le cours en lui-même. Je me pose donc la question si, sous forme d’une réservation horaire (ex : entre 8 et 10€/h), le tarif du cours serait ainsi plus bas et donc les charges également (16€/h au lieu de 26) ce qui réduirait la somme globale à avancer pour les familles. Et dans cette réflexion, j’ajoute que cela permettra de compenser, certains désistements de dernière minute, mais ce n’est pas pour répondre à ce problème qui n’est pas majeur (très peu de cours sont annulés sur l’année scolaire complète)
    Peut-être est-ce trop compliqué, je ne sais pas, dans les grosses structures, les familles règlent l’intégralité d’un forfait horaire dès la signature il me semble, c’est encore plus lourd et pourtant ces grosses boîtes ont l’air de bien le gérer… merci pour la réponse, ça me permet d’avancer et de me remettre en question.

  75. Patrick a écrit le 18 juillet, 2015 à 13:01

    @Michaud Sébastien. Voilà ce que ma propre expérience m’a appris. Quelque soit le prix, surtout si celui-ci se trouve dans les fourchettes basses, (15 euros/h) les clients trouvent toujours le tarif trop élevé. Par conséquent, il me semble que c’est une erreur de tenir compte de leur avis. Je crois qu’il faut distinguer afin de ne pas se perdre ce qui relève du professeur et ce qui relève du client. Il relève du professeur de captiver la clientèle, de mettre en place un stratégie pédagogique et commerciale qui produise des résultats et surtout qui calme les angoisses scolaires des parents et des élèves. La question des charges ne relève pas des prérogatives du professeur. Maintenant si les clients ne souhaitent pas me déclarer dans le cadre du CESU, on dira que j’oublie de leur rappeler leur obligation. Les cours particuliers m’ont ramené cette année 6000 euros /mois en plus de mon salaire de prof de lycée. J’ai provisionné un compte spécial pour faire face à une éventuelle régulation fiscale. Le temps étant de l’argent je refuse de consacrer plus de 20 mn par mois aux questions administratives. En cas de redressement, si je compte le temps que je n’ai pas passé dans les tâches administratives, je suis suis largement gagnant même avec les 10% de pénalité. Mon approche est totalement pragmatique.

  76. Nathalie a écrit le 19 juillet, 2015 à 19:05

    Patrick, comment faites-vous pour gagner 6000 euros par mois en plus de votre salaire de prof de lycée, comme vous l’indiquez dans votre message? Sous quel statut exercez vous? Dans quelle matière? Mes questions sont sérieuses, je cherche à lancer mon activité et suis preneuse de conseils, merci d’avance.

  77. Patrick a écrit le 20 juillet, 2015 à 14:31

    @Nathalie, je vous invite à regarder sur le site SuperProf.com et ProfesseurParticulier.com mon annonce en français et philosophie, sur Paris. j’apparais sur la première page de ces deux sites.

  78. Nathalie a écrit le 20 juillet, 2015 à 16:13

    Ça ne répond pas à mes questions. Je pense que c’est un fake, la somme que vous annoncez est impossible sauf si vous bossez H24. Et si en plus vous cumulez avec un poste en lycée…

  79. Patrick a écrit le 20 juillet, 2015 à 17:04

    @Nathalie. Vous avez raison je ne gagne pas 6000 euros par mois avec mes cours particuliers mais… 8000 euros.
    Première étape avoir une annonce efficace. Deuxième étape avoir une pédagogie novatrice (c’est expliqué dans l’annonce) qui répond aux angoisses scolaires des parents et des élèves. Troisième étape toujours être disponible pour les élèves.
    je demande 50€/h. Chaque séance dure 2h. Chaque élève me rapporte 400 euros/mois. J’avais 23 élèves à gérer. Avec les désistements cela me faisait une moyenne de 20 élèves.
    20 X 400 = 8000 euros. A cela s’ajoute mon salaire de l’éducation nationale.
    Les élèves que j’ai en français prolongent avec moi en philosophie.
    Je gagne beaucoup d’argent avec mes cours car je dis toujours oui. Je me déplace en scooter, et j’honore toujours mes rendez-vous qu’il pleuve, qu’il neige, qu’il vente. La plupart de mes collègues ne veulent pas se déplacer car c’est trop loin, trop tard, trop tôt…
    Dans ce métier si on veut travailler il y a de quoi faire.
    Maintenant si ça vous intéresse venez me suivre pendant une semaine, quand mon rythme aura atteint sa vitesse de croisière…

  80. Nathalie a écrit le 20 juillet, 2015 à 19:29

    Merci d’avoir pris le temps de me répondre. Vous travaillez, je pense, tous les jours. Le fait que vous soyez sur Paris joue beaucoup ( plus de clientèle et plus aisée), je suis en province ( Alsace). Par contre sous quel statut exercez-vous? ( CESU, libéral,, auto-entreprise, entreprise individuelle?).

  81. Patrick a écrit le 20 juillet, 2015 à 19:42

    @Nathalie. J’exerce en CESU. Mais si les parents ne font pas les formalités je ferme les yeux…

  82. Patrick a écrit le 20 juillet, 2015 à 22:16

    @Nathalie. Pour comprendre mon organisation, car il faut être très organisé, je ne travaille que sur ordinateur. Au lycée je demande aux élèves de m’envoyer leur travaux par mail. Comme en cours particuliers je travaille aussi sur ordinateur en utilisant google drive, je peux corriger mes copies pendant que mes élèves en cours particuliers font un exercice. De même au lycée je peux répondre aux élèves des cours particuliers pendant que je fais plancher la classe. Je peux aussi préparer mes cours de la même façon. D’ailleurs les élèves au lycée savent qu’ils peuvent toujours me contacter soit par mail soit par SMS. De la même manière je suis toujours disponible pour les élèves des cours particuliers. C’est le principe de l’interaction permanente.
    Ce niveau de revenus correspond à ce que gagne par exemple un entrepreneur et le temps que j’y passe est également équivalent à ce qu’un patron consacre à son entreprise. Sauf que j’ai quand même 15 jours de vacances à Noël une semaine en février et les deux mois d’été. En avril j’organise quinze jours de stage et une semaine en février. C’est un rythme très rapide, et j’adore cela. Mes résultats au Bac sont plutôt supérieurs à la moyenne de mes collègues. Du coup je n’ai aucune culpabilité à avoir.

  83. Nathalie a écrit le 21 juillet, 2015 à 9:26

    Merci Patrick pour vos explications, c’est rare de trouver quelqu’un qui dise franchement les choses. Je ne vois pas en quoi il faudrait culpabiliser, les enseignants ne sont pas responsables de la déliquescence programmée par les hautes sphères, comme l’OCDE, de l’Éducation Nationale!! Vous dites être en CESU donc salarié par les familles, avez-vous du faire des démarches pour obtenir un quelconque agrément afin que les familles bénéficient d’une exonération fiscale? Je souhaiterai trouver la solution la plus simple pour moi en terme de démarche et gestion sur le plan administratif, une auto-entreprise me semble hasardeuse.Avez-vous demandé une autorisation de cumul d’activités à votre proviseur? Merci encore.

  84. Didier Kropp a écrit le 21 juillet, 2015 à 9:31

    @ Michaud Sébastien

    Merci de votre intérêt pour mon blog :-)

    En ce qui concerne les cours individuels à domicile par le biais du CESU, est-il possible de faire payer une réservation annuelle sur un créneau horaire de l’année scolaire (bien sûr déduit du prix horaire de départ) puis facturer le reste à chaque séance.

    En théorie, non.

    En pratique, personne ne contrôle et tout le monde s’en fout.

    Il resterait à déterminer comment faire payer les charges aux clients sur la réservation annuelle.

    Une solution (à mon avis hors-jeu) serait de faire payer la réservation sur facture dans un cadre AE et d’être en CESU pour les heures de cours données dans l’année.

    @ Nathalie

    Je ne sais pas si ce qu’écrit Patrick est un fake.

    Je sais que les chiffres qu’il annonce ne sont pas impossibles, à condition de bosser beaucoup, d’avoir peu de temps de déplacement et une clientèle très aisée - ce qui est possible à Paris intra-muros en se déplaçant en scooter dans les beaux quartiers.

    Si vous êtes en phase d’investigation pour vous lancer, pensez également à consulter ce sujet de forum http://www.gautier-girard.com/forum/topic/cesu-vers-la-fin-des-cotisations-sociales-au-forfait qui n’est fréquenté que par des profs indépendants.

  85. Didier Kropp a écrit le 21 juillet, 2015 à 9:49

    @ Nathalie

    Vous dites être en CESU donc salarié par les familles, avez-vous du faire des démarches pour obtenir un quelconque agrément afin que les familles bénéficient d’une exonération fiscale?

    Si vous êtes salariée en CESU, vous n’avez rien à faire.

    Consultez cette page à destination des employeurs :
    http://www.cours-de-maths-78.fr/cesu.php

  86. Patrick a écrit le 21 juillet, 2015 à 14:18

    Effectivement aucune formalité en CESU sauf remettre les coordonnées au famille.
    Il ne s’agit pas ici, pour moi de jouer au fanfaron mais de montrer qu’on peut très bien gagner sa vie dans notre métier. Je vois trop de collègues qui se plaignent, qui sont malheureux.
    La très grande majorité de mes collègues va mal. Quand on écoute leur histoire, il y a un dénominateur commun : le manque de moyens financiers qui génèrent des situations parfois très douloureuses. C’est à cette situation que j’ai voulu répondre.

  87. Didier Kropp a écrit le 21 juillet, 2015 à 15:41

    @ Patrick

    Je gagne beaucoup d’argent avec mes cours car je dis toujours oui. Je me déplace en scooter, et j’honore toujours mes rendez-vous qu’il pleuve, qu’il neige, qu’il vente. La plupart de mes collègues ne veulent pas se déplacer car c’est trop loin, trop tard, trop tôt…

    Je vous accorde bien volontiers que c’est une des clés de la réussite dans ce métier : le service aux clients. Ceux qui veulent gagner correctement leur vie en donnant des cours sans trop se déplacer et en gardant de libres leurs soirées et le week-end sont mal partis :-)

    Évidemment, il faut de plus être un bon prof particulier (ce n’est d’ailleurs lié ni au bagage universitaire ni au fait d’être un bon prof devant une classe) et aussi travailler dans une zone géographique où la clientèle existe. Sur ce dernier point, il faut accepter de faire des kilomètres si on habite un coin paumé. Un confrère qui habite au fin fond de la campagne profonde fait en moyenne plus de 150 km en bagnole chaque jour.

  88. Patrick a écrit le 21 juillet, 2015 à 17:11

    @ Didier Kropp “il faut accepter de faire des kilomètres si on habite un coin paumé”.
    Je suis d’accord avec vous. Il m’arrive de prendre des élèves qui habitent vraiment très loin (plus d’une heure de route), comme il arrive que deux clients d’affilés soient presque mes voisins. Du coup je pense mon activité en terme global afin de toujours être heureux dans ce que je fais. C’est pourquoi pour bien réussir il ne faut pas hésiter à avoir des tarifs élevés. Affronter la pluie et le vent quand on sait qu’on va gagner 500 euros dans sa journée n’est plus une contrainte.

  89. Michaud Sébastien a écrit le 24 juillet, 2015 à 15:21

    @Didier Kropp
    merci pour ton blog,
    j’espère faire avancer la réflexion car tout le monde ne peut pas appliquer des tarifs de 50€/h sans compter les charges, en province plus particulièrement.

    Effectivement, mon idée était passer par une AE pour facturer la réservation, du créneau horaire choisi par l’élève et du temps forfaitaire de déplacement, pour toute la période scolaire, puis faire une facture mensuelle par CESU pour les cours à domicile réellement effectués. Le cours pourra être déplacer dans le cadre de ma disponibilité, je garde beaucoup de flexibilité. Et comme en parallèle je vais développer des cours en groupes restreints dans une salle par le biais d’une AE, je disposerai de cette structure.
    Je pense que cette solution peut satisfaire tout le monde, moins de charges pour les clients, totalité de la somme déclarée, compensation des désistements de dernière minute par le biais de ce fond initial de réservation.
    De plus, je pense que ce service doit rester accessible à un grand nombre et ne doit pas être réserver aux plus aisées, cela doit plus être une question de priorité, à un coût élevé bien sûr mais pas inaccessible. C’est en partie pour cela que je développe les cours en groupe, pour mutualiser les coûts sans trop perdre l’efficacité du service et même essayer de gagner une autre dynamique.
    qu’en pensez-vous chers collègues?

  90. Patrick a écrit le 25 juillet, 2015 à 12:35

    @Michaud Sébastien: votre projet est une vraie une usine à gaz mais bon si cela vous fait plaisir de passer des heures à faire de de l’administratif, pourquoi pas, ça occupe !

    @Michaud Sébastien écrit ” C’est en partie pour cela que je développe les cours en groupe, pour mutualiser les coûts sans trop perdre l’efficacité du service”
    Ca c’est se raconter des histoires. C’est d’ailleurs le même discours qu’utilise Acadomia pour ses cours collectifs. Un cours collectif n’est pas un cours particulier et n’aura jamais la même efficacité.
    La question de savoir si le service du cours particulier doit rester accessible au plus grand nombre n’est malheureusement pas de notre ressort mais de celui du politique.
    Quand j’interviens dans le cadre du lycée devant des classes du 93 surchargées de 30 élèves je fais le mieux possible mon travail en sachant que c’est souvent peu efficace, même si j’offre à ces élèves du lycée des outils pédagogiques que j’ai développés pour les cours particuliers.
    Quand j’interviens en cours particuliers, je me considère comme un marchand. Un marchand efficace mais un marchand quand même. J’essaye de gagner un maximum d’argent en ciblant la clientèle la plus riche possible. Ainsi le même cours peut être source d’ennui pour certains de mes élèves au lycée qui n’ont pas payé et objet de passion et de profondes révélations pour mes élèves en cours particuliers qui eux ont payé.
    Malheureusement je suis obligé de garder mes cours au lycée à cause de la légitimité que me donne ma fonction dans l’éducation nationale.
    Tout cela pour dire quoi ?
    1. que les parents payent beaucoup de charges n’est pas mon problème
    2. que les pauvres ne puissent accéder à mes services n’est pas mon problème
    3. que plus le prix est élevé (même en Province) et plus les parents se sentent valorisés. Il s’agit pour eux de se déculpabiliser en leur permettant de dire à leur enfant :” après tout ce qu’on a fait pour toi”
    4. C’est donc une grossière erreur de chercher à abaisser le tarifs c’est tout le contraire qu’il faut faire.
    5. En gagnant très bien sa vie le professeur particulier se sent obligé de toujours être au maximum de son efficacité

    @Michaud Sébastien votre démarche est exactement l’inverse de la mienne et je pense très sincèrement que vous êtes dans l’erreur. Vous allez vous compliquer inutilement la vie, créer des conflits inutiles avec les parents, vous embrouiller au niveau de votre gestion administrative et au final vous épuiser pour rien.

  91. Michaud Sébastien a écrit le 27 juillet, 2015 à 8:49

    @Patrick

    Tu as peut-être raison, mon idéalisme ne correspond pas à ta vision mercantile de ce travail.
    Par contre, ton obligation de rester dans l’éducation nationale pour te donner de la légitimité, ça c’est vraiment se raconter des histoires, j’aurai préféré lire que tu voulais garder ton statut pour la sécurité, pour la retraite…mais la légitimité… Si tu es bon dans ce que tu fais, ce sont tes résultats qui te donnent ta légitimité, une clientèle et un bon salaire, c’est le principe même de l’entreprise privée. Là où nous sommes d’accord, c’est lorsque tu dis que nos démarches sont opposées.
    Dans tous les cas, merci de ta réponse, je vais continuer à réfléchir sur l’évolution que je vais apporter à mon activité.

  92. Patrick a écrit le 27 juillet, 2015 à 13:19

    @Michaud Sébastien merci pour ton message.Les choses sont plus compliquées.
    Je ne reste pas dans l’éducation nationale par sécurité. Car je suis un prolétaire de l’éducation natioanale. J’ai le statut de contractuel. Je suis systématiquement méprisé de par mon statut par mes collègues. L’éducation nationale est pour moi le summum de l’insécurité. Je ne sais jamais chaque année quelle crasse vais-je devoir subir. L’éducation nationale est un univers aristocratique où sa petite noblesse d’état croit pouvoir jouir de ses illusoires privilèges. Je parviens à subir les difficultés liées à mon statut grâce aux plaisirs que me procurent mes cours particuliers. Mais les parents exigents des enseignants éducation nationale et correcteur du Bac. . Oui ce sont les résultats qui donnent ma légitimité dans les cours particuliers. Au niveau de l’éducation nationale, tout le monde se fiche de mes résultats. Nous sommes comme ça nous les sans dents de l’éducation Natioanel. Invisible et méprisé… Et c’est très bien ainsi… Cela me permet de faire ma petite vie ailleurs…

  93. Gaelle a écrit le 6 novembre, 2015 à 5:03

    Bonjour,

    Je me permets de faire appel à vos lumières en tant que “débutante”. Je suis actuellement encore ingéneiur mais je souhaite donner des cours particulier à côté de travail pas forcément passionnant et - qui sait ? - pourquoi pas en faire mon métier un jour. Je souhaite donner des cours de physique-chimie niveau Lycée dans le sud 92, je pense que ce serait bien que je rajoute les maths mais il me faudrait un sacré rafraichissement :wink: . J’ai commencé par mettre des annonces un peu partout sur le net : kelprof, superprof, professeur particulier mais aussi paruvendu, vivastreet, LBC. J’ai mis qqs affichettes dans les commerces (mais très peu acceptent, c’est pas trop le style de la “région”, les commerces sont assez “chics”, les affichettes, c’est pas classe). J’en ai mis à la sortie du lycée intercommunal aussi.. J’ai commandé des cartes de visites, elles devraient arriver bientôt.
    J’ai commencé les affichages il ya trois semaines (début des vacances scolaires) et ZERO contact… Même pas de clic sur les coordonnées… même pas de zozo-du-bon-coin :lol: . Du coup, je me pose des questions ? Y a tellement de profs / chercheurs dans le coin que les élèves n’ont pas besoin de cours ? J’ai marqué un truc qui fait fuir dans mes annonces ? Je suis trop impatiente ?
    Je vous mets le lien vers quelques annonces si vous voyez un truc qui cloche :
    http://bit.ly/1L0hZdj
    http://bit.ly/1LTzGz2

    Merci d’avance pour vos idées.
    Et j’en profite pour remercier bien évidemment Didier pour ce blog et le fil sur Gauthier Girard !

    PS : Ah, et autre question. Quelqu’un connait les cours particuliers par Methodia ? Je suis tombée dessus au gré de mes recherches internet. Même si le principe est le même que Acadomia&co, ils ont l’air plus sérieux… Ou pas ?

  94. Didier Kropp a écrit le 6 novembre, 2015 à 9:39

    @ Gaëlle

    Merci de votre intérêt pour ce blog.

    Le fil sur Gautier Girard, fréquenté uniquement par des profs indépendants :
    http://www.gautier-girard.com/forum/topic/cesu-vers-la-fin-des-cotisations-sociales-au-forfait

    Mon avis :

    - Que physique-chimie, c’est trop réducteur. La demande est en maths, si on ajoute la PC c’est mieux, mais bon, les maths avant tout !

    - Le programme de maths du lycée est de plus en plus simple, vous n’aurez aucun souci.

    - Le gros de la demande est à la rentrée.

    - Ça peut être (très) long à démarrer.

    - Ne vous découragez pas :-)

  95. Olivia a écrit le 6 novembre, 2015 à 14:19

    @Gaelle

    La première chose que les parents souhaitent c’est de ne plus avoir de problèmes (ou le moins possible) avec les cours de leurs enfants. Pour cette raison ils préfèrent avoir un prof qui fait Mathématiques et PC plutôt que deux profs qui sont toujours plus difficiles à gérer et qui manqueront de souplesse. On n’a en effet pas toutes les semaines autant besoin d’une matière que de l’autre et c’est même jamais le cas. Il faut se mettre aux mathématiques, cela n’a rien de bien difficile.

    Contrairement à ce que tu pourrais croire dans ton annonce le :”- Compte-rendu envoyé aux parents et à l’élève après chaque cours”
    fait fuir les parents qui veulent de la tranquillité (ils paient pour cela )et les enfants qui se sentiront “fliqués”.

    Surtout il faut avoir la plus grande “circonspection” à l’égard des sites comme “kelprof, superprof, professeur particulier” pour cela tu peux consulter mon expérience sur le lien suivant :twisted: :twisted: :

    http://www.cours-de-maths-78.fr/blog/2009/07/prof-independant-cours-particuliers-soutien-scolaire-annonces/#comment-6652

    Le site Leboncoin est efficace avec les options payantes (pack booster 3 mois) qui sont très économiques (10 euros par mois pour 10 annonces pendant 3 mois).

    Avant d’être bon dans le métier et être demandé cela demandera 2 à 3 ans, si tu veux une formation rapide fait des remplacements à l’Education nationale en plus tu gagneras en crédibilité, mais cela ne semble pas être possible pour toi car tu as déjà un emploi.

  96. Didier Kropp a écrit le 6 novembre, 2015 à 14:31

    @ Olivia

    La première chose que les parents souhaitent c’est de ne plus avoir de problèmes (ou le moins possible) avec les cours de leurs enfants.

    Je dirais que la premier besoin est de l’ordre de la sécurité (on veut que son gamin réussisse ses études), le deuxième est effectivement de l’ordre de la tranquillité (délégation d’une tâche).

    Superprof et ProfesseurParticulier me semblent OK. Je trouve des élèves grâce à Superprof, j’en ai trouvé avec ProfesseurParticulier.

    Pour le compte-rendu, j’en envoie un très bref aux parents, ça me sert surtout à retrouver les heures de cours que j’ai données pour la facturation :-)

  97. Olivia a écrit le 6 novembre, 2015 à 16:25

    @ Didier

    Ne le prenez pas mal mais je pense que votre expérience avec Superprof et ProfesseurParticulier n’est pas représentative des pratiques de ces sites car il apparaît évident que les tenanciers de ces sites vont vous traiter avec des égards étant donné que vous tenez un blog connu sur les cours particuliers et que vous êtes parfois interviewé par la TV.

  98. Patrick a écrit le 7 novembre, 2015 à 14:19

    Superprof et ProfesseurParticulier sont deux sites très performants, même si un bug a effacé mon annonce au mois de septembre.
    @Olivia votre remarque à Didier Kropp n’a pas de sens. en effet Superprof fonctionne avec des algorithmes très puissants qui vont tenir compte d’un tas de paramètres, comme le temps de réactivité, la capacité à accepter une demande et ce genre de choses. Le passage devant la télé n’est pas pris en compte par les algorithmes :)
    @Olivia j’ai regardé votre annonce à mon sens elle ne va pas. La photo est triste à mourir. Votre annonce ne donne pas envie.
    A mon avis, avant de chercher des raisons du succès des autres qui n’en sont pas, vous devriez repenser votre présentation.
    Perso je reçois deux demandes par semaine à 50 euros de l’heure pour des séances de deux heures.
    Il faut savoir faire rêver le client…

  99. Olivia a écrit le 8 novembre, 2015 à 14:31

    @ Patrick

    Evidemment que le premier traitement est automatisé par algorithme mais la question est ET APRES que se passe t-il ? Le site ayant repéré un client potentiel à toute la liberté de faire ce qu’il veut, dans mon expérience il a fait le choix de concurrencer la personne à qui été destiné le message. Bien d’autres pratiques sont possibles notamment d’avoir des égards envers certains comme Didier qui n’a jamais été témoin de ce genre de pratique et pourtant qui est un utilis

  100. Olivia a écrit le 8 novembre, 2015 à 14:33

    @ Patrick

    Evidemment que le premier traitement est automatisé par algorithme mais la question est ET APRES que se passe t-il ? Le site ayant repéré un client potentiel a toute la liberté de faire ce qu’il veut, dans mon expérience il a fait le choix de concurrencer par un commercial la personne à qui été destiné le message. Bien d’autres pratiques sont possibles notamment d’avoir des égards envers certains comme Didier qui n’a jamais été témoin de ce genre de pratique et pourtant qui est un utilisateur régulier de ce site.

  101. Sophie a écrit le 9 novembre, 2015 à 13:50

    Plusieurs choses m’interpellent dans ces commentaires : d’un côté les profs particuliers (dont je fais partie) ne veulent pas payer, la plupart du temps, un service qui leur permettrait d’être visibles auprès des parents. Pour un tas de raisons justifiées.. ou non…La crainte peut-être de payer pour un service dont ils ne sont pas certains qu’il sera rentable. Donc la plupart cherchent du gratuit à tout prix et s’étonnent aussi que ce gratuit ne leur rapporte pas. .toujours.
    D’un autre côté, ces mêmes indépendants ne sont pas très motivés pour se rassembler (hormis sur des forums dédiés et qui ne sont pas consultés par les parents/élèves). La profession que nous exerçons est une nouvelle profession, inconnue du grand public et même inconnue souvent des URSSAF etc. Donc la vraie question serait peut-être de réfléchir à comment communiquer sur cette profession inconnue (Didier le fait très bien mais qui est-il, que représente t’il face à l’ensemble de la communauté des parents). Aujourd’hui pour le grand public, seuls les grands organismes sont visibles mais nul ne doute qu’ils ont investis beaucoup . J’ai essayé, modestement, de lancer il y a 3 ans, un site de profs indépendants que j’ai fermé aujourd’hui ; je n’avais pas pris conscience que c’était trop ambitieux et qu’il fallait beaucoup de moyens. Une de mes observations c’est que tant que les profs particuliers ne seront pas motivés pour trouver des solutions,ensemble, à ce manque de visibilité, pour parler de l’existence de cette Nouvelle Profession à part entière, ils resteront dépendants soit des organismes soit de leur réputation/réseau. Maintenant si vous avez des idées !
    Cordialement

  102. Patrick a écrit le 9 novembre, 2015 à 15:18

    @Sophie “la vraie question serait peut-être de réfléchir à comment communiquer sur cette profession inconnue”
    je ne comprends pas. Pourquoi communiquer. La vraie question est de trouver des astuces pour les professeurs indépendants pour augmenter leurs tarifs et le nombre de leurs clients: bref leurs permettre de gagner leur croûte. Tout le reste n’est que du baratin.

  103. Sophie a écrit le 9 novembre, 2015 à 16:53

    Bonjour Patrick; pour augmenter le nombre de clients, peut-être faut-il dire aux parents que nous existons et aussi leur permettre de nous trouver. Soit dans des organismes, soit dans des sites généralistes ou spécialisés, soit par du réseau (bouche à oreille). C’est juste une question “ouverte” de ma part…

  104. Gaëlle a écrit le 10 novembre, 2015 à 10:08

    Bonjour,

    Merci pour cette discussion intéressante… Vous confirmez ce que je pense : va falloir se (re)mettre aux maths :mrgreen: ! J’ai commandé les bouquins pour voir les nouveaux programmes.

    Bonne journée !

  105. Didier Kropp a écrit le 10 novembre, 2015 à 19:57

    @ Sophie

    La profession que nous exerçons est une nouvelle profession, inconnue du grand public

    Non :-)

    Les cours particuliers existent depuis que l’école existe :-) On relira Le ventre de Paris, de Zola, où Florent, le personnage principal, vit “de leçons” :P

    Une de mes observations c’est que tant que les profs particuliers ne seront pas motivés pour trouver des solutions,ensemble, à ce manque de visibilité, pour parler de l’existence de cette Nouvelle Profession à part entière, ils resteront dépendants soit des organismes soit de leur réputation/réseau.

    Soit on est vraiment indépendant, et on se débrouille tout seul, soit on est dépendant d’un tiers.

    Je ne crois pas à cette idée de groupement - association - etc. de profs indépendants.

    Tout ceux que je connais et qui marchent bien sont plutôt des individualistes forcenés… Ça ne veut pas dire des sauvages, beaucoup sont prêts à partager leurs expériences, idées,…

    Je crois aux groupements informels de profs sur la même zone géographique, on bouffe ensemble, on se refile les élèves que l’on ne peut pas caser, ça, ça marche.

  106. Patrick a écrit le 10 novembre, 2015 à 20:12

    @ Didier Kropp

    “Tout ceux que je connais et qui marchent bien sont plutôt des individualistes forcenés… ” Absolument d’accord :D :D :D :D :D :D :D :D . Je suis en tant que professeur indépendant amoureux fou de mon indépendance et de ma liberté. Ce qui ne ne m’empêche pas de partager avec qui veut l’entendre mon expérience.
    D’ailleurs même si j’habite Paris j’aimerai bien un jour venir manger un soir avec vous histoire de partager un bon vin et parler de ce qui nous anime…

  107. ACCRO'MATHS a écrit le 10 janvier, 2016 à 15:49

    Bonjour,
    Je viens de lire vos commentaires. Je me permets de vous présenter notre association.
    L’association regroupe une quinzaine de profs, nous nous démenons pour donner des cours particuliers de qualité dans un petit secteur géographique de l’Essonne (91). les parents et les élèves sont ravis de nos cours, les résultats sont là. l’ambiance est familiale.
    ça c ‘est pour le côté visible par les parents. Mais dans l’ombre, 2 personnes ( des profs) se battent pour faire surface, payer les charges, les frais, prennent du temps énormément de temps pour régler la partie administrative, faire faces à des profs qui profitent de l’occasion pour récupérer des familles hors de l’association, enfin pour survivre…… nous sommes aujourd’hui en péril devant l’importance des charges et des frais….. pourtant nous avons de plus en plus de demandes pour aider les élèves et les parents confrontés à une éducation nationale démoralisée.
    Donc pour conclure, nous ne sommes pas du tout des individualistes mais des profs qui se battent pour une éducation traditionnelle et qui croient en leur conviction. Nous sommes fiers de notre équipe.

  108. Didier Kropp a écrit le 11 janvier, 2016 à 10:25

    @ ACCRO’MATHS

    Effectivement, vous êtes plus dans le social que dans l’individualisme.
    C’est un choix tout à fait respectable :-)

  109. ACCRO'MATHS a écrit le 11 janvier, 2016 à 13:30

    merci. Afin de survivre, nous allons créer un centre de cours collectifs. Bonne route à tous

  110. Patrick a écrit le 11 janvier, 2016 à 18:23

    @ ACCRO’MATHS. Je ne comprends pas votre démarche. Je ne comprends pas non plus comment des profs peuvent vous gruger en récupérant des élèves.
    La solution : un forfait au prix correspondant à ce que ça coûte. Faire du social et après se plaindre que ça ne rapporte rien est une démarche absurde.
    Dans l’Essonne il ne faut pas hésiter à mettre les cours particuliers à 50 euros de l’heure (ce sont mes tarifs). Ce sera toujours aussi sympa et cool sur le plan de l’atmosphère familial et vous vous pourrez gagner votre croûte.

  111. Alex a écrit le 21 mars, 2016 à 18:22

    Bonjour,

    Je m’accroche au fil, qui a commencé il y a bien longtemps. Je suis prof à domicile depuis maintenant trois mois et demi (uniquement par mandataire). Je n’ai pas beaucoup d’élèves (9) mais c’est un choix personnel. (j’exerce l’emplois précaire de papa au foyer à côté)

    Je commence à avoir de l’effet bouche à oreille et des parents qui me contactent directement, pour le moment je suis au complet, mais je réfléchis à la suite…

    Comme dit précédemment, confirmant l’article, je suis techniquement payé au smic plus prime “transport” (entre 14 et 18€/h finalement). Pour l’avenir je réfléchis à passer en AE SAP mais j’avoue ne pas m’y retrouver niveau calculs… (Les Math c’est OK, mais l’éco-gestion…)

    Pour avoir le même niveau de revenu après impôts/cotisations, quel tarif horaire devrais-je appliquer? D’après ce que j’ai pu lire, si je veux rester compétitif avec les mandataires qui facturent 40/h, il faudrait que je sois à 22/h + 17,5/h cotisations en cesu. Ai-je fait une erreur de calcul? Y a-t-il une meilleure possibilité?

  112. Alex a écrit le 21 mars, 2016 à 19:21

    Question subsidiaire: si je ne me suis toujours pas trompé, dans le cas mandataire je touche en moyenne 16/h (10,4/h imposable) alors qu’en cesu je serais donc à 22/h (22,8/h imposable)
    Finalement après imposition qui est le plus rentable?

  113. Laurent a écrit le 21 mars, 2016 à 20:00

    Bonjour Alex,

    Comme vous semblez décidé à travailler en indépendant dans ce domicile, je vous conseille vivement d étudier chaque possibilité / chaque statut .

    Je crois que vous mélangez travail salarié (Cesu ) et AE ; c’est totalement différent.

    Les Cesu sont faciles d’utilisation, mais avec de grosses cotisations : les chiffres que vous donnez.

    AE : nécessité de créer une entreprise, avec certaines démarches, dont l’agrément SAP. Mais ensuite, il y a moins de charges à payer.

    Le coût total pour les parents est de l’ordre de 35 à 40 € / h ; dont la moitié normalement récupérée sous forme de réductions d’impôts.

  114. Alex a écrit le 21 mars, 2016 à 20:42

    Merci Laurent.
    En effet j’y réfléchi avec attention et c’est bien pourquoi je cherche le meilleur statut (autant pour moi que pour les parents )

    Je comprend bien que les CESU, le mandats et lAE sont des positions bien différentes. Mais d’un point de vu des parents les seules questions qui est intéressante est : combien ça va me coûter ? C’est pour cela que je voudrait me mettre au même tarif final pour le parent que les mandataires. Ensuite la question est quelle technique de rémunération choisir. Certaines ont plus de cotisations, d’autres plus d’impôts et travailler “pour un mandataire” fait chuter salaire horaire mais baisser encore plus le revenu imposable…

    A force de lecture je tend vers lAE SAP mais j’ai un peur que contrairement aux mandats ça me fasse gonfler les impôts

  115. Laurent a écrit le 22 mars, 2016 à 10:23

    Bonjour Alex,

    Effectivement, d’après ce que vous précisez, le statut AE avec agrément SAP, semble le + adapté.

    Concernant les impots :
    Vous avez la possibilité, en AE, d’opter pour le prélèvement libératoire de l’impôt sur le revenu : dans ce cas, vous payez une somme de l’ordre de 2 à 3 % de votre CA (à confirmer par des recherches).

    Concernant les charges en AE, vous trouverez facilement les taux appliqués.
    Attention à une différence essentielle : ces taux s’appliquent à votre CA. Il est donc possible de payer des cotisations sur des revenus que l’on a pas (cas d’une entreprise non bénéficiaire). Le statut AE est adapté uniquement si vous avez des frais modérés.

    Par exemple, un artisan qui achète une camionnette à 5 000 euros, aura intérêt à choisir un régime fiscal réel, donc pas en AE.

  116. Didier Kropp a écrit le 22 mars, 2016 à 11:08

    Bonjour,

    N’hésitez pas à poser vos questions sur ce forum :

    http://www.gautier-girard.com/forum/topic/cesu-vers-la-fin-des-cotisations-sociales-au-forfait

    Le sujet n’est fréquenté que par des profs indépendants.

  117. TeddyK a écrit le 13 mai, 2016 à 19:23

    Bonjour,

    Etant au RSA (460€/mois) je viens d’être mandaté par acadomia pour donner des cours de Maths de la terminale au collège à plusieurs élèves.

    Je viens de faire une simulation sur le site de la CAF afin d’évaluer l’impact sur mon RSA d’un salaire mensuel de 150€/mois correspondant à ces cours. Ce qui correspond tout de même à une douzaine (voir plus) d’heures de cours, le taux horaires oscillant entre 11.50€ et 15.25€ chez Acadomia. :?
    Le résultat final est qu’en raison de ces 150€/mois perçu, mon RSA diminuera de 150€, et que la prime d’activité sera de 90€. Au final il ne reste donc que 90€/mois ! pour une douzaine d’heures de cours, sans compter les transports … Je suis sidéré ! 8O

  118. as a écrit le 19 juin, 2016 à 23:05

    Bonjour,
    passionnant ce site ! merci beaucoup ! dommage qu’il n’y ait plus beaucoup de MAJ d’articles, en revanche, les commentaires sont très intéressants…
    en CESU depuis 3 ans, je suis en train de monter mon AE avec agrément, j’ai une grille tarifaire dégressive que je vais simplement adapter aux charges AE, mais une question se pose, je facture des frais km au dela de 10 km AR(0.3 ct/km, bcp moins que l’urssaf). Jusqu’ici, c’était inclus dans le prix global pour le tarif net cesu, puis-je continuer à le faire, le parent ayant ensuite la réduction fiscale sur l’ensemble de la somme ? certes en contrepartie je paierai des impôts sur ces revenus qui sont des dédommagements mais je ne vois pas comment faire autrement, et je ne veux pas facturer exagérément les élèves qui sont juste à coté de chez moi pr avoir un “tarif unique” qui inclurait tous les frais…
    Autre question, l’agrément est censé etre délivré sous huitaine m’a assuré la CCI mais si on commence à facturer dès le premier jour d’existence de l’AE, peut-on assurer aux parents qu’ils auront bien la réduction fiscale ?
    MErci beaucoup !

    @Teddyk
    oui c’est totalement aberrant…

  119. Laurent a écrit le 20 juin, 2016 à 13:22

    Bonjour As,

    En Cesu, les charges sont importantes. Vous arriviez quand même à avoir un revenu correct ?

    Les frais de dpclt que vous facturez me semblent très faibles. Ou c’est 0.30 € / km supplémentaires, sur la distance aller simple ?

    En réalité, vous facturez “un peu comme vous voulez”, selon le tarif que le client est prêt à payer. Pour faire simple, je vous conseille de définir un taux horaire qui tienne déjà compte des frais de dpclt : cela simplifie votre facture, et toutes les opérations à venir liées à cette facture. Et vous serez donc sur que la réduc fiscale s’applique au coût total.

    Au sujet de l’agrément, certains préfèrent dater la facture d’un jour APRES obtention de l’agrément. Vous pouvez aussi demander les chèques au moment du cours, quitte à les encaisser après agrément.
    Ca me semble + simple.

  120. as a écrit le 20 juin, 2016 à 23:53

    merci @LAurent pour votre réponse.

    puis-je vous écrire en MP pour échanger plus en détails ?

    Merci !

  121. Laurent a écrit le 21 juin, 2016 à 17:32

    Bonjour As,

    Désolé, je manque de temps pour vous répondre précisément par mp. Je vous suggère de poser vos questions sur ce fil :
    http://www.gautier-girard.com/forum/topic/cesu-vers-la-fin-des-cotisations-sociales-au-forfait/page/58
    Des prof indépendants pourront vous répondre.

    Quelques éléments en réponse à votre dernier message :
    - en AE, pour le client, il y a juste un tarif (exemple : 38 € / h). Pas besoin de préciser au client quelle est la part qui correspond aux charges, aux frais de déplacement, …
    - Mais il est logique de demander un tarif plus élevé pour un élève qui est loin d’une grande ville, loin des transports en commun, …

  122. as a écrit le 30 juin, 2016 à 22:02

    MErci pour votre réponse, :D

    Les frais que je facture sont par km distance aller ET retour et vous avez raison, j’ai fait une erreur c’est 30 cts du km (contre 50 à 60 cts tarif URSSAF)

    Je ne vois pas comment facturer un seul tarif sans y perdre tellement les distances sont diverses et je veux aussi privilégier les personnes proches coté pratique avec un tarif forcément plus abordable, et dans certains cas - je l’avoue- décourager les plus lointains de faire appel à moi (sans devoir refuser frontalement surtout quand c’est par bouche à oreille) car je ne m’y retrouverais pas tant le temps pris pour le déplacement peut être important.

    Quelles seront les contraintes d’avoir un taux horaire différent ?
    Le calcul de charges ? des problèmes coté URSSAF ? J’avoue que je ne me rends pas encore compte de ce que cela va impliquer mais comme j’ai encore pas mal de CESU qui vont continuer (et que mon objectif reste de garder les deux statuts), je ne pense pas avoir plus de 3/4 élèves via AE dans un premier temps donc ça me paraissait faisable…

    Autre question : en AE, faut-il faire un “contrat de services” au démarrage avec engagement de durée, d’horaires, tarif horaire, CGV ? ou la facture mensuelle suffit-elle? je lis des choses contradictoires à ce sujet… J’avais juste préparé une charte d’engagement mutuel à signer pour définir les modalités d’annulation de part et d’autre, mes engagements (de moyens et non de résultats chiffrés…), éventuellement un devis pour les forfait d’heures…

    Merci pour vos précisions ! :D

  123. Laurent a écrit le 1 juillet, 2016 à 13:47

    Bonjour AS

    Pour le taux horaire, je vous suggère cela :
    - vous montrez à vos clients votre grille tarifaire, avec calcul du coût selon la distance ; ce sera “transparent” et honnête.
    - pour les factures, il semble + simple de n’indiquer que le coût final / nombre d’heures, qui sera donc accepté par le client

    Je vous conseille effectivement de faire signer un contrat (que vous signez aussi). C’est une bonne façon de responsabiliser les clients, en terme de respect des RDV, annulation de RDV, délai de paiement, …

    Avoir un taux horaire différent selon le client, je crois que ça ne pose aucun souci pour la facturation, l’Urssaf, le calcul des charges, …

    De toutes façons, en AE, pas de vraie compta : il suffit de déclarer un CA ; les charges étant calculées par la suite.

  124. as a écrit le 2 juillet, 2016 à 0:36

    Merci beaucoup !
    concernant les CGV, j’ai vu qu’elles ne sont à priori pas obligatoires mais je suppose qu’il est utile d’en avoir si on ne fait pas de contrat et vice versa ?

  125. Laurent a écrit le 2 juillet, 2016 à 14:39

    Bonjour AS,

    Ok, de rien
    En toute logique, il faut au moins un document écrit, qui sera lu et accepté par tous. Autrement, vous risquez de “batailler” pour obtenir un dédommagement, en cas de lapin par exemple - Les lapins font partie des risques significatifs du métier lol . En prévenant qu’un lapin coûte x € , les parents et les élèves seront + vigilants sur le respect des RDV.
    Tout cela relève surtout du bon sens, je ne connais pas exactement la loi.

Répondre

:D :-) :( :o 8O :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen: