M6 a diffusé le 7 septembre 2014 dans le cadre de son émission “Capital” un ensemble de reportages sur le thème “Classes moyennes : les nouveaux sacrifiés ?”.

Quatre reportages au programme : impôts, logement, retraite au Portugual, et soutien scolaire.

Flash n’est pas installé sur votre navigateur.

Mes remarques :

  • Mélanger des élèves de différents niveaux dans un stage de pré-rentrée, effectivement, cela fait un peu désordre. Ne pas oublier que “Faire du chiffre” est le credo des commerciaux !
  • Au-delà de six élèves que l’on ne connaît pas préalablement, c’est effectivement difficile d’individualiser.
  • Deux leaders du marché semblent s’être améliorés quant au recrutement. Tant mieux, mais cela me semble quand même être le minimum !
  • Ce n’est manifestement pas le cas de tous les organismes !
  • Suite à ce reportage, j’ai été contacté par des enseignants en poste à l’Éducation Nationale qui m’ont demandé “comment ils pourraient eux aussi faire des stages comme le prof dans Capital” :-)
  • Pour les familles, le coût moins élevé des cours en petits groupes explique sûrement leur succès - voir mon précédent billet.

Tous les billets comportant des reportages télés à propos du soutien scolaire

Ces autres billets pourraient vous intéresser :

Vous avez apprécié ce billet ?
Abonnez-vous au flux RSS des billets, ou recevez une notification par e-mail (ni spam, ni pub) dès qu'un nouveau billet est posté.
Vous pouvez également vous abonner au flux RSS des commentaires, ou aux commentaires par e-mail (un email par jour au maximum, ni spam ni pub).
Et si la lecture de ce billet vous inspire des réflexions, n'hésitez pas à laisser un commentaire.
Merci de votre intérêt pour mon blog !

Partagez ce billet, ou enregistrez-le dans vos favoris en ligne :
  • Envoyer à un ami !
  • Facebook
  • Tapemoi
  • Visitezmonsite
  • Blogonet
  • Scoopad
  • Viadeo
  • SpotRank
  • del.icio.us
  • Yoolink
  • MisterWong Fr
  • Kreuzz

12 Réponses à “Capital (M6) : classes moyennes et soutien scolaire”
Vos réflexions sont les bienvenues !

  1. Capital (M6) : classes moyennes et soutien scolaire a écrit le 8 octobre, 2014 à 21:14

    [...] Capital (M6) : classes moyennes et soutien scolairewww.cours-de-maths-78.fr/blog/2014/10/capital-m6-classes-moy… par DidierrK il y a quelques secondes [...]

  2. Vincent a écrit le 8 octobre, 2014 à 22:35

    Bonjour Didier et merci pour la mise à jour.

    Cdt.

  3. Vincent a écrit le 8 octobre, 2014 à 23:08

    On se doute bien de vers quoi tend le système scolaire actuel : une scolarité à laquelle s’ajoute de plus en plus de soutien scolaire. C’est déjà le cas dans d’autres pays (hors Europe) me semble-t-il.

    Avec un effet boule de neige décuplé par LA PEUR !, en l’état on ne peut rien y faire. D’autant plus que cette boule est grossie et poussée par les organismes de soutien et les enseignants en poste. On marche sur la tête, tout ça pour faire de l’argent.

    J’exerce ce métier depuis peu comme indépendant et depuis assez longtemps si on compte mes années d’études, mais quand je pense aux inégalités d’accès à cette aide (que je constate aussi), ainsi qu’aux inégalités que cela créé et bien je me sens mal de gagner de la tune la dessus, vraiment mal.

    Encore merci pour ce billet et le blog.

  4. Patrick a écrit le 9 octobre, 2014 à 10:54

    Les cours collectifs sont surtout mis en place par les organismes commerciaux qui ne parviennent plus vraiment à faire leur chiffre avec les cours individuels. 6 élèves par sessions à 20 euros/h ça fait 120 euros /h soit 240 euros. Et le prof percevra 40 euros sur ces 240 euros. Personnellement, à moins de disposer chez soi de la logistique (salle, bureaux, tableau), je trouve plus simple d’organiser des cours particuliers à domicile facturés 40 euros/h pour des sessions de deux heures. Bref je préfère gagner 80 euros avec mon propre travail que de passer par acodomachin… pour gagner 40 euros en faisant cours devant six élèves.

  5. Didier Kropp a écrit le 15 octobre, 2014 à 10:43

    @ Patrick

    Si les chiffres du reportage sont exacts, payer le prof avec deux élèves veut dire le payer avec 40 euros = salaire + charges.

    Ce qui fait un salaire net horaire d’environ 23 euros :?

  6. Patrick a écrit le 15 octobre, 2014 à 19:23

    @Didier
    quelque soit le nombre d’élève le prof reçoit toujours le même salaire 20€/h. J’en ai fait l’expérience quand j’ai travaillé pour acadomachin. Même si j’avais 8 élèves, ce qui est arrivé, je percevais pour deux heures 20€+20€. Aujourd’hui le tarif est peut être passé à 23€/h… Ce qui reste une misère…

  7. Didier Kropp a écrit le 15 octobre, 2014 à 22:17

    @ Patrick

    Ce qu’explique le reportage (vers 11′00) c’est que le premier élève paye la structure, les deux suivants payent le prof, et le reste, c’est de la marge.

  8. Quiadom a écrit le 25 novembre, 2014 à 17:01

    Merci d’avoir mis en ligne cette vidéo, très instructive. On y voit bien la dernière tendance du secteur du soutien scolaire.
    Donc oui, il vaut mieux donner des cours à son compte propre, je suis d’accord !

  9. Monique a écrit le 15 septembre, 2015 à 13:29

    Bonjour,

    J’interviens dans cette rubrique ”classes moyennes et soutien scolaire” car je trouve curieux de lire que certains déplorent l’existence d’un système éducatif à multiple vitesse tout en pratiquant des tarifs que j’estime très élevés (pour rappel le SMIC est à 9,61€ brut et l’heure de prof contractuel dans l’EN dans les 38€ …)
    Que la base forfaitaire ait été annulée est une excellente chose …. ah bah oui, on va toucher moins dans l’immédiat … mais plus, plus tard (retraite) ou en cas de galère (chômage)! Faire payer les parents davantage pour compenser ce qui est à plus ou moins long terme une avancée me semble étonnant.
    La solution auto entrepreneur : le montant des charges sociales est inférieur au montant des charges comme salarié : alors pourquoi augmenter les tarifs …. ? Ils devraient plutôt baisser … là aussi il y a quelque chose que je ne comprends pas (surtout quand on trouve qu’on a moins d’élèves qu’avant)
    1 heure de cours comme salarié à 20 € net coûte aux parents 36 € (10€ de charges patronales et 6 de charges salariales(certes ils vont récupérer 18€, mais il faut quand même avancer cette somme)
    1 heure de cours à 20€ net comme auto entrepreneur revient à 25 € (25% de charges y compris même le prélèvement impôts)…. en plus comme l’auto entrepreneur peut être déclaré comme ‘’service à la personne” à la préfecture http://vosdroits.service-public.fr/professionnels-entreprises/F23633.xhtml) les parent profiteront d’un abattement de 12,5 €

    Alors ????
    Désolée, mais certains discours m’ont un peu énervée

  10. Didier Kropp a écrit le 15 septembre, 2015 à 17:10

    @ Monique

    La suppression du forfait CESU a eu pour conséquences objectives la diminution des heures légalement payées et la diminution des rentrées d’argent pour les caisses sociales.
    Pour moi, c’est donc un échec.

    L’argument comme quoi la situation des salariés CESU s’est améliorée avec cette réforme est juste en théorie pour les bas salaires… si tant soi est que les employeurs jouent le jeu, ce qui n’est pas le cas : recours plus important au travail au noir et au travail au gris, par exemple trois heures payées officiellement et une heure payée au noir. Un simple calcul montre que la situation de l’employé au regard du chômage et de la retraite est restée identique, voire s’est dégradée.

    Pour les autres (dont les profs indépendants), cette réforme a été une catastrophe. C’est en toute connaissance de cause que nous étions en base forfaitaire, c’était notre choix - nous n’avions ni le besoin ni surtout l’envie que l’on nous protège malgré nous. Nous sommes libres et responsables.

    Quant à nos tarifs, nous sommes dans un monde libre. On trouve des cours sur Le bon coin à 10 € de l’heure, d’autres demandent 60 €. Seul le marché décide.

  11. Monique a écrit le 16 septembre, 2015 à 0:38

    @ Didier

    C’est vrai, tu as raison pour bonne partie dans ton argumentation et nos différences de positions viennent sans doute de la différence de nos situations. Je pense que tu as dû fonctionner en indépendant salarié CESU, et en ce qui me concerne j’ai beaucoup travaillé avec des mandataires (je donnais ces cours en complément d’activité et je n’avais pas envie de chercher).
    La base forfaitaire constituait donc la marge de ces entreprises au détriment (et là je maintiens) des salariés - qui contrairement à toi n’avaient pas le choix du forfait.
    Aussi quand on évoque les employeurs qui ne jouent pas le jeu, je pense davantage à ces grosses structures qu’aux parents qui font ce qu’ils peuvent.

    L’origine de mon billet était axé surtout vers cette question et le coût de certains cours. J’ai été prof à l’EN et j’en suis partie car je trouve ce milieu déprimant avec tous ces élèves qu’on laisse en cours de route … alors forcément la situation financière des parents comme handicap supplémentaire (genre double peine) me pose un problème et ce n’est pas une histoire de marché, mais d’éthique.

  12. Vincent a écrit le 16 mai, 2016 à 13:52

    Le soutien scolaire pour ma part est impératif, j’étais en difficulté étant jeune, et aujourd’hui j’ai créé un logiciel après ma licence en développement informatique, J’ai beaucoup acquis avec le soutient scolaire…

Répondre

:D :-) :( :o 8O :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen: